Ada : l’OPR va pouvoir commencer

L’AMF a examiné le projet d’offre publique de retrait et l’a déclaré conforme (visa n° 22-267). Groupe Rousselet (ex-G7 contrôlé par la famille Rousselet), qui détient avec Anatole France, 94,72% du capital de ce spécialiste de la location de voitures et d’utilitaires, s’engage à acquérir les actions non détenues au prix unitaire de 18 €. Ce prix fait ressortir une prime de 62,2% sur le dernier cours coté sur Euronext Growth avant l’annonce de l’opération et une prime de 59% sur la moyenne des 60 dernières séances. Ce qui valorise Ada à 52,6 millions d’euros. Les conditions requises étant déjà remplies, l’initiateur demandera la mise en œuvre d’un retrait obligatoire.

1000mercis : l’OPA simplifiée se termine jeudi 16 juin 2022

Positive YmpacT (contrôlée à parité par les fondateurs de 1000mercis), qui détient avec les fondateurs au moins 60,23% du capital de cet expert en CRM digital et marketing programmatique, s’engage à acquérir les actions non détenues au prix unitaire de 30 €. Ce prix fait apparaître une prime de 28,2% sur le dernier cours coté avant l’annonce et de 34,5% sur la moyenne des 60 dernières séances. Si les conditions requises sont remplies, Positive Ympact a l’intention de demander la mise en œuvre d’un retrait obligatoire.

La Cour d’appel de Paris donne raison à Unibel et Bel

Par un arrêt en date du 13 mai 2022, la Cour d’appel de Paris a rejeté le recours formé à l’encontre de la décision de conformité rendue par l’AMF dans le cadre de l’offre publique de retrait suivie d’un retrait obligatoire initiée par Unibel sur les actions émises par Bel. La Cour d’appel a également condamné la société BBDE SAS, auteur du recours, à verser aux sociétés Unibel et Bel la somme de 100.000 euros sur le fondement de l’article 700 du Code de procédure civile. La Cour d’appel a ainsi confirmé la validité et la régularité de l’offre au regard des dispositions législatives et réglementaires applicables. Il est rappelé que le recours initialement déposé le 31 décembre 2021 n’ayant pas été assorti d’une demande de sursis à exécution, le retrait obligatoire a été mis en œuvre le 25 janvier 2022.

Ucar : la cotation est suspendue

Ce spécialiste de la mobilité, présent en France avec 437 agences et une flotte de près de 8 000 véhicules, a demandé à Euronext Paris la suspension de la cotation de son titre dans l’attente de la publication prochaine d’un communiqué. Au cours de 17,50 €, en hausse de 2,3% depuis le début de l’année, Ucar affiche une capitalisation de 30 millions d’euros.

La société a enregistré au 31 décembre 2021 un chiffre d’affaires consolidé de 31,8 millions d’euros, en hausse de 27% par rapport à 2020. Le résultat d’exploitation ressort à 358 K€, marquant le retour à la rentabilité et dépassant le niveau de 2019, tiré par la croissance de l’activité qui a permis de mieux absorber les coûts fixes. Le résultat net ressort ainsi, après exceptionnel et IS, en bénéfice à + 370 K€.

« La poursuite des difficultés d’approvisionnements et l’instabilité de la situation sanitaire, associés à une transformation de fond des réglementations et des attentes du consommateur nous confortent dans une stratégie de disruption orientée vers le « car as a service » et le partage », explique Ucar.

Pour respecter à la fois les contraintes environnementales et sociales, le partage automobile va devenir un enjeu crucial. Ucar a décidé de mettre son savoir-faire et ses outils à la disposition du développement du partage. A cette fin, « le Groupe poursuivra ses investissements pour proposer à un rythme soutenu des solutions innovantes comme il vient de la faire avec la « Mise en Pension » et « Ucar Pool » (application pour favoriser le prêt de voitures dans le cercle familial) ».

Spirit Airlines : JetBlue surenchérit sur l’offre de Frontier

La compagnie aérienne américaine a confirmé avoir soumis une proposition au conseil d’administration pour acquérir Spirit Airlines pour un prix de 33 $ par action. Ce prix fait ressortir une prime de 50,3% par rapport au cours du 4 avril 2022 et valorise cette compagnie à bas coût à 3,6 milliards de dollars. La nouvelle entité réaliserait environ 11,9 milliards de dollars de chiffre d’affaires, selon des estimations réalisées à partir des revenus de 2019, dernière année avant la pandémie de Covid-19 qui a fait plonger le transport aérien.

Musée Grévin : l’OPR se termine jeudi 31 mars 2022

La Compagnie des Alpes (CDA), qui détient déjà 95,88% du capital, s’engage à acquérir les actions non détenues au prix unitaire de 66 €. Ce prix fait ressortir une prime de 24,5% sur le dernier cours coté au 31 janvier 2022 et une prime de 29,7% sur la moyenne des 3 derniers mois avant cette date. Ce qui valorise l’entreprise, cotée sur le compartiment C d’Euronext Paris, 33 millions d’euros. Dans la mesure où les conditions sont d’ores et déjà remplies, la mise en œuvre d’un retrait obligatoire sera demandée.

Engie a cédé avec succès 9% du capital de GTT

Engie a cédé avec succès 9% du capital de GTT. Engie a finalisé la cession de 3.330.000 actions de Gaztransport & Technigaz (GTT) au prix de 90 € par action et a ainsi levé 299.7 millions d’euros dans le cadre d’un placement privé auprès d’investisseurs institutionnels. A la suite d’une forte sursouscription des investisseurs institutionnels, Engie a décidé d’augmenter la cession à hauteur de 3,33 millions d’actions représentant environ 9% du capital de GTT. En cas d’échange de l’intégralité des obligations échangeables en actions ordinaires GTT émises par Engie en juin 2021, la participation d’Engie sera réduite à environ 11%. Le produit de l’opération sera utilisé pour les besoins généraux de l’activité d’Engie et pour financer la croissance future.

Engie lance la cession d’une partie de sa participation dans GTT

Cette opération porte sur environ 3 millions d’actions, représentant environ 8% du capital social de Gaztransport & Technigaz (GTT), par voie de placement privé auprès d’investisseurs institutionnels. La cession s’inscrit pour Engie dans le cadre de son programme de désengagement d’activités non-stratégiques et de participations minoritaires, et fait suite à la revue stratégique initiée en novembre 2020. La participation d’Engie serait, à l’issue de l’opération et en cas d’échange de l’intégralité des obligations échangeables émises en juin 2021, réduite à environ 12% du capital de GTT.


Lagardère : le projet de note en réponse à l’OPA a été déposé

Il contient notamment le rapport établi par le cabinet Eight Advisory, mandaté par le conseil d’administration (sur proposition d’un comité ad hoc comprenant une majorité de membres indépendants) en qualité d’expert indépendant. Pour rappel, Vivendi, qui détient à ce jour 45,13% du capital et 37,10% des droits de vote, s’engage, à titre principal, à acquérir les actions non détenues au prix unitaire de 25,50 € (dividende attaché) et, à titre subsidiaire, à offrir aux actionnaires de recevoir pour chaque action présentée (et conservée jusqu’à la date de clôture de l’OPA) un droit de la céder au prix unitaire de 24,10 € jusqu’au 15 décembre 2023 inclus. Le prix offert dans le cadre de l’offre principale (25,50 € par action, droits à distribution attachés) extériorise une prime de 30,8% par rapport au cours du 15 septembre 2021 (dernière séance avant l’annonce par Vivendi de son projet d’acquisition du bloc auprès d’Amber Capital) et des primes de respectivement 18,9% et 17,8% par rapport aux cours moyens sur 1 mois et 3 mois pondérés par les volumes. Vivendi n’a pas l’intention de demander la mise en œuvre d’un retrait obligatoire.

Telecom Italia va engager des discussions avec KKR

Le conseil d’administration de l’opérateur télécoms italien s’est réuni, lundi 14 mars, sous la présidence de Salvatore Rossi pour évaluer et décider des prochaines étapes à suivre concernant la manifestation d’intérêt indicative et non contraignante envoyé par Kohlberg Kravis Roberts & Co. (KKR). Après en avoir délibéré, le conseil a décidé d’entamer des discussions formelles avec le géant américain du capital-investissement. L’action gagne près de 5%, à 0,303 €.

Pierre et Vacances : nouvelle extension de la période d’exclusivité

Le holding du groupe Pierre & Vacances – Center Parcs a conclu le 17 décembre 2021 un accord d’exclusivité avec un groupe d’investisseurs composé d’Alcentra (également créancier financier du Groupe PVCP), de Fidera (également créancier financier) et d’Atream (également bailleur institutionnel) dans la perspective du renforcement de ses fonds propres. La période d’exclusivité, qui courait initialement jusqu’au 31 janvier 2022, a fait l’objet d’une première extension jusqu’au 18 février 2022.

Afin de permettre aux négociations de se poursuivre et de formaliser un accord avec l’ensemble des parties, les Investisseurs ont prorogé leur offre ferme jusqu’au 4 mars 2022. Les parties sont convenues corrélativement d’étendre la période d’exclusivité consentie aux Investisseurs jusqu’à cette date

Dans ce contexte, le conseil d’administration a décidé de reporter au 31 mars 2022 l’assemblée générale annuelle initialement convoquée pour le 15 mars. L’ordre du jour de demeure inchangé. Le document d’enregistrement universel relatif à l’exercice 2020/2021 sera mis à disposition le 10 mars 2022 au plus tard, concomitamment aux différents rapports devant être établis à l’attention de cette assemblée.

Suez : l’OPA rouverte sera close jeudi 27 janvier 2022

Veolia Environnement, qui détient au moins 86,22% du capital, s’engage de nouveau à acquérir la totalité des actions non détenues au prix unitaire de 19,85 €. Ce prix fait ressortir une prime de 98,7% sur le dernier cours coté au 30 juillet 2020, dernière séance avant l’annonce d’Engie sur la revue stratégique de ses actifs et notamment de ses options en ce qui concerne sa participation dans Suez. Ce prix fait également apparaître une prime de 97,3% sur la moyenne des cours des 3 derniers mois avant cette date. Si les conditions requises sont remplies, à savoir la détention d’une fraction du capital ou des droits de vote supérieure à 90%, Veolia demandera la mise en œuvre d’un retrait obligatoire.