Inside

OPA, OPE, fusions, rumeurs… La synthèse de la semaine. À l’exception d’une OPR sur Visiodent, le marché a fait relâche, en attendant le dépôt et le lancement des offres notamment sur CNP Assurances et Bel. À court ou moyen terme, Advenis est appelée à faire l’objet également d’une OPR. En revanche, gare aux désillusions sur Pharmasimple, car, sur Euronext Growth, le seuil de déclenchement d’une offre obligatoire se situe à 50%.

Les nouveautés

Visiodent : projet d’offre publique de retrait à 3 € par action. Groupe Visiodent et Hivista agissant de concert ont déposé un projet d’OPR visant les actions Visiodent. Le concert, qui détient 94,33% du capital et 97,02% des droits de vote de l’éditeur de logiciels de gestion pour cabinets dentaires, s’engage à acquérir les actions non détenues au prix de 3 € par action. Ce prix fait ressortir une prime de 15,4% sur le dernier cours coté avant l’annonce de l’offre et une prime de 20,4% sur la moyenne des 60 dernières séances. À ce niveau, la société est valorisée 13,5 millions d’euros. Les conditions requises étant déjà remplies, les co-initiateurs demanderont la mise en œuvre d’un retrait obligatoire. La cotation des actions Visiodent sera reprise lundi 22 novembre 2021.

Les offres en cours

CNP Assurances désigne un expert indépendant. Le conseil d’administration a décidé, dans le cadre de l’opération projetée par La Banque Postale et le groupe BPCE, de désigner en qualité d’expert indépendant, le cabinet Ledouble. L’expert indépendant aura pour mission d’établir un rapport sur les conditions financières du projet d’OPA simplifiée au prix de 21,90 € par action, suivi d’un retrait obligatoire si les conditions de mise en œuvre sont réunies, qui serait déposé par La Banque Postale à la suite de l’acquisition de la participation du Groupe BPCE dans CNP Assurances. Le conseil d’administration se réunira le moment venu pour émettre un avis motivé sur le projet d’offre publique.

Bel : le projet de note en réponse à l’OPR a été déposé. Il contient notamment le rapport du cabinet Finexsi, mandaté le 18 mars 2021 par le conseil d’administration. Pour rappel, Unibel, holding animatrice du groupe Bel (La Vache qui rit, Mini Babybel, Kiri, Boursin, Nurishh…), qui détient de concert avec le groupe familial Fiévet-Bel et Sicopa 95,46% du capital et 82,21% des droits de vote, s’engage à acquérir la totalité des actions non détenues au prix rehaussé de 550 €, soit une majoration de 25% par rapport au prix de 440 € initialement avancé. Ce prix représente une prime de 45,5% sur le cours du 17 mars 2021 et de 58,4 % sur la moyenne des 60 dernières séances avant cette date.

Les résultats

Faurecia détiendra 79,5% du capital d’Hella, acteur majeur de l’éclairage et de l’électronique automobile. La période additionnelle d’acceptation s’est achevée le 11 novembre 2021. Les actionnaires d’Hella ont apporté un total de 21.662.359 actions au cours de la période d’offre. Ensemble avec la participation de 60% détenue par le pool familial, Faurecia acquerra 79,5% des actions Hella lors de la réalisation de l’opération. Cela représentera pour Faurecia un investissement de 5,3 milliards d’euros et permettra au groupe de bénéficier d’une plus grande flexibilité financière, en comparaison des 6,7 milliards d’euros que représentent 100% des actions Hella à 60 € par action. La réalisation de l’opération reste soumise à l’obtention de certaines autorisations réglementaires, attendue au début de l’année 2022.

Capgemini a finalisé l’acquisition d’Empired, société australienne spécialisée dans le cloud et la transformation digitale. Cette transaction réalisée par le biais d’une procédure spécifique de droit australien a été approuvée par les majorités requises des actionnaires d’Empired et par la Cour fédérale d’Australie. Empired apporte 1 100 consultants supplémentaires au Groupe, en Australie et Nouvelle-Zélande. En outre, l’acquisition d’Empired renforce la capacité de Capgemini à fournir des solutions complètes à ses clients en Australie occidentale et en Nouvelle-Zélande. Cette acquisition, la quatrième de Capgemini dans la région au cours des 18 derniers mois, appuie son ambition d’atteindre une position de leader sur le marché australien du digital, des données et du cloud.

Sorties de cote

Trois retraits obligatoires interviendront le 25 novembre 2021.

D’abord, celui d’Ivalis au prix de 24,50 € par action. Il portera sur 408 actions, soit 0,03% du capital et 0,06% des droits de vote de cette société spécialisée dans la réalisation d’inventaires physiques de stocks, désormais aux mains de RGIS Spécialistes en Inventaire.

Ensuite, celui de Filae au prix de 20,75 € par action. Il portera sur 65.655 actions de ce portail de la généalogie, représentant 4,12% du capital et au plus 6,30% des droits de vote de cette société, désormais aux mains de TreeHouse Junior, qui contrôle par ailleurs MyHeritage.

Enfin, celui de Tessi au prix de 168,60 € par action (dividende de 3,40 € détaché le 24 juin 2021). Il portera sur 45.089 actions de ce spécialiste de la gestion externalisée des flux documentaires et de paiement, représentant 1,38% du capital et au plus 1,51% des droits de vote.

Tours de table

Advenis : Inovalis tout près du seuil des 90% du capital. Par suite d’une acquisition d’actions hors marché auprès du Groupe Renée Costes au prix unitaire de 2,80 €, Inovalis détient désormais 88,86% du capital et 91,05% des droits de vote de cette société spécialisée dans la gestion d’actifs immobiliers et financiers.

Pharmasimple a été très recherchée sur Euronext Growth. L’action de l’entreprise spécialisée dans la vente en ligne de produits parapharmaceutiques a bondi cette semaine de 36,8%, à 1,39 €, réduisant sa baisse à 85,8% depuis le début de l’année. La raison de cette embellie ? Le fonds European High Growth Opportunities Securitization (EHGO), appartenant au groupe Alpha Blue Ocean, a franchi plusieurs seuils (20%, 30% et 45%) pour détenir 48,10% du capital et des droits de vote de Pharmasimple.

A savoir

Vivendi, Fininvest et Mediaset sont convenus d’amender certaines dispositions des accords conclus dans la perspective des propositions soumises à l’assemblée générale de Mediaset du 25 novembre 2021. L’introduction d’une structure du capital social à deux catégories d’actions (actions ordinaires A et B) est ainsi prévue, prévoyant la conversion de toutes les actions Mediaset existantes en actions B et l’attribution d’une action A pour chaque action B. En conséquence, compte tenu de l’engagement de Vivendi de vendre la totalité de sa participation dans Mediaset détenue actuellement par Simon Fiduciaria sur le marché à un horizon de cinq ans, il a été convenu qu’un cinquième des actions A et des actions B seront cédées chaque année au prix minimum de 1,375 € la 1ère année, 1,40 € la 2e année, 1,45 € la 3e année, 1,5 € la 4e année et 1,55 € la 5e année.

SMCP : pas d’assemblée générale pour le moment. Le conseil d’administration de cet acteur du luxe (Sandro, Maje, Claudie Pierlot et Fursac) s’est réuni, mercredi 17 novembre, à la suite de la demande de GLAS de convoquer une assemblée générale, reçue le 28 octobre 2021. Le conseil, à la majorité simple des voix, a décidé de ne pas examiner cette requête en l’état. Pour rappel, GLAS, en sa qualité de Trustee, qui a pris possession d’une partie des actions SMCP représentant 29% du capital, avait demandé la convocation d’une assemblée générale. L’ordre du jour devait être le changement de la composition du conseil, à travers notamment la révocation de la totalité des membres représentant European TopSoho et la nomination de quatre nouveaux administrateurs indépendants.

Readly a finalisé l’acquisition de Toutabo. Par cette opération, le groupe suédois Readly acquiert 97,32% des actions de cet éditeur du kiosque numérique ePresse.fr. Le prix d’achat s’élève à 8,2 millions d’euros (hors dettes et trésorerie disponible), avec une contrepartie initiale de 3,9 millions d’euros versée lors du closing de l’acquisition et un complément de prix de 4,3 millions d’euros à verser avant fin janvier 2024, sous réserve de la réalisation de certains objectifs. À la suite de cette acquisition, les deux sociétés ont dévoilé un nouveau nom et un nouveau logo co-brandés, ePresse par Readly, qui vise à sensibiliser les lecteurs français à l’arrivée prochaine d’une offre plus large.

Pierre & Vacances-Center Parcs a subi de lourds dégagements. L’action du spécialiste du tourisme de proximité cède 15,9% sur la semaine, à 6,66 €, soit un recul de 55% depuis le début de l’année, réduisant ainsi sa capitalisation à 66 millions d’euros. Dans le cadre du processus d’adossement, Pierre & Vacances a reçu seulement une offre ferme émanant d’investisseurs, dont certains sont par ailleurs créanciers du groupe. Cette offre, actuellement en cours de discussion avec le groupe et son actionnaire majoritaire, demeure notamment soumise à l’accord des créanciers financiers sur le schéma envisagé. Les discussions se poursuivent parallèlement avec d’autres candidats.

Etudes et recherche

Fusions & acquisitions : le prix d’achat des PME non cotées reste à un niveau élevé. Après une succession de records historiques sur les trois derniers trimestres, l’indice Argos est en baisse au 3e trimestre 2021 à 11 fois l’Ebitda (excédent brut d’exploitation), mais reste à des niveaux élevés. Pour en savoir plus.

L’équipe du Journal des OPA vous souhaite un week-end en plein air avant le grand froid et vous remercie de votre fidélité.

© Médiange. Tous droits réservés

Partager