Inside

OPA, OPE, fusions, rumeurs… La synthèse de la semaine. Une OPR (Heurtey Petrochem), une OPRA (Afone Participations), une offre volontaire de rachat (Groupe Rivalis), un relèvement de prix (Murray & Roberts), sans oublier les opérations en cours (Electro Power Systems, Beni Stabili, Baccarat, Gemalto) : la semaine a été riche. Voici ce qu’il faut en retenir.

Les nouveautés

En France

Heurtey Petrochem : Axens lance une OPR suivie d’un retrait obligatoire. Cette filiale du groupe IFP Energies nouvelles, qui détient désormais 95,9% du capital, offrira 30 € par action. Ce prix fait ressortir une prime de 37,6% sur le dernier cours coté, le 4 mai 2018, et représente un bonus de 25% par rapport au prix fixé dans le cadre de l’OPA déposée par Axens en octobre 2016 et clôturée le 27 janvier 2017 (20 €). Il valorise Heurtey Petrochem, groupe international d’ingénierie pétrolière et gazière coté sur Euronext Growth, environ 147 millions d’euros.

Afone Participations : OPRA en vue à 9,20 € par action. L’opérateur de télécoms et de paiements électroniques envisage de faire bénéficier à ses actionnaires d’une partie des produits de cession reçus, qui devraient représenter un montant d’environ 15 millions d’euros, via un rachat d’actions. L’offre, au prix de 9,20 € par action, soit une prime de 5,1% sur le dernier cours coté, porterait sur 19,66% du capital. A noter que les actionnaires concertistes de contrôle, les familles Fournier et Durand-Gasselin qui détiennent 65,68% du capital, n’apporteront par leurs titres à l’offre.

Groupe Rivalis : Phosphore lance une offre de rachat volontaire à 8,50 €. Ce holding familial, qui contrôle plus de 90% de cette société spécialisée dans l’accompagnement personnalisé des petites entreprises, offrira aux actionnaires minoritaires d’acquérir la totalité de leurs actions au prix unitaire de 8,50 €. Ce prix fait ressortir une décote de 13% sur le dernier cours coté (9,81 €), qui était toutefois en hausse de 59,5% sur les 3 derniers mois, et valorise la société   10 millions d’euros. L’offre sera ouverte du 4 juin au 6 juillet 2018.

A l’étranger

Murray & Roberts : Aton relève le prix de son offre. La société d’investissement allemande, qui a porté à 44% sa participation dans le groupe de BTP sud-africain, a décidé de relever le prix de son OPA de 15 à 17 rands par action, soit une majoration de 13,3%. Ce qui valorise Murray & Roberts 7,6 milliards de rands, soit 610 millions de dollars. Murray & Roberts, qui avait rejeté la précédente proposition, la jugeant « opportuniste » et « peu attrayante », a indiqué que son conseil d’administration allait entamer des discussions  avec Aton au sujet de cette nouvelle offre améliorée.

Les opérations en cours

En France

Electro Power Systems (EPS) : l’OPA est ouverte du 1er au 14 juin 2018. GDF International, filiale à 100% d’Engie, qui détient 56,09% du capital de cette entreprise spécialisée dans les solutions de stockage d’énergie, s’engage à acquérir le solde des actions au prix unitaire de 9,50 € (et les BSA au prix de 9,30 €). Le prix de 9,50 € présente une décote de 16,7% sur le dernier cours précédent l’annonce de l’acquisition, mais fait apparaître une prime de 30,1% sur le prix d’introduction en Bourse en avril 2015 (7,30 €). A noter que GDF International n’a pas l’intention de mettre en œuvre de retrait obligatoire, ni de demander la radiation des actions.

Beni Stabili et Foncière des Régions, rebaptisée Covivio, ont approuvé le projet de fusion et la parité d’échange de 8,5 actions Foncière des Régions pour 1 000 actions Beni Stabili. L’opération sera par la suite soumise aux votes des assemblées générales extraordinaires de Beni Stabili, le 5 septembre, et de Foncière des Régions, le 6 septembre. La réalisation de la fusion est attendue pour la fin d’année 2018.

Baccarat : les parties se désistent de toute procédure. Les actionnaires majoritaires Starwood Capital et L Catterton, ainsi que Baccarat et l’actionnaire minoritaire Consellior, ont convenu de mettre un terme à tous leurs différends et de donner tous les moyens à Baccarat de réaliser son potentiel, toutes les parties impliquées n’ayant plus à prendre en considération des hypothèques judiciaires, comme l’a indiqué Baccarat dans un communiqué.

A l’étranger

Gemalto : Thales prolonge son OPA jusqu’au 15 août 2018 inclus. Le groupe d’électronique a décidé de prolonger de dix semaines la période d’acceptation, car les conditions suspensives nécessaires à la réalisation de l’offre, notamment celles relatives aux autorisations règlementaires, ne seront pas satisfaites avant l’expiration de la période d’acceptation initiale, le 6 juin 2018. Pour rappel, Thales s’engage à acquérir chaque action au prix de 51 €, soit une prime de 57% sur le cours du 8 décembre 2017, valorisant Gemalto 4,6 milliards d’euros.

Sortie de cote

Compagnie Parisienne de Chauffage Urbain : les actions ont été radiées le 31 mai 2018. A la clôture de l’offre publique de retrait, qui s’est déroulée du 17 au 30 mai inclus au prix unitaire de 201 €, le concert composé d’Engie Energie Services et de la Ville de Paris détenait 98,99% du capital. Les actions non présentées à l’OPR par les actionnaires minoritaires ont été transférées à l’initiateur de l’offre.

Hügli : retrait de la cote suisse en vue. Le groupe alimentaire Bell Food Group détenant plus de 98% des actions suite à l’OPA au prix de 915 francs suisses, le conseil d’administration de Hügli a décidé de déposer une demande auprès de SIX Swiss Exchange en vue de radier les actions au porteur de la cote.

Tours de table

OTE : Deutsche Telekom porte sa participation à 45%. Après avoir exercé son droit de préemption, l’opérateur allemand a acquis une participation supplémentaire de 5% dans Hellenic Telecom (OTE) pour un montant de 284 millions d’euros, portant sa participation à 45%. Le prix unitaire des 24,5 millions d’actions acquises a été fixé par référence au cours moyen pondéré d’OTE sur une période de vingt séances précédant le 15 mars 2018, soit environ 11,60 € par action. « OTE est une pierre angulaire de notre ambition stratégique de devenir le premier opérateur téléphonique européen », a déclaré Srini Gopalan, membre du directoire de Deutsche Telekom, responsable pour l’Europe.

Mr.Bricolage élargit son flottant. L’ANPF a cédé hors marché un bloc de 500.000 actions Mr.Bricolage, représentant 4,81% du capital, à deux sociétés de gestion françaises indépendantes, Amiral Gestion et Keren Finance. A l’issue de la transaction, la proportion d’actions réparties dans le public augmente pour s’établir à 37,87% du capital, 60,15% restant détenues par le concert ANPF, société dont le capital est composé d’actionnaires adhérents de l’enseigne Mr.Bricolage. Le groupe publiera ses résultats semestriels 2018, le 25 juillet après Bourse.

Le PDG de Fashion Bel Air a racheté 4,3% du capital. Eric Sitruk, président-directeur général de l’entreprise spécialisée dans la création de prêt-à-porter féminin, a fait l’acquisition d’un bloc de 625.000 actions dans le cadre de la sortie d’un fonds. Par cette opération, déclarée à l’AMF, le dirigeant-fondateur marque ainsi sa confiance dans le potentiel de croissance de l’entreprise, explique Fashion Bel Air.

A savoir

Swiss Re et SoftBank ont mis fin à leurs discussions. Le géant suisse de la réassurance et le holding japonais centré sur les télécoms ont convenu de mettre un terme à leurs pourparlers en vue d’un éventuel investissement minoritaire de SoftBank dans Swiss Re. « Swiss Re continuera à mettre en œuvre sa stratégie technologique conjuguant développements internes et collaborations avec des tiers », explique le groupe suisse. Ajoutant : « Dans ce contexte, la société étudiera également les opportunités commerciales entre les entités opérationnelles de Swiss Re et les sociétés détenues en portefeuille par SoftBank ».

AccorHotels a cédé 57,8% du capital d’AccorInvest. Avec cette opération, le groupe hôtelier français bénéficie d’un apport de liquidités brut de 4,6 milliards d’euros, légèrement supérieur aux 4,4 milliards annoncés en février, en ligne avec l’augmentation du pourcentage de capital finalement cédé. AccorHotels détiendra donc 42,2% du capital d’AccorInvest, qui sera déconsolidé des comptes du groupe à compter du 1er juin 2018. AccorHotels et AccorInvest conservent un partenariat privilégié au travers de contrats de partenariat de très longue durée.

Alès Groupe : le fonds CIAM critique sévèrement la gouvernance. Ce fonds activiste, actionnaire à hauteur de 2,8% du spécialiste des produits cosmétiques et capillaires, souhaite nommer un nouveau membre au conseil de surveillance. « Seule deux personnes peuvent actuellement se prévaloir d’une quelconque légitimité au sein de ce conseil, ce qui n’est pas acceptable s’agissant d’une société cotée », explique ce fonds créé par Catherine Berjal et Anne-Sophie d’Andlau. « Force est d’ailleurs de constater que le conseil n’a rien fait pour contester les mauvaises décisions du management qui ont conduit la société à la situation désastreuse actuelle ».

L’équipe du Journal des OPA vous souhaite un très beau week-end et vous remercie de votre fidélité.

© Médiange. Tous droits réservés