Inside

OPA, OPE, fusions, rumeurs… La synthèse de la semaine. Les groupes français ont été à l’honneur, en montrant de l’appétit (Bouygues Telecom, CMA CGM, Rubis), en étant dans le rôle de la cible (Keyyo, April), ou pour nouer des alliances stratégiques (Adux, Innate Pharma). La semaine a donc été riche. Voici ce qu’il faut en retenir.

Les nouveautés

En France

Keyyo : OPA en vue de Bouygues Telecom à 34 € par action. L’opérateur télécom est entré en négociations exclusives en vue d’acquérir différentes participations, représentant ensemble 43,6% du capital de la société, dans le cadre d’une cession de bloc hors marché, au prix de 34 € par action. En cas de réalisation de la cession, Bouygues Telecom déposerait un projet d’OPA au même prix. Ce prix valorise Keyyo 67 millions d’euros et fait ressortir des primes de 33,8% par rapport à la moyenne des cours sur les 60 dernières séances au 24 octobre 2018 et de 30,8% par rapport au cours à cette date. Le règlement est attendu au cours du 1er semestre 2019.

April confirme des marques d’intérêt. Suite aux rumeurs de marché, le groupe de services en assurance indique avoir « initié des discussions avec son actionnaire majoritaire dans le cadre de l’analyse des différentes options stratégiques et des possibles évolutions de sa participation au capital de la société ». April « confirme qu’elle fait l’objet de manifestations d’intérêt préliminaires », mais la société « ne commentera pas davantage sur d’éventuelles discussions et communiquera en temps voulu conformément à la réglementation en vigueur ». Au cours de 16 €, en hausse de 27,5% sur la semaine, April affiche une capitalisation de 654 millions d’euros.

A l’étranger

CMA CGM lance une OPA amicale sur Ceva Logistics. Actionnaire de référence de Ceva depuis son entrée à la Bourse de Zurich en mai 2018, CMA CGM, l’un des leaders du transport maritime, a signé un nouvel accord de coopération et lance une OPA au prix de 30 francs suisses par action, soit le dernier prix proposé par le groupe danois DSV qui a renoncé à son projet d’acquisition. Ce prix fait ressortir une prime de 33,3% sur le dernier cours coté avant l’annonce et une prime de 60,4% sur le cours du 1er octobre 2018, valorisant Ceva 1 240 millions de francs suisses (soit 1 090 millions d’euros). A noter que CMA CGM s’engage à maintenir la société cotée et souhaite un flottant aussi significatif que possible.

Rubis dépose un projet d’OPA sur Kenolkobil. Après l’acquisition de 24,99% du capital, Rubis annonce son intention de lancer une offre publique d’achat sur le capital restant du leader de la distribution de produits pétroliers au Kenya, également implanté dans d’autres pays, avec un volume en distribution finale de 1,3 million de m3 en 2017. A 23 kenyan shillings l’action, l’offre valorise KenolKobil 353 millions de dollars. Selon la société, « KenolKobil correspond parfaitement aux objectifs et critères d’investissement de Rubis et viendra idéalement compléter sa position en Afrique, dans un secteur particulièrement prometteur ».

Les opérations en cours

Banimmo : l’OPA est ouverte jusqu’au 8 novembre. Patronale Life a lancé son offre publique au prix de 3,30 € par action. La compagnie d’assurance vie belge entend apporter un soutien supplémentaire à Banimmo dans ses développements sur le marché des bureaux en Belgique. L’offre de Patronale Life a reçu le soutien du conseil d’administration de Banimmo. Et l’actionnaire actuel de référence de Banimmo, Affine RE, s’est engagée à apporter ses titres à l’offre, soit 49,51% du capital. Les résultats de l’opération seront communiqués le 12 novembre et le paiement des titres apportés est prévu le 19 novembre 2018.

Changements de tours de table

Adux (ex-Hi-Media) : pas d’OPA, mais un partenariat. Le spécialiste de la publicité digitale a signé un accord de partenariat avec Azerion, société néerlandaise de production de contenus digitaux pluridisciplinaires. Azerion a acquis 10,12% du capital au prix de 4,20 € par action et a l’intention de se porter acquéreur de 6,41% du capital supplémentaires à un prix non encore défini, qui sera fixé à compter du 30 octobre 2018. Adux va lancer une augmentation de capital destinée à financer le développement à l’international. Azerion n’entend pas faire évoluer sa participation au-dessus de 30% dans les 6 prochains mois et n’a pas l’intention de lancer une offre.

Innate Pharma : AstraZeneca prend 9,8% du capital. Innate Pharma a signé un accord avec AstraZeneca et MedImmune, son bras recherche et développement de molécules biologiques. Cet accord élargit la collaboration existante, visant à accélérer le développement du portefeuille en oncologie de chacune des parties. Parallèlement, AstraZeneca acquerra 9,8% du capital d’Innate par le biais de l’émission de 6.260.500 actions nouvelles, émises au prix unitaire de 10 € autour du 25 octobre 2018. Opération très bien perçue, Innate Pharma gagnant 41,7% sur la semaine, à 6,79 €.

Altamir : le flottant porté à 35% du capital. Amboise SAS, contrôlée à 100% par M. Maurice Tchenio, a procédé au reclassement d’une partie des titres apportés à l’OPA, conformément aux engagements pris pour favoriser la liquidité du titre. A l’issue de l’opération de reclassement, Amboise SAS détient désormais, directement et indirectement, via Amboise Partners, 65% des actions ordinaires en circulation et des droits de vote d’Altamir, contre 68,75% à la clôture de l’offre publique.

A savoir

Scor toujours attaché à son indépendance. A l’occasion de la publication des résultats pour les neuf premiers mois de l’année, Denis Kessler, président du groupe de réassurances, a réaffirmé son opposition à l’offre de Covéa, qui avait été formulée fin août au prix de 43 € par action. « A l’unanimité, le conseil d’administration ne souhaite pas que Scor devienne une filiale de Covéa », a-t-il déclaré. « Nous souhaitons garder l’indépendance du groupe. Nous considérons que l’offre qui a été formulée au mois d’août était une offre hostile », en précisant qu’aucune nouvelle offre n’avait été proposée depuis par Covéa.

Casino et Rallye portent plainte. « Les deux sociétés subissent, depuis plusieurs mois, de violentes attaques et des campagnes de désinformation orchestrées notamment par des fonds spéculatifs dans le but de faire chuter artificiellement la valeur de leurs titres et de déstabiliser les entreprises », explique le groupe de distribution. Aussi, « Rallye et Casino annoncent avoir déposé une plainte pénale contre X entre les mains du Procureur de la République financier pour manipulation de cours, diffusion d’informations fausses ou trompeuses et délit d’initiés ». Par ailleurs, Equistone est entré en discussion exclusive pour acquérir les activités de Courir pour un montant de 283 millions d’euros.

Ceconomy avait des vues sur Fnac Darty. Le groupe allemand, issu de la scission de Metro, qui détient 24,3% de Fnac Darty depuis l’été 2017, s’apprêtait à lancer fin août une OPA sur l’enseigne de distribution de biens culturels, de loisirs, de produits technologiques et d’électroménager, croit savoir BFM Business. L’opération, préparée depuis plusieurs mois, devait être libellée à un prix supérieur à 100 € (contre un cours voisin de 80 € à l’époque), valorisant le groupe dirigé par Alexandre Bompard 2,7 milliards d’euros. Mais, toujours selon BFM Business, les difficultés commerciales rencontrées l’ont obligé à renoncer à son projet au dernier moment.

Yandex n’est pas à vendre. Suite aux spéculations récentes sur des modifications potentielles de la structure du capital, le principal moteur de recherche sur Internet en Russie a tenu à répondre aux rumeurs. « Quand nous avons fondé Yandex, il y a vingt et un ans, nous n’avions jamais rêvé que cela deviendrait une entreprise technologique de classe mondiale […] Je suis déterminé à mener Yandex vers de nouveaux sommets et je n’ai pas l’intention de vendre mes actions dans la société », a déclaré Arkady Volozh, PDG et cofondateur qui, avec d’autres membres de la direction, détient 57% des droits de vote de la société. Au cours de 27 dollars sur le Nasdaq, Yandex affiche une capitalisation de 8 milliards de dollars.

Ingenico Group : Edenred dément avoir des vues. Suite à des articles de presse, « Edenred tient à clarifier qu’il n’envisage pas d’opération sur le capital d’Ingenico », précise le spécialiste des solutions transactionnelles dans un communiqué laconique.

L’équipe du Journal des OPA vous souhaite un week-end de détente et vous remercie de votre fidélité.

© Médiange. Tous droits réservés