Inside

OPA, OPE, fusions, rumeurs… La synthèse de la semaine. Dépôt officiel de l’Opra sur Netgem, offre mixte amicale de United technologies sur Rockwell Collins, prise de contrôle d’Aveva par Schneider Electric, sans oublier les changements dans les tours de table (Air France-KLM, Engie, Spie, Ubisoft) et les bruits de marché (Coface) : cette semaine de rentrée a été particulièrement riche. Voici ce qu’il faut en retenir.

Les nouveautés

En France

Netgem a déposé son projet d’Opra. L’offre publique de rachat portera sur 10.000.000 actions au maximum au prix unitaire de 2,50 €, soit 24,18% du capital, faisant ressortir une prime de 3,9% sur le cours avant l’annonce. Les sociétés J.2.H. et Fast Forward ont fait part de leur intention d’apporter à l’offre respectivement 14,26% et 5,08% du capital. Dans l’hypothèse où le nombre d’actions apportées à l’Opra serait supérieur à 10.000.000 actions, une réduction des demandes proportionnelle serait appliquée. L’offre est soumise à l’approbation de l’assemblée générale extraordinaire, convoquée pour le 11 septembre 2017. Et, sous réserve du feu vert de l’AMF, elle devrait se dérouler du 27 septembre au 16 octobre 2017.

A l’étranger

United Technologies achète Rockwell Collins. Le conglomérat industriel, maison mère du motoriste Pratt & Whitney, qui était en pourparlers depuis près d’un mois, a conclu un accord permettant d’acquérir l’équipementier aéronautique américain pour un montant de 30 milliards de dollars, dette de 7 milliards comprise. Ce qui va créer de facto l’un des plus grands fabricants mondiaux de pièces pour l’aéronautique civile et militaire. Pour ce faire, United Tech lancera une offre mixte d’une contrevaleur de 140 $ par action, comprenant une part en espèces de 93,33 $ et une part en titres de 46,67 $. Ce prix fait ressortir une prime de 17,6% sur le dernier cours coté de Rockwell Collins avant les premiers mouvements spéculatifs.

Schneider Electric marie ses activités de logiciels industriels avec le britannique Aveva. A la clôture de l’opération, prévue fin 2017, le groupe français contrôlera 60% du capital du nouvel ensemble. Outre l’apport de ses activités de logiciels industriels à Aveva, Schneider Electric versera 550 millions de livres (858 pence par action) en numéraire au britannique, qui distribuera de son côté 100 millions de livres (156 pence par action) à ses actionnaires actuels. Schneider Electric recevra en parallèle des actions Aveva émises pour l’occasion d’une valeur de 1,7 milliard de livres, calculée à partir du cours d’Aveva la veille de l’opération.

Les opérations en cours

Havas : le conseil d’administration rend un avis motivé sur l’OPA simplifiée, initiée par Vivendi. Pour rappel, le prix proposé de 9,25 € fait ressortir une prime de 11,2% par rapport au cours moyen des actions Havas le 10 mai 2017 (veille de l’annonce de l’offre) et une prime de respectivement 12,8% et 15,1 % par rapport au cours des trois et six mois précédant l’annonce de l’offre. Eu égard notamment au caractère équitable de l’offre attesté par l’expert, le conseil a considéré que l’offre était réalisée dans l’intérêt du groupe Havas, de ses salariés et de ses actionnaires. Le conseil d’administration recommande aux actionnaires qui souhaitent bénéficier d’une liquidité immédiate d’apporter leurs titres à l’offre.

Encore onze sociétés en période de pré-offre !  Ce sont des sociétés ayant fait l’objet d’une annonce d’offre publique, mais dont le projet n’a pas encore été officiellement déposé auprès de l’AMF. Par ordre d’apparition, il s’agit de Zodiac Aerospace, Paref, Traqueur, Business & Decision, Baccarat, SES Imagotag, Financière Marjos, Thermocompact, ANF Immobilier, Le Tanneur & Cie et Astellia. Pour connaître le détail : https://www.journaldesopa.com/indiscretions/inside/encore-dix-societes-en-periode-de-pre-offre_14323.html

Sorties de cote

Fedon : la radiation des titres se précise.  Dans le cadre de l’offre de cession volontaire, les actions apportées à BNP Paribas ont été vendues à partir du 7 septembre 2017 sur le marché AIM. BNP Paribas calculera le prix de vente moyen des actions Fedon et transférera le produit de la vente aux actionnaires vendeurs après réception des fonds. Pour rappel, le groupe italien, spécialisé dans les étuis à lunettes et les accessoires à optique, a décidé de demander la radiation de ses actions cotées sur Euronext Paris, qui interviendra à l’issue de la séance du 14 septembre 2017.

Axa Crédit : la radiation interviendra le 13 octobre 2017. Suite à l’offre publique de retrait d’Axa Assurance Maroc, qui s’est déroulée du 17 au 28 juillet 2017 au prix de 310 dirhams par action, la Bourse de Casablanca procèdera à la radiation des titres de la cote, comme il était prévu initialement.

Dans les tours de table

Air France–KLM : les actionnaires ont approuvé l’entrée de China Eastern Airlines et Delta Airlines, à hauteur de 10% du capital chacune, au prix de 10 € par action. Ces deux compagnies « ne pourront pas agir de concert et elles ne pourront pas, non plus, augmenter leur participation avant cinq ans, assure Jean-Marc Janaillac, PDG d’Air France–KLM », dans un entretien aux Echos. Ajoutant : « la réglementation européenne interdit à des non-Européens de contrôler une compagnie aérienne européenne. Il n’y a donc aucune atteinte à l’indépendance d’Air France-KLM ».

Engie : l’Etat a cédé finalement 4,56% du capital, sur la base d’un prix de 13,80 euros par action, soit un montant de 1,53 milliard d’euros. Au terme de cette opération, l’Etat détient, via l’Agence des participations de l’Etat, 24,1% du capital et 27,6% des droits de vote d’Engie, niveau calibré pour permettre une détention de plus du tiers des droits de vote à l’issue du délai prévu par la loi du 29 mars 2014.

Spie : FFP prend une participation de 5,2%. La société d’investissement, contrôlée par les Etablissements Peugeot Frères, rachète auprès de Clayax 8 millions d’actions pour 189 millions d’euros (soit 23,625 € par action). Clayax s’est engagé à ne pas céder des titres à un prix inférieur à la transaction, ceci dans les 30 prochains jours. De son côté, FFP s’est engagé à ne pas céder de titres dans les 60 prochains jours.

Ubisoft : la famille Guillemot continue de se renforcer, avant l’assemblée générale mixte qui se tiendra le vendredi 22 septembre 2017. Par suite d’acquisitions hors marché, le groupe familial Guillemot a en effet franchi en hausse le seuil de 15% pour détenir désormais 15,38% du capital (dont 12,47% via Guillemot Brothers SE) et 21,61% des droits de vote de l’éditeur de jeux vidéo. Vivendi reste néanmoins le premier actionnaire avec environ 27% du capital et 24,5% des droits de vote.

Bruits de marché

La Coface reste très entourée, après les révélations des Echos. Selon le quotidien, « L’assureur-crédit français a fait l’objet d’une approche de la part d’un homologue chinois, Sino Guarantee […], considéré comme le premier garant financier sur le continent de la République populaire ». Et d’ajouter : « il s’est manifesté auprès de Natixis, le principal actionnaire de la Coface à hauteur de 41,24 % du capital, pour s’inviter au tour de table de l’assureur-crédit ». Natixis n’a pas fait de commentaires, mais va acquérir 40% de BPCE Assurances auprès de Macif et Maif pour 272 M€ pour devenir l’unique actionnaire du 3e bancassureur non-vie français.

L’équipe du Journal des OPA vous souhaite un week-end au sec et vous remercie de votre fidélité.

© Médiange. Tous droits réservés