Inside

OPA, OPE, fusions, rumeurs… La synthèse de la semaine. Projet d’OPA amicale de Medtronic sur Medicrea, avancée dans l’OPA de Carlyle sur Envea, mouvements dans le tour de table de Lagardère et mise au point de BPCE sur Natixis : la semaine a été riche. Ce qu’il faut retenir.

Les nouveautés

Medicrea : projet d’OPA amicale de Medtronic à 7 € par action. Le groupe américain, l’un des leaders mondiaux dans le domaine des technologies médicales, et Medicrea, spécialisé dans les solutions et prothèses du rachis, ont signé un accord en vue de l’acquisition par Medtronic de toutes les actions Medicrea au prix unitaire de 7 €. Ce prix représente une prime de 22% par rapport au cours de clôture, le 14 juillet 2020, et une prime de 56% par rapport à la moyenne des trois derniers mois précédant cette date. Medtronic a d’ores et déjà conclu avec des actionnaires des accords portant au total sur 44,4% du capital de Medicrea. Sous réserve de l’obtention des différentes autorisations, la réalisation de l’opération est attendue avant la fin de l’année 2020.

Envea : l’OPA simplifiée de Carlyle est en marche. Le fondateur d’Envea et les dirigeants de la société ont signé des accords relatifs à la cession hors marché et à l’apport en nature à une société ad hoc (SPV) contrôlée par Carlyle Europe Technology Partners IV, d’un total de 914.853 actions Envea représentant à ce jour 55,7% du capital au prix de 110 € par action. A l’issue de cette opération, qui pourrait intervenir au cours du troisième trimestre 2020, le SPV déposera un projet d’OPA simplifiée visant le solde des actions Envea au prix unitaire identique de 110 €. Le SPV n’a pas l’intention de mettre en œuvre un retrait obligatoire. La clôture de l’offre publique pourrait intervenir au cours du quatrième trimestre 2020.

Sorties de cote

Dedalus France : le retrait obligatoire interviendra le 23 juillet 2020. Il portera sur 9.402.779 actions au prix unitaire de 0,80 €, représentant 8,35% du capital de l’ex-Medasys, spécialisée dans les solutions logicielles dans le domaine de la santé. La suspension de la cotation est maintenue jusqu’à la mise en œuvre du retrait obligatoire.

Tours de table

Lagardère : Vivendi franchit le seuil des 20%. Par suite d’acquisitions en Bourse, le groupe spécialisé dans les contenus, les médias et la communication détient désormais 21,19% du capital et 16,01% des droits de vote de Lagardère. Dans un courrier adressé à l’AMF, Vivendi indique qu’il a l’intention de poursuivre ses achats sous réserve des conditions de marché, mais n’a pas l’intention d’acquérir le contrôle de la société. « En raison du caractère incertain des changements annoncés le 25 mai dernier dans l’organisation du contrôle opérationnel de Lagardère SCA, Vivendi SE envisage de demander sa nomination ou celle d’une ou de plusieurs personnes comme membre du conseil de surveillance de Lagardère SCA », tient à préciser Vivendi.

Lagardère : Amber Capital pointe à près de 20%. Par suite d’achats en Bourse, le concert composé d’Amber Capital UK et d’Amber Capital Italia SGR, agissant pour le compte de fonds dont il assure la gestion, détient désormais 19,93% du capital et 15,06% des droits de vote de Lagardère. Amber Capital n’envisage pas d’acquérir le contrôle de la société dirigée par Arnaud Lagardère, mais n’exclut pas de poursuivre l’acquisition de titres en fonction des conditions de marché.

Valbiotis ouvre son capital à un nouvel actionnaire. Cette entreprise, spécialisée dans le développement de solutions nutritionnelles innovantes dédiées à la prévention des maladies cardio-métaboliques, annonce la réalisation d’un placement privé auprès d’Amiral Gestion d’un montant de 2 millions d’euros, au travers de ses fonds Nova2 et Sextant PME, dans le cadre d’une offre au profit d’investisseurs qualifiés. Un nombre total de 444.444 actions nouvelles a été émis au profit d’Amiral gestion, représentant 6,15% du capital avant la réalisation de l’offre et 5,79% du capital après réalisation. Le prix de souscription des actions Valbiotis a été fixé à 4,50 € par action, faisant ressortir une surcote de 5,4% par rapport au cours du 16 juillet 2020.

A savoir

Delfingen en négociation exclusive pour le rachat du périmètre Europe/Afrique de Schlemmer. Le groupe spécialisé dans la protection des câblages électriques pour l’automobile, qui a réalisé un chiffre d’affaires de 230 M€ en 2019, est entré en négociation exclusive pour le rachat des activités de Schlemmer sur le territoire Europe/Afrique. Faisant face à des difficultés opérationnelles et financières, Schlemmer a été placé en procédure préliminaire de liquidation judiciaire le 19 décembre 2019 par le tribunal de commerce de Munich, procédure confirmée le 1er mars 2020. Le périmètre en négociation représente un chiffre d’affaires de l’ordre de 100 M€, 1000 personnes et 5 usines en Allemagne, Roumanie, Russie, Maroc et Tunisie.

Stellantis : le nom du nouveau groupe issu de la fusion de FCA et PSA. Alors que le projet de fusion progresse, Peugeot S.A. et Fiat Chrysler Automobiles ont annoncé que la dénomination sociale du nouveau groupe sera Stellantis. Les origines latines du nom (« stello » signifie « briller d’étoiles ») rendent hommage à l’histoire riche des deux entreprises fondatrices, explique PSA, tandis que l’évocation de l’astronomie suggère le véritable esprit d’optimisme, l’énergie et la capacité de renouvellement inspirant cette fusion qui va changer l’industrie automobile. Le nom sera utilisé exclusivement au niveau du groupe, en tant que marque corporate. Sous réserve des conditions habituelles, la finalisation du projet de fusion devrait avoir lieu au 1er trimestre 2021.

Bruits de marché et points sur les i

Madvertise suspendue de cotation. A la demande de cette agence spécialisée dans les prestations de marketing mobile, la cotation des actions a été suspendue sur Euronext Growth dans l’attente de la publication d’un communiqué et jusqu’à nouvel avis. Au cours de 0,35 €, en baisse de 19% depuis le début de l’année, Madvertise affiche une capitalisation de 4,3 millions d’euros.

Natixis : pas d’OPA sur le solde du capital. A la suite de récentes rumeurs de presse, BPCE, qui détient 70,57% du capital, fait savoir qu’elle n’a pas l’intention de déposer un projet d’offre publique sur les actions Natixis, banque de financement, de gestion et de services financiers. Néanmoins, il est rappelé que « BPCE mène en permanence des réflexions stratégiques sur les possibles évolutions de l’organisation du groupe ».

Paroles de pros

Les choix de portefeuille de Tocqueville Odyssée ISR. Ce fonds spécialisé dans les valeurs susceptibles de faire l’objet d’une opération financière, géré par Stéphane Fraenkel et Pierre Schang, a gagné 5,2% en juin, contre 4,92% pour son indice de référence. « Durant la période, le fonds est devenu maître du fonds LBPAM Actions France. Ses encours sont ainsi passés d’environ 23 millions d’euros à environ 198 millions d’euros en cours de mois », expliquent les gérants dans leur rapport. « Hormis l’intégration des positions de LBPAM Actions France, le principal a achat a porté sur la société allemande HelloFresh, leader mondial dans la livraison d’ingrédients pour les repas à domicile. A l’inverse, le principal allègement a porté sur Alstom dont les perspectives sont devenues plus difficiles à lire du fait de la crise sanitaire et de la complexité de l’intégration à venir de l’activité ferroviaire de Bombardier ». Au 30 juin 2020, ses principales positions étaient les suivantes : LVMH (8%), Sanofi (6,02%), Schneider Electric (4,81%), Total (4,69%) et Ingenico (3,96%).

L’équipe du Journal des OPA vous souhaite un week-end lumineux et vous remercie de votre fidélité.

© Médiange. Tous droits réservés