Les points sur les i

Suez rejette l’offre de Veolia, « porteuse de grandes incertitudes ». En réaction au communiqué publié par son concurrent Veolia dimanche (qui propose d’acquérir 29,9% du capital auprès d’Engie au prix de 15,50 € l’action avant une OPA), le conseil d’administration de Suez s’est réuni lundi 31 août 2020. Il a réitéré à l’unanimité « sa totale confiance dans le projet stratégique fortement créateur de valeur de Suez en tant que société indépendante », comme il est précisé dans un communiqué.

« Suez fait preuve d’une solide résilience opérationnelle comme l’ont démontré les résultats du deuxième trimestre, ainsi que la mise en œuvre du plan de transformation de la société « Suez 2030 » et le renforcement de son bilan dans le cadre du plan de rotation d’actifs du groupe ». Et d’ajouter : « La démarche de Veolia est non sollicitée et Suez n’a entretenu aucune discussion avec Veolia au sujet d’un éventuel rapprochement ».

Dans un contexte où l’urgence environnementale est clé pour l’avenir de nos concitoyens, « l’offre de Veolia génère des préoccupations sur l’avenir des activités de traitement et de distribution de l’eau en France et sur l’emploi au regard du montant des synergies espérées. La stratégie proposée engendrerait des disynergies et des pertes d’opportunité en France et à l’international. Par ailleurs, la complexité du processus retenu conduirait à deux années de perturbations opérationnelles, au moment où, dans le contexte post-Covid, les équipes sont focalisées sur la mise en œuvre de leur plan stratégique ».

Dès cette première phase de l’offre destinée à Engie, le conseil souhaite remplir tout son rôle. Il a mis en place un comité ad hoc qui examinera, notamment, l’opération envisagée par Veolia, sous le prisme de l’intérêt social pour toutes les parties-prenantes de Suez et de la création de valeur pour l’ensemble de ses actionnaires.

La réaction d’Engie est maintenant attendue avec impatience.