Inside

OPA, OPE, fusions, rumeurs… La synthèse de la semaine. OPRA en perspective sur Gaumont, projets de fusion entre Carmila et Cardety et entre Intelsat et OneWeb, rumeurs de cession de Genfit, sans oublier les offres en cours (Faiveley, Euromedis, Zodiac, Actelion, Pfeiffer, Parmalat) : la semaine été riche. Voici ce qu’il faut en retenir.

Les nouvelles offres

En France

Gaumont : projet d’OPRA au prix de 75 € par action. Cet acteur majeur du cinéma envisage de céder à Pathé sa participation de 34% dans le capital de la société « Les Cinémas Gaumont Pathé » au prix de 380 millions d’euros. Par suite, Gaumont souhaite offrir aux actionnaires minoritaires la possibilité de céder leurs actions dans le cadre d’une offre publique de rachat au prix unitaire de 75 €, soit une prime de 30,4% par rapport au dernier cours coté. Cinépar, actionnaire de référence de Gaumont avec 65% de son capital, ne participerait pas à cette opération.

Carmila et Cardety envisagent de fusionner. Ces deux foncières spécialisées dans la gestion de centres commerciaux et de retail parks attenants à des magasins sous enseignes Carrefour annoncent un projet d’accord en vue de la fusion-absorption de Carmila par Cardety (ex-Carrefour Property Development). Aux termes de ce projet, la parité d’échange serait de 3 actions Carmila pour 1 action Cardety. A la suite de la fusion, la nouvelle entité serait détenue à 42,4% par Carrefour, et par les autres actionnaires de Carmila et de Cardety à hauteur de 55,3% et 2,3%. Le nouvel ensemble, coté à Paris et bénéficiant du régime SIIC, serait dénommé Carmila et afficherait un actif net réévalué de 2,9 milliards d’euros.

A l’étranger

Intelsat et OneWeb ne veulent faire plus qu’un. L’opérateur de satellites américain et le consortium (qui vise la création d’un réseau Internet basé sur une constellation de satellites en orbite terrestre basse) ont conclu un accord définitif en ce sens. Intelsat et SoftBank ont également conclu un accord aux termes duquel SoftBank investira 1,7 milliard de dollars en actions émises par le nouvel ensemble, au prix unitaire de 5 dollars, lui permettant de détenir une participation d’environ 39,9%. La fusion, qui pourrait intervenir au troisième trimestre 2017, est subordonnée aux conditions usuelles et à l’autorisation des créanciers obligataires d’Intelsat.

Les opérations en cours

En France

Faiveley Transport : l’OPA rouverte se termine lundi 6 mars. Wabtec France, qui détenait avant la réouverture 78,17% du capital, s’engage à acquérir la totalité des actions non détenues dans le cadre d’une offre se décomposant en une OPA à titre principal (au prix de 100 € par action), assortie à titre subsidiaire d’une OPE (à raison de 13 Faiveley Transport  pour 15 Wabtec Corp.). Les actionnaires peuvent apporter leurs actions soit à l’offre principale, soit à l’offre subsidiaire, soit en combinant l’une et l’autre. A l’issue de l’offre, l’initiateur a l’intention de demander la mise en œuvre d’un retrait obligatoire au prix de l’OPA, soit 100 € par action.

Euromedis Groupe : l’offre sera rouverte du 6 au 17 mars 2017. La société Nina, qui détient désormais 55,38% du capital de cet acteur de l’assistance médicale à domicile, s’engage à acquérir les actions non détenues au prix unitaire de 7,01 € (coupon de 0,09 € détaché). Ce prix fait ressortir une prime de 20,7% sur le cours du 6 décembre, dernière séance avant l’annonce de l’opération. A noter que l’initiateur n’a pas l’intention de demander la mise en œuvre d’un retrait obligatoire.

Safran/Zodiac : The Children’s Investment (TCI) maintient la pression. Ce fonds d’investissement britannique, qui détient 3,87% du groupe aéronautique français, continue de s’opposer à l’acquisition de l’équipementier Zodiac Aerospace. Dans un nouveau courrier adressé aux actionnaires, en date du 27 février 2017, il estime que la gouvernance de Safran est critiquable. « Si la fusion avec Zodiac Aerospace intervient, elle sera pire ». Ajoutant : les actionnaires ont la possibilité de « transformer Safran en une entreprise normale avec une gouvernance renforcée ». Pour consulter le courrier de TCI (3 pages en anglais) : http://www.astrongersafran.com/Content.aspx?page=Corporate_Governance_Letter_2017_02_27.pdf

A l’étranger

Actelion : l’OPA de Johnson & Johnson a démarré.  Janssen Holding, filiale suisse du groupe pharmaceutique américain, propose d’acquérir chaque action au prix de 280 $, soit l’équivalent de 280,08 francs suisses, valorisant le laboratoire suisse 30 milliards de dollars. Ce prix représente une prime de 23% sur le cours de clôture du 25 janvier, dernière séance avant l’annonce, et de 46% sur la moyenne des cours des 60 séances avant cette date. La réussite de l’offre, qui se terminera le 30 mars, est conditionnée à la détention d’au moins 67% des actions en circulation.

Pfeiffer Vacuum rejette l’offre de Busch. Les organes de direction et de gestion du fabricant allemand de pompes à vide conseillent aux actionnaires de ne pas accepter l’offre de Busch au prix de 96,20 €, estimant que la prime offerte est très inférieure à celles payées dans des transactions comparables. Le marché semble l’entendre de cette oreille. Malgré un repli de 0,69% sur les cinq dernières séances, l’action Pfeiffer Vacuum s’échange à 100,75 €, à 4,7% au-dessus du prix d’offre.

Parmalat : l’OPA de Lactalis se termine le 10 mars 2017. Le géant laitier français, qui détient déjà via Sofil 87,74% du capital, propose d’acquérir chaque action au prix de 2,80 €, avec pour objectif le retrait de la Bourse de Milan. Malgré une prime de près de 15% sur la moyenne des 3 derniers mois avant l’annonce de l’opération. le fonds Amber Capital, qui détient 3% du capital, avait jugé le prix trop bas. A ses yeux, Lactalis priverait les minoritaires des éventuels dédommagements auxquels pourrait être condamnée la banque Citigroup au terme du litige en cours. Vendredi, Parmalat terminait à 2,91 €, soit à 3,9% au-dessus du prix de l’OPA.

Sortie de cote

Salvepar : le retrait obligatoire interviendra le 6 mars.  Il portera sur 63 901 actions, représentant 0,86% du capital, au prix unitaire de 55,30 euros et sur 3 837 Ornanes, représentant 0,16% du nombre total de titres en circulation, au prix de 61,63 € majoré du coupon couru de 0,18 €.

Bruits de marché

Peugeot : le rachat d’Opel à General Motors devrait être officialisé lundi 6 mars,  avant l’ouverture du Salon de l’automobile de Genève. Le conseil de surveillance du groupe français a donné vendredi le feu vert à cette opération d’envergure, selon des sources concordantes. « Depuis 2012, General Motors et le Groupe PSA ont mis en place une Alliance qui couvre à ce jour trois projets en Europe et qui a généré des synergies substantielles pour les deux groupes », avait expliqué PSA. L’objectif est désormais de créer un champion européen à plus de 5 millions de véhicules par an, contre 3,15 millions pour PSA l’an passé, en sortant Opel du rouge.

Genfit très entourée en Bourse. L’action de cette société biopharmaceutique, spécialisée dans le domaine des maladies métaboliques et inflammatoires a bondi cette semaine de 31%, à 28,22 €, portant sa capitalisation à 879 millions d’euros. A l’origine de cette subite envolée, un article du site StreetInsider selon lequel le géant pharmaceutique suisse Novartis serait proche d’un accord pour acquérir Genfit. Au début du mois de décembre 2016, l’agence Bloomberg avait déjà indiqué que la société française étudiait différentes options stratégiques et notamment celle d’une vente. Pour consulter l’article de StreetInsider : https://www.streetinsider.com/Hot+M+and+A/Novartis+%28NVS%29+Said+Near+Agreement+to+Acquire+Frances+Genfit+-+Source/12620013.html

Etudes et recherche

35 offres publiques ont été soumises à l’AMF en 2016, selon les résultats du 8e Observatoire de Ricol Lasteyrie Corporate Finance, membre du réseau EY. Il s’agit de la 1ère année de hausse depuis 5 ans, mais le nombre reste encore inférieur de 35% à celui de 2011, qui reste l’année la plus active depuis la création de l’observatoire. Ces opérations se sont traduites par des achats d’actions d’un montant de 5,4 milliards d’euros, plus de 5 fois moins que les 29,3 milliards d’euros enregistrés en 2015. 19 opérations ont été initiées par l’actionnaire de référence ou la société elle-même, tandis que 15 opérations sont le fait d’un actionnaire extérieur, soit légèrement plus qu’en 2015 (42% des opérations initiées par un tiers). Pour consulter l’étude : http://www.rlcf.ey.com/

Fusions & acquisitions : le prix d’achat des PME se contracte. Les multiples de valorisation des entreprises de taille moyenne non cotées de la zone euro accusent une baisse de 7,6% au 4e trimestre 2016, passant de 9,2 à 8,5 fois le résultat brut d’exploitation (Ebitda), selon l’Indice Argos Mid-Market, calculé chaque trimestre par Argos Soditic et Epsilon Research. Ce repli s’explique principalement, selon les concepteurs de l’indice, par la baisse des multiples payés par les acquéreurs industriels, affectés par la faiblesse des marchés actions. Les multiples ont également été impactés par le retrait des acquéreurs étrangers, situés en dehors de la zone euro.

L’équipe du Journal des OPA vous souhaite un magnifique week-end et vous remercie de votre fidélité.

© Médiange. Tous droits réservés.