Inside

OPA, OPE, fusions, rumeurs… La synthèse de la semaine. Recherche d’une solution négociée dans la bataille Suez/Veolia, OPR sur XPO Logistics, offre volontaire sur Simo International et proposition d’une offre de rachat de CVC sur Toshiba, sans parler des rumeurs (Dolce & Gabbana, KPN, EDF) : la semaine a été riche. Ce qu’il faut en retenir.

Les nouveautés

Sur Euronext Paris

Veolia a appelé Suez au dialogue et à désactiver la fondation de droit néerlandais. Le conseil d’administration de Suez, de son côté, rappelle qu’il est toujours en mesure de recommander avant le 20 avril 2021 une nouvelle offre de Veolia dès lors qu’elle est équitable et conforme à l’intérêt de tous ses actionnaires. Suez propose à nouveau de rencontrer son PDG dans les tout prochains jours. Néanmoins, comme le dénonce Veolia, « Suez souhaite parvenir à une solution négociée, tout en confirmant avoir signé un accord avec l’opérateur australien Cleanaway Waste Management pour la cession des activités de déchets en Australie, pourtant clairement identifiées comme stratégiques ». Veolia mettra en œuvre tous les moyens de droit pour empêcher la cession de ces actifs stratégiques et continue à proposer à Suez de discuter sereinement de son projet.

XPO Logistics Europe : projet d’OPR au prix de 315 € par action. XPO Logistics, qui détient déjà 96,52% du capital de cette entreprise de logistique, s’engage à acquérir les actions non détenues au prix unitaire de 315 €. Ce prix fait ressortir une prime de 7,9% sur le cours du 1er avril 2021 et une prime de 14,1% sur la moyenne des 3 derniers mois avant cette date, valorisant XPO Logistics Europe 3,1 milliards d’euros. Pour mémoire, XPO Logistics avait lancé l’été 2015 une OPA simplifiée sur Norbert Dentressangle, devenue donc XPO Logistics Europe, au prix de 217,50 € par action. Le retrait obligatoire sera demandé dans la mesure où les conditions sont d’ores et déjà remplies.

Simo International : offre volontaire de rachat à 0,26 € par action. Cette société spécialisée dans la valorisation de surstocks, invendus et fins de séries, cotée sur Euronext Access, a convoqué ses actionnaires en assemblée générale extraordinaire pour le 22 avril 2021, afin de leur soumettre un projet de réduction de capital par voie d’annulation d’actions rachetées. Sous réserve de l’approbation des résolutions, il sera proposé par voie d’offre volontaire de racheter un nombre maximum de 588.957 actions Simo International au prix unitaire de 0,26 € en vue de les annuler. Ce projet de réduction de capital s’inscrit dans un processus de radiation d’Euronext Paris.

Sur les marchés étrangers

Toshiba va étudier une offre de rachat. « L’édition du Nihon Keizai Shimbun a rapporté que CVC Capital Partners, une société de capital-investissement, avait fait une proposition d’acquisition à Toshiba », explique le fabricant japonais de matériel électronique et informatique dans un communiqué laconique. « Toshiba a reçu une proposition préliminaire, et demandera des éclaircissements supplémentaires et l’examinera attentivement. La société fera une nouvelle annonce en temps voulu ».

Les opérations en cours

Société Française de Casinos : Circus Casino France n’apportera pas ses titres. Dans un courrier adressé à l’AMF, cette structure contrôlée par Ardent Finance, qui détient 11,40% du capital de la SFC, précise qu’elle « n’a pas l’intention d’apporter ses titres Société Française de Casinos à l’offre publique initiée par la société Casigrangi ». Le retrait obligatoire envisagé apparaît donc problématique. Pour rappel, Casigrangi, qui contrôle désormais 75,07% du capital, a déposé un projet d’OPA simplifiée au prix de 1,70 € par action, avec une prime de 36% sur le cours du 22 juillet 2020, dernière séance avant l’annonce de l’opération. Sous réserve du feu vert de l’Autorité de régulation, l’offre devrait se dérouler du 29 avril au 12 mai 2021.

Tours de table

Unibail-Rodamco-Westfield : Xavier Niel continue de grignoter le capital. Après avoir franchi le seuil de 10%, le 19 février 2021, le fondateur d’Iliad, maison mère de Free, a franchi en hausse le seuil de 15%, via ses deux sociétés Rock Investment et NJJ Market, et détient désormais 15,50% du capital et des droits de vote de cette foncière spécialisée dans les centres commerciaux. Dans un courrier adressé à l’AMF, Xavier Niel indique ne pas avoir l’intention de prendre le contrôle d’Unibail-Rodamco-Westfield, mais envisage de poursuivre ses achats en fonction des conditions de marché.

Fountaine Pajot : changement dans le tour de table. Ce constructeur de catamarans de croisière annonce l’arrivée au capital de la Compagnie du Catamaran (holding de contrôle de Fountaine Pajot) d’Unexo, filiale de capital-investissement de 9 Caisses Régionales du Crédit Agricole de l’Ouest, qui rejoint ainsi Arkea Capital. L’arrivée d’Unexo, par rachat d’une part minoritaire auprès d’Arkea Capital, ne modifie pas le partenariat établi avec la famille Fountaine qui restera l’actionnaire majoritaire de la Compagnie du Catamaran.

SES-Imagotag élargit son flottant. Le 8 avril, BOE Smart Retail HK, holding contrôlé par BOE et actionnaire majoritaire de SES-Imagotag, a cédé 1,3 million d’actions réduisant ainsi sa participation à 60,2%. L’opération a été réalisée à un prix de 44 € par action dans le seul but d’accroître la liquidité du titre et d’élargir la base actionnariale à de nouveaux investisseurs. Le flottant s’est ainsi accru de 34%, passant de 24% à 32% du capital de la société. BOE Smart Retail HK demeure l’actionnaire majoritaire de SES-Imagotag et BOE reste un partenaire stratégique.

A savoir

Société Générale est entrée en négociation exclusive avec Amundi en vue de la cession des activités de gestion d’actifs opérées par Lyxor. Les encours gérés par Lyxor Asset Management totalisent 140 milliards d’euros à fin décembre 2020 dont 124 milliards d’euros au titre du périmètre de l’opération considérée. Cette cession, qui devrait être finalisée au plus tard en février 2022, se ferait au prix de 825 millions d’euros et aurait un effet positif estimé à environ 18 points de base sur le ratio CET1 du Groupe. La plus-value de cession nette d’impôts serait d’environ 430 millions d’euros.

Pixium Vision : Second Sight abandonne le projet de rapprochement. « Persévérant dans une attitude dilatoire et refusant d’entamer des discussions, Second Sight a notifié à Pixium Vision sa décision de rompre unilatéralement le protocole d’accord, bien que celui-ci ne prévoit aucunement une telle faculté de résiliation unilatérale », explique Pixium Vision. En conséquence, elle entend explorer toutes les voies ouvertes afin d’assurer la préservation de ses droits et d’obtenir la réparation de son entier préjudice.

DMS Group et ASIT biotech reprennent leurs négociations. Les éléments ayant provoqué la décision de les interrompre ont été solutionnés. La transaction envisagée permet de réaliser le plein potentiel de la division DMS Imaging, branche d’activité imagerie médicale de DMS Group et de garantir les intérêts des actionnaires et créanciers d’ASIT biotech dans le cadre de son plan de réorganisation judiciaire. La parité d’échange ressort à 45 millions d’euros pour la division DMS Imaging de DMS Group et 5 millions d’euros pour ASIT biotech, à augmenter en fonction de la position de cash net d’ASIT biotech après le paiement en cash des dettes.

La justice néerlandaise se prononce en faveur de GrandVision. La Cour d’appel d’Amsterdam a rejeté les demandes formulées par EssilorLuxottica visant à obtenir des informations supplémentaires de GrandVision sur sa gestion de la crise du coronavirus. Cette décision confirme celle du tribunal d’instance du 24 août 2020. Par ailleurs, la procédure d’arbitrage, confidentielle et à huis clos, engagée par GrandVision contre EssilorLuxottica est en cours, rappelle GrandVision dans un communiqué. La société continue de soutenir EssilorLuxottica avec l’objectif commun d’obtenir l’approbation réglementaire pour la clôture de la transaction avant le 31 juillet 2021.

Bruits de marché

Dolce & Gabbana ne discute pas d’un éventuel rapprochement avec Kering, a déclaré l’administrateur délégué du groupe de mode italien dans une interview publiée dans la presse, mardi 6 avril 2021, comme le rapporte l’agence Reuters. « Je peux absolument le démentir », a dit Alfonso Dolce, interrogé sur un mariage avec le propriétaire de Gucci. Il n’a toutefois pas exclu que son groupe participe à un « projet italien plus large » rassemblant plusieurs marques.

KPN toujours très entourée sur Euronext Amsterdam. L’action de l’opérateur néerlandais de télécoms s’adjuge 14,9% depuis le début de l’année, ce qui porte sa capitalisation à 12 milliards d’euros. Selon The Wall Street Journal, deux sociétés de capital-investissement, EQT et Stonepeak Infrastructure Partners, se sont associées pour faire une offre sur KPN. Mais, comme le précise le quotidien américain, « il n’y a aucune garantie que les parties prenantes suivront et, si elles le font, qu’elles parviendront à un accord ». Interrogé, le groupe néerlandais a refusé de commenter.

EDF très recherchée sur Euronext Paris. L’action du groupe spécialisé dans la production et la fourniture d’électricité, contrôlé à 83,68% par l’État français, gagne 6,5%, à 11,96 €, portant sa capitalisation à 37 milliards d’euros. À l’origine de ce regain d’intérêt, des rumeurs selon lesquelles le ministère de l’Economie évaluerait à environ 10 milliards d’euros le montant à débourser pour retirer le titre de la cote dans le cadre du projet de réorganisation du groupe, faisant suite à la réforme à venir de la régulation du parc nucléaire français. Un rapide calcul montre toutefois que le montant avancé (10 milliards), correspondant à une prime de l’ordre de 65%, apparaît très généreux.

L’équipe du Journal des OPA vous souhaite un week-end d’évasion et vous remercie de votre fidélité.

© Médiange. Tous droits réservés