Turquoise Hill Resources : Rio Tinto surenchérit sur son offre

Le groupe minier anglo-australien a soumis une proposition améliorée non contraignante au conseil d’administration de Turquoise Hill pour acquérir environ 49% des actions qu’il ne détient pas actuellement. Selon les termes de cette proposition, les actionnaires de Turquoise Hill recevraient 40 $ canadiens par action. Ce prix valorise la société à environ 3,1 milliards de dollars et fait ressortir une prime de 18% par rapport à la proposition initiale (34 $ canadiens) et une prime de 56% par rapport au cours du 11 mars 2022, la veille de la proposition initiale de Rio Tinto. « Cette offre est dans le meilleur intérêt de toutes les parties prenantes, alors que nous travaillons à faire avancer le projet Oyu Tolgoi », a déclaré le directeur général de Rio Tinto, Jakob Stausholm.

Spirit Airlines : Frontier Group Holdings relève son offre

Avant l’assemblée générale du 30 juin qui doit statuer sur son offre mixte, la maison mère de Frontier Airlines a décidé d’augmenter la contrepartie en espèces à 4,13 $ par action Spirit Airlines, en plus de la contrepartie en titres de 1,9126 action nouvelle Frontier Group. Frontier a également convenu qu’un dividende de 2,22 € serait payé aux actionnaires après l’approbation de la transaction. Sur cette base, le conseil d’administration de Spirit Airlines estime qu’une fusion avec Frontier est la voie la plus convaincante sur le plan financier et stratégique pour les actionnaires. JetBlue, qui propose une contrepartie globale de 31,50 $ par action, composée de 30 $ en espèces et du paiement anticipé de 1,50 $ de l’indemnité de rupture, continue de croire que sa proposition est la mieux-disante.

Spirit Airlines : JetBlue surenchérit sur son offre

Après avoir lancé à la mi-mai une OPA hostile, la compagnie aérienne américaine a décidé de soumettre une proposition améliorée au conseil d’administration de Spirit Airlines afin de contrer la fusion avec Frontier Group Holdings, maison mère de Frontier Airlines, qui sera débattue à l’assemblée générale du 10 juin prochain. JetBlue propose désormais une contrepartie globale de 31,50 $ par action, composée de 30 $ en espèces à la clôture de la transaction et du paiement anticipé de 1,50 $ de l’indemnité de rupture. Ce prix fait ressortir une prime de 52,3% par rapport au dernier cours coté avant l’annonce. La nouvelle entité réaliserait environ 11,9 milliards de dollars de chiffre d’affaires, selon des estimations réalisées à partir des revenus de 2019, dernière année avant la pandémie de Covid-19.

Morrison Supermarkets : CD&R emporte les enchères

Morrison Supermarkets : CD&R emporte les enchères. Market Bidco (CD&R Bidco), nouvelle entité constituée par Clayton, Dubilier & Rice, va pouvoir acquérir la 4e chaîne de supermarchés au Royaume-Uni derrière Tesco, Sainsbury’s et Asda. Au terme de la procédure d’enchères, elle a en effet proposé l’offre la plus élevée avec un prix fixé à 287 pence par action, soit une prime de 61,2% par rapport au cours de clôture de 178 pence avant le début de la période d’offre. Ce prix valorise Morrisons à environ 7,1 milliards de livres sterling sur une base entièrement diluée et implique une valeur d’entreprise de 9,8 milliards de livres. Dans ces conditions, le conseil d’administration de Morrisons recommande à l’unanimité l’offre finale de CD&R. Celle-ci est définitive et ne peut être augmentée à moins qu’un tiers n’annonce une intention ferme de faire une offre.

Bourrelier Group : le prix de l’OPR est rehaussé de 6,5%, à 52,50 € !

Bourrelier Group : le prix de l’OPR est rehaussé de 6,5%, à 52,50 € ! M14, société civile contrôlée par M. Jean-Claude Bourrelier et des membres de sa famille, a informé l’AMF, par l’entremise d’Invest Securities, de la modification du projet d’offre publique de retrait visant les actions Bourrelier Group (ex-Bricorama), déposé le 2 mars 2021. M14, qui détient plus de 87% du capital, s’engage désormais à acquérir les actions non détenues au prix unitaire de 52,50 € au lieu de 49,30 € initialement, soit une majoration de 6,5%.

Ce prix de 52,50 € fait maintenant ressortir une prime de 34,6% sur le dernier cours coté (39 €), qui remonte au 19 mars 2020, et une prime de 16,3% sur la moyenne pondérée des 3 derniers mois avant cette date (45,10 €). Il fait par ailleurs apparaître une décote limitée à 1,7% sur l’actif net comptable, part du groupe, de Bourrelier Group, qui ressort à 54,40 € par action au 31 décembre 2020, mais affiche une prime de 10,1% sur l’actif net réévalué après décote de holding (47,7 €).

Les autres stipulations du projet d’offre demeurent inchangées, à l’exception des dates d’expiration relatives aux compléments de prix éventuels. La date d’expiration pour le complément n°1 (correspondant à la procédure arbitrale en cours devant la chambre des entreprises du tribunal d’Amsterdam, relative à l’exécution de contrats de franchise par Intergamma) est dorénavant fixée au 31 mai 2026. Et la date relative au complément de prix n°2 (correspondant à la procédure indemnitaire intervenant dans le cadre d’une action ut singuli, relative aux conditions de cession de divers actifs de Bourrelier Group) est dorénavant fixée au 31 mai 2026.

Pour mémoire, dans un arrêt du 26 novembre 2020, la Cour d’Appel de Paris a rejeté le recours visant la décision de l’AMF publiée le 19 mars 2020. Cette décision de l’AMF avait fait droit aux demandes déposées de manière coordonnée par JG Capital Management (qui détient 6,77% du capital), l’IDI (1,02%) et Lazard Frères Gestion (1,74%) en vue d’obtenir, sur le fondement de l’article 236-1 du règlement général de l’AMF, le dépôt d’une offre publique de retrait visant les actions Bourrelier Group. Ces actionnaires faisaient valoir « une absence de liquidité […] qui les empêche de céder leurs participations dans des conditions normales de délai et de cours ».

À noter que l’initiateur n’a pas l’intention de mettre en œuvre de retrait obligatoire. Sous réserve du feu vert de l’AMF, l’offre devrait se dérouler du 24 juin au 7 juillet 2021.

Credito Valtellinese (Creval) : Crédit Agricole rehausse le prix de son OPA

Credito Valtellinese (Creval) : Crédit Agricole rehausse le prix de son OPA. Crédit Agricole Italia, filiale à 75,6% de Crédit Agricole, a décidé d’améliorer les termes de son offre sur la banque italienne. Désormais, Crédit Agricole Italia propose d’acquérir chaque action au prix de 12,20 € contre 10,50 € initialement, soit une augmentation de 16,2%. Et si Crédit Agricole Italia obtient plus de 90% du capital social à l’issue de l’offre, les actionnaires qui auront apporté leurs titres obtiendront un bonus de 0,30 €, soit au total 12,50 € par action. Ce prix fait maintenant apparaître une prime de 41% à 44,5% (avec le bonus de 0,30 €) par rapport au dernier cours de Credito Valtellinese, à la date du 20 novembre 2020, et une prime de 65% à 69,1% par rapport à la moyenne des cours sur les 3 derniers mois avant cette date. Avec cette acquisition, Crédit Agricole Italia vise à consolider son positionnement concurrentiel en tant que 6e banque de proximité sur le marché italien en termes de collecte et devenir la 7e banque italienne par le total des actifs et le nombre de clients, avec une part de marché combinée portée à environ 5% au niveau national (sur la base du nombre d’agences).

1000Mercis : le prix de l’OPRA est relevé de 11,1%

1000Mercis : le prix de l’OPRA est relevé de 11,1%. Kepler Cheuvreux, agissant pour le compte de ce pionnier de la publicité et du marketing digital, a informé l’AMF de la modification du projet d’offre publique de rachat par la société de ses propres actions, déposé le 2 décembre 2020. 1000Mercis envisage désormais d’acquérir un maximum de 450.000 de ses propres actions (au lieu de 500 000 initialement), soit 17,05% de son capital, au prix unitaire de 20 € (au lieu de 18 €). Ce prix représente une prime de 25% par rapport au cours du 27 novembre 2020, dernier cours coté avant l’annonce, et une prime de 24,9% sur la moyenne des cours sur les 3 derniers mois avant cette date. Les autres stipulations du projet d’offre demeurent inchangées. Sous réserve du feu vert de l’AMF, l’offre devrait se dérouler du 28 janvier au 18 février 2021.

Spir Communication : le prix de l’OPA simplifiée est majoré de 20,2%

Spir Communication : le prix de l’OPA simplifiée est majoré de 20,2%. Kepler Cheuvreux, agissant pour le compte de Sofiouest, a fait connaître que cette dernière s’engage désormais irrévocablement à acquérir les actions non détenues au prix de 5 € par action (au lieu de 4,16 € initialement), en intégrant d’ores et déjà le 1er complément de prix de 0,84 € par action dans le prix d’offre (lié au séquestre de 5 millions d’euros constitué en cas d’éventuels appels en garantie). Ce prix est identique au dernier cours précédant l’annonce de l’opération, le 9 novembre 2020, et fait ressortir une prime de 1,5% sur la moyenne des 60 séances avant cette date. Les autres stipulations du projet d’offre publique sont inchangées. Sous réserve du feu vert de l’AMF, l’offre devrait se dérouler du 7 au 27 janvier 2021.

Altice Europe : Next Private relève le prix de son offre de 30%

Altice Europe : Next Private relève le prix de son offre de 30%. Patrick Drahi, via sa holding Next Private, propose d’acquérir chaque action de la maison mère de SFR au prix unitaire de 5,35 € contre 4,11 € initialement. Ce prix fait désormais ressortir une prime de 61,1% sur le dernier cours coté avant l’annonce et une prime de 51,6% sur la moyenne des cours des six derniers mois. Boussard & Gavaudan, Diameter, Elliott, LB Partners, Lucerne, Sessa, Sheffield et Winterbrook s’engagent à apporter leurs actions cotées dans le cadre de cette nouvelle proposition.


Horizontal Software : le prix de l’OPA sera relevé à 1,04 € par action

Horizontal Software : le prix de l’OPA sera relevé à 1,04 € par action. Dans le cadre des travaux préparatoires au dépôt du projet d’OPA simplifiée suivi d’un retrait obligatoire annoncé les 24 avril 2020 et 12 juin 2020, HSW Développement, filiale à 100% d’Extens E-Health Fund II, a informé Horizontal Software de son intention de relever le prix de son offre visant les actions non détenues de cette société spécialisée dans l’édition de logiciels en ressources humaines. Le prix de l’OPA simplifiée sera fixé à 1,04 € par action, contre un prix précédemment annoncé à 0,85 €, soit une prime de 28,4% sur le dernier cours coté (0,81 €).

HSW Développement envisage de procéder au dépôt du projet d’offre auprès de l’AMF au cours des prochaines semaines, après délivrance de son rapport par Advolis, expert indépendant nommé par la société et après avis motivé du conseil d’administration de Horizontal Software sur l’offre. L’objectif étant une ouverture de l’offre en octobre, sous réserve de la décision de conformité de l’AMF sur le projet et, en particulier, sur les conditions financières de l’offre.

UBI Banca : Intesa Sanpaolo améliore les conditions de son offre

UBI Banca : Intesa Sanpaolo améliore les conditions de son offre. Afin d’obtenir le soutien des investisseurs à la création de la septième banque de la zone euro, le n° 1 de la banque de détail en Italie a décidé d’ajouter une part en espèces dans son offre. Pour chaque action UBI Banca, il est désormais proposé 1,7 action nouvelle Intesa Sanpaolo et 0,57 € en cash. Sur la base du cours de l’action Intesa Sanpaolo, le 14 février 2020 (2,502 €), la contrepartie majorée correspond à une valeur de 4,824 € pour chaque action UBI Banca et, par conséquent, reflète une prime de 44,7% par rapport au cours de l’action le 14 février 2020 (3,333 €), valorisant la cinquième banque du pays 5,5 milliards d’euros.

Xerox Holdings relève le prix de son offre sur HP

Xerox Holdings relève le prix de son offre sur HP. Après avoir essuyé plusieurs fins de non-recevoir, le fabricant américain d’imprimantes et de photocopieurs a décidé de rehausser le prix de son offre publique mixte, qui devrait être lancée autour du 2 mars 2020. Xerox propose désormais 24 $ par action HP (contre 22 $ précédemment), qui comprendra 18,40 $ en espèces et 0,149 action Xerox pour chaque action HP (contre 17 $ en espèces et 0,137 action Xerox précédemment). L’offre ne sera soumise à aucune condition de financement ou de due diligence. Ce prix représente une prime de 41,2% par rapport à la moyenne des cours sur 30 dernières séances (17 $).

Capgemini rehausse à 14,50 € le prix de son OPA sur Altran

Capgemini rehausse à 14,50 € le prix de son OPA sur Altran. Il ne faut jamais dire jamais. Le conseil d’administration de Capgemini, réuni le 14 janvier 2020, a approuvé le nouveau prix proposé aux actionnaires d’Altran Technologies dans le cadre de son offre publique d’achat amicale. Suite à cette décision et à l’acquisition par Capgemini d’actions Altran, le prix de l’offre a ainsi été automatiquement augmenté de 3,6%, passant de 14 € à 14,50 € par action.

Pour répondre aux assertions diffusées par certains acteurs faisant courir aux actionnaires d’Altran le risque de ne pas pouvoir bénéficier de cette opportunité, Capgemini fait part, dans le cadre de la présente surenchère, des engagements suivants :

‒ Si l’offre échoue le 22 janvier 2020, Capgemini ne déposera pas de nouvelle offre sur Altran pendant au moins 18 mois. Capgemini réalisera ses ambitions dans l’« Intelligent Industry » au travers d’autres opportunités stratégiques. Capgemini sera alors actionnaire d’Altran à hauteur de 11,43% et cet investissement sera géré comme un actif financier sans implication sur la stratégie opérationnelle de Capgemini.

‒ Si l’offre est un succès le 22 janvier 2020, Capgemini s’abstiendra, pendant au moins 18 mois, de déposer une nouvelle offre ou de mettre en œuvre une fusion sur la base d’un prix par action Altran supérieur au prix de l’offre.

Capgemini rappelle également que les réouvertures ultérieures de la période d’offre se feront au prix de 14,50 € par action et n’auront lieu que si l’offre est un succès à l’issue de la première période d’offre. « Ainsi, ne pas apporter les actions d’ici le 22 janvier (inclus) ne crée pas de nouvelles opportunités mais augmente le risque que l’offre échoue et ne soit donc pas rouverte », est-il précisé.

Par ailleurs, cette augmentation du prix s’inscrit dans le cadre des dispositions du Règlement général de l’Autorité des marchés financiers et résulte de l’acquisition d’actions Altran réalisée ce jour par Capgemini au prix de 14,50 €. Capgemini détient désormais 29.378.419 actions, représentant 11,43% du capital d’Altran. Toutes les autres conditions de l’offre demeurent inchangées et les actionnaires d’Altran ont jusqu’au 22 janvier 2020 (inclus) pour apporter leurs actions.

Just Eat : Prosus surenchérit sur l’offre de Takeaway.com

Just Eat : Prosus surenchérit sur l’offre de Takeaway.com. Un mois après son introduction sur le marché d’Euronext Amsterdam, la société d’investissement, filiale du groupe sud-africain Naspers, a décidé de lancer une offre inamicale sur l’entreprise britannique de livraison de repas commandés en ligne. Prosus propose d’acquérir chaque action Just Eat au prix de 710 pence, valorisant la société 4,9 milliards de livres sterling (contre 0,09744 action Takeaway pour chaque action Just Eat détenue). « Le conseil d’administration de Just Eat a examiné les termes de l’offre de Prosus et estime qu’il sous-estime considérablement Just Eat, à la fois sur une base autonome et dans le cadre du projet de regroupement recommandé avec Takeaway.com », indique Just Eat.

Osram Licht : AMS relève le prix de son OPA

Osram Licht : AMS relève le prix de son OPA. Le groupe autrichien, spécialisé dans les capteurs optiques, a décidé de relever de 6,5% le prix de son offre de 38,50 € à 41 € par action Osram Licht, faisant ressortir une prime de 42% sur le cours précédant les premiers mouvements spéculatifs (28,92 €). A ce niveau, le spécialiste allemand de l’éclairage est valorisé près de 4,6 milliards d’euros. AMS entend ainsi « mettre fin à toute spéculation au sujet d’une incertaine offre indicative d’une tierce partie », comme l’a déclaré Alexander Everke, président de la société. Le règlement de l’offre sera soumis à un seuil d’acceptation minimal de 62,5%. AMS encourage désormais tous les actionnaires d’Osram à apporter leurs actions avant le 1er octobre 2019.

Casino rehausse le prix de son offre d’acquisition de 50% de Segisor à Éxito

Casino rehausse le prix de son offre d’acquisition de 50% de Segisor à Éxito. Suite à l’annonce faite le 25 juillet d’un projet de simplification de la structure du groupe de distribution en Amérique latine, Casino annonce que son conseil d’administration a approuvé une modification finale de son offre d’acquisition de la participation détenue indirectement par Éxito dans GPA par l’intermédiaire de la société française Segisor.

L’offre modifiée comprend les éléments suivants : un prix par action GPA amélioré à 113 BRL ; une clause d’alignement partiel du prix (égal à 80% de l’écart de prix) portant sur les 49,8 millions d’actions GPA que Casino acquerrait indirectement auprès d’Éxito, en cas de cession de tout ou partie de ces actions au-delà de 113 BRL par action dans les 15 mois.

Cette offre résulte des discussions avec la direction et le président du conseil d’administration d’Éxito, compte tenu de l’analyse préliminaire menée par le comité d’audit et des risques d’Éxito et sous réserve de l’évaluation finale de ce comité, Casino ayant demandé à ce qu’il se tienne au plus tard le 26 août 2019.

L’offre modifiée est valable jusqu’au 27 août 2019. Les autres termes et conditions du projet de simplification restent inchangés.

Osram Licht : AMS fait une contre-offre à 38,50 €

Osram Licht : AMS fait une contre-offre à 38,50 €. Le conseil d’administration du spécialiste allemand de l’éclairage confirme avoir reçu une contre-proposition de la part du groupe autrichien spécialisé dans les capteurs optiques. AMS propose d’acquérir chaque action Osram au prix de 38,50 €, faisant ressortir une prime de 33,1% sur le cours précédant les premiers mouvements spéculatifs (28,92 €) et une prime de 10% sur le prix offert par Bain Capital et Carlyle Group (35 €). A cette fin, AMS a soumis une documentation sur un financement relais de 4,2 milliards d’euros assuré par HSBC et UBS. Une partie de ce crédit-relais sera ultérieurement refinancée par une augmentation de capital d’AMS. Sur cette base, Osram a décidé d’entamer des négociations avec AMS en vue de la conclusion d’un accord de regroupement entre les deux entreprises.

Anadarko Petroleum : Occidental Petroleum surenchérit sur l’offre de Chevron

Anadarko Petroleum : Occidental Petroleum surenchérit sur l’offre de Chevron. Cette compagnie pétrolière et gazière a adressé une lettre au conseil d’administration d’Anadarko dans laquelle elle propose d’acquérir ce producteur américain d’or noir dans le cadre d’une transaction moitié en actions, moitié en espèces, évaluée à 57 milliards de dollars, dette comprise. Pour chaque action Anadarko apportée, les actionnaires recevraient 0,6094 action nouvelle Occidental et 38 $ en espèces, soit une contrepartie globale de 76 $ par action. Celle-ci fait ressortir une prime de 18,5% sur le cours du 23 avril et une prime de 62% par rapport au cours de clôture du 11 avril, la veille de l’annonce de la proposition de Chevron, qui est structurée à hauteur de 75% en actions et 25% en espèces (0,3869 action nouvelle Chevron et 16,25 $ en cash). En rachetant Anadarko, Occidental deviendrait le plus gros producteur du Bassin permien, avec une production totale de 533.000 barils équivalents pétrole par jour.

Versum Materials sensible à la nouvelle proposition de Merck KGaA

Versum Materials sensible à la nouvelle proposition de Merck KGaA. Le fabricant de composants électroniques annonce avoir reçu une proposition révisée du groupe pharmaceutique et chimique allemand en vue d’acquérir Versum Materials pour 53 $ par action contre 48 $ précédemment, soit un relèvement de prix de 10,4%. Le conseil d’administration de Versum a considéré à l’unanimité que cette proposition était « supérieure » à l’offre d’Entegris (qui propose, de son côté, une offre en titres, à raison de 1,12 action Entegris par action Versum Materials).

Bourse d’Oslo : le Nasdaq s’aligne sur le prix d’Euronext

Bourse d’Oslo : le Nasdaq s’aligne sur le prix d’Euronext. Le Nasdaq reste résolu à finaliser l’acquisition d’Oslo Bors VPS et a décidé en conséquence de relever le prix de son OPA de 152 à 158 couronnes norvégiennes. Ce prix est désormais identique à celui proposé par Euronext, qui avait rehaussé le sien de 145 à 158 couronnes. Il fait ressortir une prime de 44% sur le dernier cours du 17 décembre 2018 et valorise la Bourse d’Oslo 6,795 millions de couronnes, soit environ 795 millions de dollars. Pour se donner les meilleures chances de succès, le Nasdaq réduit le seuil minimal d’acceptation aux deux tiers des actions d’Oslo Bors VPS (contre 90% précédemment) et prolonge la période d’acceptation de son offre jusqu’au 29 mars 2019.

Merck KGaA lance une contre-offre en numéraire sur Versum Materials

Merck KGaA lance une contre-offre en numéraire sur Versum Materials. Le groupe pharmaceutique et chimique allemand a décidé de frapper fort pour contrer l’OPE d’Entegris sur le fabricant de composants électroniques. Merck propose d’acquérir chaque action au prix unitaire de 48 $, soit une prime de 15,9% sur le dernier cours coté avant l’annonce et de 51,7% par rapport au cours précédant l’offre d’Entegris. Ce qui valorise Versum Materials quelque 5,2 milliards de dollars. Pour rallier les différentes parties prenantes à sa cause, Merck se targue d’avoir déjà une forte empreinte aux États-Unis. « Au cours de la dernière décennie, la société a investi environ 24 milliards de dollars aux États-Unis au travers d’acquisitions uniquement, notamment celles réussies de Millipore en 2010 et de Sigma-Aldrich en 2015 ». Et d’ajouter : « Les employés de Versum feront désormais partie intégrante d’une entreprise de premier plan dans le secteur des matériaux électroniques et tireront parti des possibilités de développement nouvelles et intéressantes offertes par une société véritablement mondiale dans le domaine des sciences et technologies ».

Bourse d’Oslo : Euronext surenchérit de 3,9 % sur l’offre du Nasdaq

Bourse d’Oslo : Euronext surenchérit de 3,9 % sur l’offre du Nasdaq. Le principal opérateur paneuropéen, qui gère déjà les places de Paris, Bruxelles, Amsterdam, Lisbonne et Dublin, reste fermement résolu à finaliser l’acquisition d’Oslo Bors VPS. Pour ce faire, Euronext rehausse le prix de son offre de 145 à 158 couronnes norvégiennes par action, ce qui représente une prime de 3,9% sur le prix proposé par le Nasdaq (152 couronnes) et une prime de 44% sur le cours d’Oslo Bors VPS du 17 décembre 2018. A ce niveau, la Bourse d’Oslo est valorisée 790 millions de dollars.

La période d’acceptation de l’offre, qui devait auparavant expirer le 11 février 2019, a été prolongée de quatre semaines et expirera désormais le 11 mars 2019, à 17 h 30. Euronext se réserve le droit de prolonger la période d’acceptation ou de continuer à accepter des actions après la fin de la période d’acceptation. Toute nouvelle acceptation de l’offre sera valable jusqu’au 31 décembre 2019.

Euronext a déjà obtenu l’appui d’actionnaires représentant 50,5% du nombre total d’actions en circulation, par le biais d’engagements préalables contraignants et irrévocables. Ces engagements restent valables indépendamment de toute offre concurrente faite ou pouvant être faite dans le cadre de la présente transaction.

Euronext note que le conseil d’administration d’Oslo Bors VPS a décidé irrévocablement de soutenir une offre concurrente, quelles que soient les conditions, et n’a indiqué à aucun moment à Euronext qu’il accepterait une offre révisée. Euronext a toutefois été encouragé par le large soutien apporté à son projet, à la suite d’un dialogue avec un grand nombre d’acteurs du marché concernés en Norvège, et reste désireux de continuer à dialoguer avec toutes les principales parties prenantes.

Bourse d’Oslo : le Nasdaq surenchérit sur l’offre d’Euronext.

Bourse d’Oslo : le Nasdaq surenchérit sur l’offre d’Euronext. Le Nasdaq annonce son intention de lancer, via sa filiale Nasdaq AB, une offre publique d’acquisition sur la totalité des actions d’Oslo Bors VPS qui devrait être déposée vers le 4 février 2019. Nasdaq AB offre un prix en espèces de 152 couronnes norvégiennes par action, qui fait ressortir une prime de 4,8% sur le prix proposé par Euronext (145 couronnes) et une prime de 38% sur le cours du 17 décembre 2018. Ce prix valorise la Bourse d’Oslo 6.537 millions de couronnes, soit environ 673 millions d’euros.

Le conseil d’administration de la Bourse d’Oslo considère que l’offre du Nasdaq constitue la meilleure alternative pour toutes les parties prenantes (actionnaires, émetteurs, investisseurs, banques et banques d’investissement opérant sur le marché norvégien des capitaux) et recommande donc à l’unanimité aux actionnaires d’accepter cette offre. Selon le conseil, le rapprochement entre le Nasdaq et Oslo Bors VPS « repose sur une logique industrielle, commerciale et stratégique forte ».

Le Nasdaq a d’ores et déjà reçu des engagements préalables, représentant ensemble 35,11% des actions d’Oslo Bors VPS, incluant les participations des deux principaux actionnaires, DNB Bank et KLP. Ces engagements sont irrévocables, y compris en cas de surenchère jusqu’au 31 décembre 2019. L’offre, sous réserve de prolongation, sera ouverte jusqu’au 4 mars 2019. Elle est subordonnée à la réalisation de certaines conditions habituelles, avec un seuil d’acceptation fixé à 90% des actions.

Orbis : AccorHotels relève de 9,2% le prix de son OPA à 95 zlotys

Orbis : AccorHotels relève de 9,2% le prix de son OPA à 95 zlotys. Le 26 novembre 2018, AccorHotels a lancé une offre publique d’achat portant sur les actions du groupe polonais qu’il ne détenait pas au jour de l’annonce, représentant 47,31% du capital, au prix de 87 zlotys par action. AccorHotels annonce une augmentation finale du prix proposé de 87 à 95 zlotys par action Orbis. Les autres termes et conditions de l’offre restent inchangés. Ce montant induit une prime de 30,5% par rapport au cours du 23 novembre 2018, dernière séance avant l’annonce. L’offre reste inconditionnelle et la période de souscription se termine le 18 janvier 2019. Conformément aux termes de l’offre, et dans l’hypothèse où AccorHotels serait amené à dépasser le seuil de 90% des droits de vote, AccorHotels a l’intention de procéder à une opération de retrait obligatoire, suivi d’un retrait de la cotation des titres Orbis du Warsaw Stock Exchange.

Pour rappel, Orbis est le premier groupe hôtelier en Europe centrale, où il détient l’exclusivité sur la majorité des marques AccorHotels, au travers d’un contrat de master franchise. Son portefeuille comprend 128 hôtels répartis dans 16 pays et opérés sous les marques Sofitel, Pullman, MGallery, Novotel, Mercure, ibis, ibis Styles et ibis budget. « En tant que principal actionnaire de la société depuis 2000, AccorHotels a soutenu le développement d’Orbis en Pologne puis, à partir de 2014, dans le reste de l’Europe centrale, où Orbis est depuis devenu leader », expliquait Sébastien Bazin, président-directeur général d’AccorHotels, lors du lancement de l’offre initiale. « La transaction proposée permettra à AccorHotels d’amplifier le développement de ses marques dans la région et de poursuivre sa politique de gestion d’actifs ».

Capio : Ramsay Générale de Santé (RGdS) rehausse de 19,6% le prix de son OPA

Capio : Ramsay Générale de Santé (RGdS) rehausse de 19,6% le prix de son OPA. Le 13 juillet 2018, RGdS, leader de l’hospitalisation privée en France, a annoncé une offre publique d’achat visant toutes les actions de son concurrent suédois Capio pour 48,5 couronnes suédoises par action en numéraire. RGdS a décidé d’augmenter le prix de l’offre de 48,5 à 58 couronnes par action en numéraire. La valeur totale de l’offre, telle qu’augmentée, est d’environ 8.187 millions de couronnes (soit environ 783 millions d’euros, sur la base d’un total de 141.159.661 actions).

Ce prix représente désormais une prime d’environ 39% par rapport au cours de l’action Capio au Nasdaq Stockholm de 41,80 couronnes le 12 juillet 2018 (dernière séance avant l’annonce de l’offre) et une prime d’environ 40% par rapport au cours moyen par action pondéré par les volumes pendant une période de 30 jours précédant la même date. Le prix sera réduit dans le cas où Capio effectuerait une distribution de dividendes ou autre transfert de valeur avant le règlement de l’offre.

Initialement, la réalisation de l’offre était notamment soumise à l’obtention de toutes les autorisations, approbations et décisions réglementaires, gouvernementales ou similaires nécessaires et à l’absence de toute enquête ou procédure contestant l’opération, y compris de la part des autorités de concurrence. RGdS a décidé de renoncer à la condition d’autorisation par les autorités de concurrence et la réalisation de l’offre n’est plus soumise à l’obtention de cette autorisation.

RGdS s’attend à ce que l’autorisation de l’Autorité de Concurrence française soit obtenue d’ici au 15 octobre 2018. En dehors de la renonciation à la condition d’autorisation des autorités de concurrence et de l’augmentation du prix de l’offre, les termes et conditions demeurent inchangés, y compris, sans limitation, la condition de réalisation de l’offre relative au fait que Capio ne prenne aucune mesure typiquement destinée à affecter les prérequis pour la réalisation de l’offre, telle que la conclusion d’un contrat en vue de la vente de Capio France, annoncée par Capio le 21 août 2018.

RGdS se réserve le droit de renoncer, en tout ou en partie, à une ou plusieurs des conditions de réalisation, y compris de réaliser l’offre avec un niveau d’acceptation inférieur à 90% du nombre total d’actions de Capio (sur une base totalement diluée). Le fait pour RGdS de ne pas faire valoir l’un quelconque des droits énoncés dans l’offre ne constitue pas une renonciation à ce droit. La période d’acceptation a commencé le 6 septembre et expirera le 25 octobre 2018. Le règlement devrait commencer aux alentours du 7 novembre 2018.

RGdS n’a pas soumis cette offre révisée à l’examen du conseil d’administration de Capio préalablement à cette annonce. RGdS espère recevoir une recommandation positive du conseil d’administration de Capio dans la mesure où RGdS est convaincue que l’offre est dans le meilleur intérêt de Capio, ses employés et ses actionnaires. RGdS a engagé Crédit Agricole Corporate and Investment Bank et Rothschild & Co en tant que conseils financiers, et Bredin Prat et Gernandt & Danielsson Advokatbyrå en tant que conseils juridiques dans le cadre de l’offre.

Comcast remporte les enchères sur Sky face à Twenty-First Century Fox

Comcast remporte les enchères sur Sky face à Twenty-First Century Fox. Au terme d’un processus d’enchères inédit lancé par le Takeover Panel, le câblo-opérateur américain, propriétaire du réseau télévisé NBC et du studio de cinéma Universal Pictures, a accepté de débourser 29,7 milliards de livres pour acquérir le principal opérateur de télévision payante en Allemagne, en Autriche, en Irlande, en Italie et au Royaume-Uni. Comcast a eu le dernier mot en offrant 17,28 livres par action, soit un prix supérieur de 10,3% à celui offert par Fox (15,67 livres). La société de Rupert Murdoch, qui détient 39% du capital de Sky, n’est pas totalement perdante, car elle pourra céder ses titres au prix fort, même si la décision n’a pas encore été prise.

Sky : Comcast surenchérit à son tour. Le premier câblo-opérateur américain, propriétaire du réseau télévisé NBC et du studio Universal Pictures, a relevé son offre pour acquérir le groupe européen de télévision payante. Comcast propose désormais d’acquérir chaque action Sky au prix de 14,75 £, soit un prix supérieur de 5,4% à celui offert par Twenty-First Century Fox (14 £), la société de Rupert Murdoch qui détient déjà 39% du capital et avait conclu un accord avec Sky. Cette nouvelle offre en numéraire plus élevée, qui valorise Sky 26 milliards de livres, a reçu l’assentiment du comité indépendant de Sky chargé d’évaluer les propositions de reprise.

Sky : 21st Century Fox surenchérit sur l’offre de Comcast

Sky : 21st Century Fox surenchérit sur l’offre de Comcast. La société de Rupert Murdoch, qui détient déjà 39% du capital, a décidé de relever le prix de son offre pour acquérir le principal opérateur de télévision payante en Allemagne, en Autriche, en Irlande, en Italie et au Royaume-Uni. Twenty-First Century Fox propose désormais 14 livres par action Sky, soit 24,5 milliards de livres pour 100% du capital. Ce prix fait ressortir une prime de 82,1% sur le cours du 6 décembre 2016 (7,69 £), dernière séance avant la réception de sa première proposition, une majoration de 30,2% par rapport au prix initialement proposé (10,75 £) et un supplément de 12% par rapport à l’offre du câblo-opérateur américain Comcast Corporation (12,50 £), annoncée le 25 avril 2018. La nouvelle offre du groupe américain a reçu l’assentiment du comité indépendant de Sky chargé d’évaluer les propositions de reprise.

Ontex Group : PAI Partners fait une nouvelle offre à 27,50 € !

Ontex Group : PAI Partners fait une nouvelle offre à 27,50 € ! A la demande de l’Autorité des Services et Marchés Financiers, la société de capital-investissement annonce avoir relevé les conditions de son offre sur le fabricant belge de produits d’hygiène jetables pour enfants et adultes (couches, culottes, serviettes hygiéniques, etc). PAI Partners propose désormais 27,50 € par action (le prix initial n’a pas été divulgué), soit une prime de 41,7% sur le dernier cours coté, jeudi 5 juillet (19,41 €), veille de l’annonce de la première approche. Ce prix valorise Ontex 2,26 milliards d’euros, soit peu ou prou le chiffre d’affaires réalisé en 2017 (2,36 milliards d’euros).

Suite au rejet de sa proposition initiale par le conseil d’administration d’Ontex, PAI Partners a donc décidé d’améliorer le prix de sa proposition non contraignante sur la base des informations publiquement disponibles sur la société et sur le secteur dans lequel elle évolue. Le 8 juillet 2018, alors qu’il n’était pas en mesure de recommander la proposition révisée, le conseil d’administration d’Ontex a permis à PAI Partners d’avoir accès à la data room et de réaliser une « due diligence » (examen approfondi des comptes). Après avoir mené cette « due diligence » et pris les contacts nécessaires avec les dirigeants d’Ontex, PAI Partners déterminera la position à adopter.

Parmi les principaux actionnaires d’Ontex, on trouve : Groupe Bruxelles Lambert (15,01%), UBS Group (5,47%), Harris Associates (5,14%), Black Creek Investment Management (5%), Janus Capital Management (4,75%), The Pamajugo Irrevocable Trust (3,64%), Blackrock (3,49%), SYZ Asset Management Luxembourg (3,28%), Allianz Global Investors (3,06%) et Axa Investment Managers (3,02%).

Twenty-First Century Fox : Walt Disney relève son offre

Twenty-First Century Fox : Walt Disney relève son offre. Le groupe américain de divertissement a signé un accord modifié pour acquérir 21st Century Fox pour un montant de 71,3 milliards de dollars (contre 52,4 milliards initialement), moitié en numéraire, moitié en titres, après un spin-off (scission) de certaines activités. Selon les termes de l’accord, les actionnaires de 21st Century Fox recevront 38 $ en espèces ou en actions nouvelles Walt Disney (0,3324 action si le cours de Walt Disney est supérieur à 114,32 $, 0,4063 action s’il est inférieur à 93,53 $). Disney assumera également 13,8 milliards de dette nette. Le prix d’acquisition de 21st Century Fox s’établit dès lors à 85,1 milliards en valeur d’entreprise. Préalablement à l’acquisition, le réseau Fox, Fox News Channel, Fox Business Network, FS1, FS2, Big Ten Network et d’autres actifs seront scindés dans une nouvelle entité au profit des actionnaires actuels de 21st Century Fox. Cette opération, qui rebat les cartes du secteur, devra néanmoins passer sous les fourches caudines des autorités de la concurrence.

Mineral Deposits Limited (MDL) : Eramet relève le prix de son offre

Mineral Deposits Limited (MDL) : Eramet relève le prix de son offre. Le groupe français, l’un des principaux producteurs mondiaux de manganèse et de nickel, a décidé d’améliorer les conditions de son OPA en fixant le prix à 1,75 dollar australien par action MDL, contre 1,46 dollar initialement, soit une majoration de 19,9%. Ce prix représente une prime de 51% par rapport au cours de clôture avant l’annonce de l’offre, le 27 avril 2018, et une prime de 59% par rapport au cours moyen pondéré par les volumes sur un mois avant cette date.

Eramet tient à préciser que le prix améliorée est final et définitif et ne sera pas augmenté sauf en cas de dépôt d’une offre alternative ou concurrente concernant MDL ou TiZir (joint-venture exerçant une activité intégrée dans le domaine des sables minéralisés). L’offre sera déclarée inconditionnelle si Eramet franchit le seuil de 50,01%. En outre, si l’offre devient inconditionnelle, le montant en numéraire dû aux actionnaires de MDL sera versé dans un délai de 7 jours ouvrés.  La période d’offre est étendue de trois semaines et expirera désormais le 13 juillet 2018 à 19 heures (heure de Sydney), sous réserve d’une nouvelle extension ou du retrait de l’offre.

En conséquence, en cas de succès, le montant maximum en numéraire qu’Eramet devrait payer en contrepartie serait d’environ 322 millions de dollars australiens. Eramet financera ce montant et les coûts associés en utilisant ses réserves de trésorerie qui excèdent actuellement ce montant.

CFI : Financière Apsys relève le prix de son offre !

CFI : Financière Apsys relève le prix de son offre ! Cette société foncière contrôlée par la famille Bansay, qui détient désormais 89,11% du capital de la Compagnie Foncière Internationale, s’engage désormais à acquérir la totalité des actions non détenues au prix de 1 € par action, contre 0,83 € par action initialement, soit une majoration de 20,5%. Ce prix fait ressortir une prime de 185,2% par rapport à l’actif net comptable au 31 décembre 2017, mais fait toujours apparaître une décote de 67,5% sur le dernier cours avant l’acquisition du bloc par Financière Apsys, le 9 janvier, et une décote de 48,2% sur la moyenne des 3 derniers mois avant cette date.

Pour mémoire, CFI a cédé la totalité de ses actifs immobiliers et est, depuis lors, gérée en extinction. Elle n’a ni personnel, ni dette, ni d’autre actif à son bilan qu’un reliquat de trésorerie. Financière Apsys a souhaité acquérir le contrôle d’une société « coquille » sans activité, cotée sur Euronext Paris, telle que CFI, afin d’en faire un véhicule de détention et de développement d’actifs immobiliers commerciaux.

A la suite de l’assemblée générale extraordinaire des actionnaires du 15 mai 2018, CFI a été transformée en société en commandite par actions. Elle envisage par ailleurs une réorientation de son activité vers la détention d’actifs immobiliers commerciaux, laquelle résulterait d’un possible rapprochement par voie de fusion avec Financière Apsys, holding du groupe Apsys qui ferait, le moment venu, l’objet d’une demande de dérogation auprès de l’AMF sur le fondement de l’article 236-6 du règlement général.

La transformation de la société en commandite par actions donnant lieu à elle seule à l’application des dispositions de l’article 236-5 règlement général (mise en œuvre d’une offre publique de retrait), l’initiateur a demandé à l’AMF de constater qu’il n’y a pas lieu à la mise en œuvre d’une OPR, compte tenu de la présente offre publique, constat auquel l’Autorité a procédé au vu des stipulations du projet d’offre modifié.

L’offre, dont les conditions ont fait l’objet d’une attestation d’équité par le cabinet HAF Audit & Conseil, représenté par M. Olivier Grivillers, et qui a reçu aujourd’hui le feu vert de l’AMF, devrait se dérouler du 14 au 27 juin 2018.

Murray & Roberts : Aton relève le prix de son offre

Murray & Roberts : Aton relève le prix de son offre. La société d’investissement allemande, qui a porté à 44% sa participation dans le groupe de BTP sud-africain, a décidé de relever le prix de son OPA de 15 à 17 rands par action, soit une majoration de 13,3%. Ce qui valorise Murray & Roberts 7,6 milliards de rands, soit 610 millions de dollars. Murray & Roberts, qui avait rejeté la précédente proposition, la jugeant « opportuniste » et « peu attrayante », a indiqué que son conseil d’administration allait entamer des discussions  avec Aton au sujet de cette nouvelle offre améliorée.

Sky : Comcast officialise sa contre-offre

Sky : Comcast officialise sa contre-offre. Le premier câblo-opérateur américain, propriétaire du réseau télévisé NBC et du studio de cinéma Universal Pictures, a soumis mercredi son offre de 22,1 milliards de livres pour acquérir le groupe européen de télévision payante. Comcast propose d’acquérir chaque action Sky au prix de 12,50 livres, soit un prix supérieur de 16,3% à celui offert par Twenty-First Century Fox (10,75 livres), la société de Rupert Murdoch qui détient déjà 39% du capital et avait conclu un accord avec Sky. A la suite de l’annonce de cette offre en numéraire plus élevée, le comité indépendant de Sky a décidé de retirer son soutien à l’offre annoncée par Twenty-First Century Fox, le 15 décembre 2016.

Shire disposé à accepter la proposition révisée de Takeda

Shire disposé à accepter la proposition révisée de Takeda Pharmaceutical. La proposition révisée comprend 0,839 action nouvelle Takeda et 30,33 $ en numéraire pour chaque action ordinaire Shire. Sur la base du cours de l’action Takeda et du taux de change actuel, cette proposition révisée implique une valeur équivalente d’environ 49 £ par action Shire comprenant l’équivalent de 27,26 £ en nouvelles actions Takeda et 21,75 £ en espèces. Sur cette base, la proposition révisée équivaut à une valeur d’environ 46 milliards de livres pour l’ensemble du capital. A la clôture de la transaction, les actionnaires de Shire détiendraient environ 50% du nouvel ensemble. Le conseil d’administration a indiqué à Takeda qu’il serait disposé à recommander la proposition révisée aux actionnaires de Shire sous réserve du règlement satisfaisant des autres termes de l’offre. En conséquence, le conseil entamera des discussions avec Takeda au sujet de ces conditions.

Eletropaulo : Iberdrola rehausse le prix de son OPA

Eletropaulo : Iberdrola rehausse le prix de son OPA. Le groupe énergétique espagnol a amélioré lundi les conditions de son offre en vue d’acquérir le distributeur d’électricité brésilien Eletropaulo, également visé par le géant italien de l’énergie Enel. Le prix proposé par Iberdrola, via sa filiale brésilienne Neoenergia, s’établit désormais à 29,40 reais brésiliens, valorisant Eletropaulo 1,16 milliard d’euros, soit une majoration de 5% par rapport à l’offre d’Enel (28 reais).

Shire : Takeda Pharmaceutical améliore les termes de son offre

Shire : Takeda Pharmaceutical améliore les termes de son offre. Après le rejet de sa dernière proposition, la plus grande entreprise pharmaceutique japonaise fait une nouvelle proposition améliorée au conseil d’administration du groupe britannique. Takeda propose désormais d’acquérir chaque action Shire pour une contrepartie de 47 £, comprenant 21 £ en espèces et 26 £ en actions nouvelles Takeda. Ce qui fait ressortir une augmentation de 7% par rapport à la proposition initiale de 44 £, faite le 29 mars 2018, et une prime de 57,7% sur le cours de clôture de Shire (29,81 £), le 23 mars 2018, dernière séance avant les rumeurs d’un éventuel intérêt de Takeda.

CSRA : General Dynamics relève le prix de son OPA

CSRA : General Dynamics relève le prix de son OPA. Le groupe de défense américain a décidé d’améliorer son offre pour acquérir son concurrent, en proposant 41,25 $ en numéraire par action, contre 40,75 € précédemment, soit un montant de 6,9 milliards de dollars. General Dynamics répond ainsi à la contre-offre de CACI qui propose, de son côté, 15 dollars en numéraire et 0,184 action nouvelle, soit une contrepartie de 44 $, qui a été réduite depuis avec la baisse du titre CACI.

GKN : Melrose Industries repart à l’attaque… pour la dernière fois

GKN : Melrose Industries repart à l’attaque… pour la dernière fois. Le spécialiste du redressement d’entreprises a décidé d’améliorer les conditions de son offre mixte qui valorise le groupe britannique, spécialisé dans la fabrication d’équipements destinés aux secteurs automobile et aéronautique, 8,1 milliards de livres. Pour chaque action GKN, Melrose Industries propose désormais 81 pence en espèces et 1,69 action nouvelle Melrose, contre 81 pence et 1,49 action nouvelle précédemment.

Cette contrepartie valorise l’action du groupe britannique 467 pence, soit une amélioration de 8,6% par rapport à la dernière proposition (430,1 pence) qui avait été rejetée par le conseil d’administration de GKN. Elle fait ressortir une prime de 43% sur le cours du 5 janvier 2018 (326,30 pence), dernière séance avant l’approche faite par Melrose Industries au conseil d’administration de GKN.

En cas de réussite de l’opération, les actionnaires de GKN détiendraient environ 60% du nouvel ensemble. Melrose précise que cette nouvelle offre est sa dernière proposition, quelles que soient les circonstances. Cette surenchère intervient après que GKN a accepté d’apporter sa division « composants pour l’automobile » au groupe américain Dana, spécialisé dans les essieux et les arbres de transmission, pour un montant de 6,1 milliards de dollars. Une transaction considérée par Melrose comme « préjudiciable aux actionnaires britanniques de GKN ».

Sky : Comcast surenchérit sur l’offre de 21st Century Fox

Sky : Comcast surenchérit sur l’offre de 21st Century Fox. Le premier câblo-opérateur américain, propriétaire du réseau télévisé NBC et du studio de cinéma Universal Pictures, a décidé de se lancer dans la bataille pour acquérir le groupe européen de télévision payante. Comcast propose d’acquérir chaque action Sky au prix de 12,50 livres, valorisant la société britannique 22,1 milliards de livres. Ce prix est supérieur de 16,3% au prix offert par Twenty-First Century Fox (10,75 livres), la société de Rupert Murdoch qui détient déjà 39% du capital et avait conclu un accord avec Sky. « Nous estimons que Sky est une entreprise exceptionnelle. Elle compte 23 millions de clients et occupe des positions de premier plan au Royaume-Uni, en Italie et en Allemagne. Sky innove constamment dans la technologie (…) a un personnel formidable et une équipe de gestion très forte et compétente », a déclaré Brian L. Roberts, PDG de Comcast. A la City, l’action Sky flambe de 21,8%, à 13,46 livres.

NXP Semiconductors : Qualcomm relève le prix de son offre

NXP Semiconductors : Qualcomm relève le prix de son offre. Qualcomm River Holdings BV, filiale du fabricant américain de semi-conducteurs, a conclu un accord avec son concurrent néerlandais en vue de relever de 15,9% le prix de son OPA qui est porté en conséquence de 110 $ à 127,50 $ par action NXP. L’accord modifié, qui a été approuvé par les conseils d’administration des deux groupes, abaisse par ailleurs le seuil minimal de réussite de l’opération de 80% à 70% des actions en circulation.

Qualcomm a d’ores et déjà obtenu l’accord de neuf actionnaires, dont des fonds affiliés à Elliott Advisors et à Soroban Capital Partners, qui détiennent collectivement plus de 28% du capital de NXP. Avec cette décision, Broadcom est susceptible désormais de retirer son offre d’achat sur Qualcomm (au prix de 82 $, dont 60 $ en espèces) qui était soumise au fait que Qualcomm acquiert NXP au prix de 110 $ l’action, soit un montant de 38 milliards de dollars, ou abandonne l’opération.

Broadcom améliore sa proposition pour acquérir Qualcomm

Broadcom améliore sa proposition pour acquérir Qualcomm. Après avoir essuyé une fin de non-recevoir, le fabricant américain de semi-conducteurs a décidé de relever le prix de son offre en vue de créer le 3e fabricant de puces au monde derrière Intel et Samsung et d’acquérir une place incontournable sur le marché très convoité des appareils connectés. Pour chaque action Qualcommm, Broadcom propose désormais 82 dollars, dont 60 dollars en espèces et le reste en titres, valorisant Qualcomm 121 milliards de dollars (hors dettes). Ce prix fait ressortir une prime de 24% sur le dernier cours du 2 février 2018 et une prime de 50% sur celui du 2 novembre 2017, dernière séance avant l’annonce des premières informations sur cette éventuelle transaction. Broadcom précise que son offre est soumise à deux conditions : Qualcomm acquiert NXP Semiconductors au prix de 110 dollars l’action, soit un montant de 38 milliards de dollars, ou abandonne l’opération ; Qualcomm tient son assemblée générale annuelle au plus tard le 6 mars 2018.

Sanofi lance une contre-offre amicale sur Ablynx au prix de 45 € par action

Sanofi lance une contre-offre amicale sur Ablynx au prix de 45 € par action. Après avoir repoussé l’offre de Novo Nordisk à 30,50 € par action, cette société biopharmaceutique belge, spécialisée dans les protéines thérapeutiques, a décidé de répondre favorablement à la proposition de Sanofi d’un montant de 3,9 milliards d’euros. Le groupe français, dirigé par Olivier Brandicourt, fait ainsi feu de tout bois après l’acquisition de l’américain Bioverativ pour 11,6 milliards de dollars.

Aux termes de l’accord, approuvé à l’unanimité par les conseils d’administration des deux sociétés, Sanofi lancera des OPA visant la totalité des actions ordinaires (y compris celles représentées par des American Depositary Shares), warrants et obligations convertibles en circulation pour un prix de 45 euros par action, valorisant Ablynx environ 3,9 milliards d’euros (sur une base entièrement diluée). Ce prix est supérieur de 47,5% à celui proposé par Novo Nordisk et fait ressortir une prime de 117% sur le cours en vigueur à la fin de l’année 2017.

Sanofi s’est conformée aux obligations en matière d’offre publique en Belgique et a déposé les documents obligatoires auprès de la Financial Services and Markets Authority (FSMA), l’équivalent belge de l’AMF. La clôture des offres publiques est soumise à diverses conditions, parmi lesquelles l’apport de titres représentant au moins 75% des actions en circulation d’Ablynx à l’issue de la période d’acceptation initiale de l’offre publique en Belgique, et l’obtention des autorisations réglementaires requises. Les offres devraient être lancées au début du deuxième trimestre 2018.

L’acquisition d’Ablynx s’inscrit dans la stratégie d’innovation de Sanofi, privilégiant les technologies qui ciblent plusieurs maladies à l’aide de molécules plurispécifiques. Les Nanobodies constituent une classe d’agents biologiques propriétaires de nouvelle génération. Ablynx est un pionnier de la technologie Nanobody, avec un large portefeuille de plus de 45 candidats-médicaments, en propre et au travers de collaborations, dans de nombreuses aires thérapeutiques, notamment l’hématologie, l’inflammation, l’immuno-oncologie ou encore les maladies respiratoires. Huit Nanobodies sont actuellement en phase de développement clinique. Sanofi entend accélérer le développement et maximiser le potentiel commercial des programmes de développement actuels et futurs d’Ablynx.

Les conseils financiers de Sanofi sont Morgan Stanley et Lazard, et ses conseils juridiques Weil, Gotshal & Manges LLP et NautaDutilh. Ablynx a retenu J.P. Morgan à titre de conseil financier, et Linklaters, Goodwin Procter et Eubelius comme conseils juridiques.

Thales lance une contre-OPA amicale sur Gemalto

Thales lance une contre-OPA amicale sur Gemalto. Les deux groupes industriels annoncent aujourd’hui la signature d’un accord relatif à une offre en numéraire, au prix de 51 € par action (dividende attaché), unanimement  recommandée par le conseil d’administration de Gemalto, afin de créer un leader mondial de la sécurité digitale. Ce prix intègre une prime de 57% sur le cours de clôture du 8 décembre 2017 (32,50 €) et est supérieur de 10,9% au prix proposé cette semaine par Atos (46 €). A ce niveau, Gemalto est valorisé 4,6 milliards d’euros.

La réussite de l’OPA est soumise à plusieurs conditions : un seuil de renonciation fixé à 67% des actions ; l’absence de tout événement défavorable significatif ; l’absence de toute violation significative de l’accord de rapprochement ; l’absence de toute offre qui serait formulée à un prix supérieur d’au moins 9% au prix offert par Thales. En cas d’offre supérieure, Gemalto permettra à Thales de s’aligner sur ladite offre, auquel cas Gemalto ne pourra pas mettre fin à l’accord de rapprochement.

Gemalto met aussi en place une pilule empoisonnée sous la forme de bons de souscription d’actions. Dans l’hypothèse où une offre concurrente serait formulée à un prix inférieur à 109% du prix de l’OPA de Thales (soit inférieur à 55,59 €) et déclarée inconditionnelle, ces bons de souscription seraient émis gratuitement au bénéfice de tous les actionnaires de Gemalto, leur permettant d’acquérir de nouvelles actions. Dans le cas où le prix de l’offre concurrente excèderait 109% du prix d’offre, ces bons seraient automatiquement annulés.

Au cours des trois dernières années, Thales s’est renforcé dans les technologies numériques, en investissant plus de 1 milliard d’euros dans la connectivité, la cybersécurité, le big data et l’intelligence artificielle, grâce notamment à l’acquisition de Sysgo, Vormetric et Guavus. L’intégration de Gemalto est une accélération majeure de cette stratégie, renforçant l’offre numérique de Thales sur ses cinq marchés (aéronautique, espace, transports terrestres, défense et sécurité). Cette nouvelle activité représentera environ 20% du chiffre d’affaires pro forma du groupe et se classera parmi les trois principaux acteurs mondiaux avec 3,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires sur un marché de la sécurité numérique en forte croissance.

Thales n’anticipe pas de suppressions d’emplois qui résulteraient de cette opération. De plus, Thales s’engage à préserver l’emploi dans les activités françaises de Gemalto au moins jusqu’à fin 2019. Par ailleurs, l’offre de Thales n’est soumise à aucune condition de financement. Thales financera l’offre en utilisant sa trésorerie disponible et un financement bancaire dédié d’un montant de 4 milliards d’euros. Il est prévu que l’opération soit réalisée peu de temps après que Thales ait obtenu toutes les autorisations réglementaires usuelles, ce qui est prévu pour le second semestre 2018. Les comités d’entreprises de Thales et de Gemalto seront informés rapidement.

Dans le cadre de cette opération, les conseils financiers de Thales sont Lazard, Messier Maris & Associés et Société Générale, et ses conseils juridiques sont Cleary Gottlieb Steen & Hamilton LLP et NautaDutilh N.V. Pour le compte de Gemalto, Deutsche Bank et J.P. Morgan agissent à titre de conseils financiers et Allen & Overy LLP et Darrois Villey Maillot Brochier agissent à titre de conseils juridiques.

AWE : Mineral Resources surenchérit sur l’offre de CERCG

AWE : Mineral Resources surenchérit sur l’offre de CERCG. Le groupe minier australien a décidé de contrer l’offre de China Energy Reserve and Chemicals Group, en proposant à son compatriote producteur de gaz une offre en titres, à raison de 22,325 actions nouvelles AWE pour 1 action Mineral Resources, soit une contrepartie de 0,80 dollar australien. A comparer au 0,73 dollar australien en espèces proposé par China Energy. AWE a demandé, lundi 11 décembre, à ses actionnaires de ne rien décider avant qu’il ait examiné en profondeur les deux propositions concurrentes. Pour Mineral Resources, l’acquisition d’AWE entre dans le cadre de sa stratégie consistant à sécuriser les actifs gaziers pour les intégrer verticalement.

Hitachi Kokusai Electric : KKR relève son offre

Hitachi Kokusai Electric : KKR relève son offre. Après avoir relevé une première fois son prix, suite au désaccord de certains actionnaires, la firme d’investissement américaine propose désormais 3.132 yens par action HKE, contre 2.900 yens précédemment, soit une amélioration de 8% (+25% par rapport à l’offre initiale), afin de prendre le contrôle de la filiale d’équipements électroniques du groupe Hitachi. KKR prolonge en même temps le délai de son offre jusqu’au 8 décembre 2017.

Abertis : Hochtief surenchérit sur l’offre d’Atlantia

Abertis : Hochtief surenchérit sur l’offre d’Atlantia. La société allemande de BTP, filiale du groupe espagnol ACS (Actividades de Construcción y Servicios), a décidé de faire une proposition pour acquérir le concessionnaire d’autoroutes espagnol Abertis, qui fait l’objet d’une OPA d’Atlantia. Hochtief propose 18,76 € par action ou 0,1281 action nouvelle Hochtief, valorisant Abertis 17,1 milliards d’euros. L’offre est donc meilleure que celle d’Atlantia qui propose une contrepartie globale en espèces de 16,50 € par action Abertis, avec la possibilité d’opter, en partie ou en totalité, pour un paiement en titres, sur la base de 0,697 action nouvelle Atlantia pour une action Abertis, soit un montant de 16,3 milliards d’euros.

Ash Grove a reçu une contre-offre

Ash Grove a reçu une contre-offre. Ash Grove, qui devait être racheté par le groupe irlandais de matériaux de construction CRH pour 3,5 milliards de dollars, a reçu une proposition concurrente préliminaire et non contraignante d’un tiers valorisant le 5e cimentier américain entre 3,7 milliards et 3,8 milliards de dollars (tiers qui pourrait être Summit Materials). En conséquence, Ash Grove a avisé CRH que la période durant laquelle une contre-proposition pouvait être faite a été prolongée jusqu’au 20 octobre 2017. Ash Grove ne peut garantir toutefois que cette proposition concurrente conduira à une offre définitive.

Stada Arzneimittel : Bain Capital et Cinven repartent à la charge

Stada Arzneimittel : Bain Capital et Cinven repartent à la charge. Les deux sociétés de capital-investissement ont décidé de soumettre un nouveau projet d’OPA à la BaFin, l’Autorité de régulation allemande, avec le consentement du fabricant allemand de médicaments génériques. Nidda Healthcare Holding AG, filiale commune de Bain Capital et Cinven, propose désormais 66,25 € par action Stada, contre 66 € initialement, ce qui valorise Stada 4,1 milliards d’euros, tout en réduisant le seuil d’acceptation de 67,5% à 63%. La balle est désormais dans le camp de la BaFin.

 

Aevis Victoria améliore son offre pour le rachat de la Clinique des Tilleuls

Aevis Victoria améliore son offre pour le rachat de la Clinique des Tilleuls. Swiss Medical Network, filiale à 100% d’Aevis Victoria, relève son offre à 3.000 francs suisses par action payable en espèces ou 3.200 francs suisses par la remise de 55,06 actions d’Aevis Victoria (au prix de référence de 58,11 francs suisses par action). Swiss Medical Network, l’un des deux principaux groupes suisses de cliniques privées, présent dans les trois principales régions linguistiques du pays, compte investir plus de 25 millions de francs dans l’infrastructure de la clinique afin de soutenir son développement. Swiss Medical Network garantit également le maintien de l’indépendance des médecins agréés et leur implication dans la gestion de l’établissement. Le délai de l’offre est maintenu au 22 juin 2017. Conformément à la convention de transaction du 16 mai 2017, le conseil d’administration de la Holding du Tilleul soutient l’offre et le projet de Swiss Medical Network.

MoneyGram International : Alibaba relève son offre

MoneyGram International : Alibaba relève son offre. Ant Financial, le bras financier du géant chinois de l’e-commerce, propose désormais 1,1 milliard de dollars pour prendre le contrôle du spécialiste américain des paiements électroniques, qui travaille avec 350.000 points de vente de distributeurs, bureaux de poste et banques dans environ 200 pays. Pour chaque action MoneyGram International cotée sur le Nasdaq, Ant Financial offre 18 dollars en espèces, ce qui représente une amélioration de 35,8% sur sa première offre (13,25 dollars) et de 18,4% sur l’offre concurrente de l’américain Euronet Worldwide (15,20 dollars). Pour finaliser l’opération, Ant Financial devra toutefois passer sous les fourches caudines du Comité pour l’investissement étranger aux Etats-Unis (CFIUS).

Parmalat : Lactalis relève le prix de son offre

Parmalat : Lactalis relève le prix de son offre. Pour se donner les meilleures chances de succès, le géant laitier français, qui détient déjà via Sofil 87,74% du capital, a décidé de porter le prix de son OPA de 2,80 à 3 euros par action Parmalat, soit une majoration de 7,1%,  avec pour objectif le retrait de la cotation de la Bourse de Milan. Ce prix fait désormais ressortir une prime de 16,2% par rapport au cours du 23 décembre 2016, dernière séance avant l’annonce de l’opération, et de 26,2% sur le cours moyen des douze derniers mois précédents. A 48 heures de la clôture de l’opération, prévue initialement pour ce vendredi 10 mars, Sofil n’avait en effet ramassé que 2,1% du capital, ne lui permettant pas d’atteindre le seuil fatidique de 90% pour pouvoir retirer le titre de la cote. Lactalis espère ainsi répondre aux critiques des minoritaires et notamment au fonds Amber Capital qui avait estimé que le prix « trop bas » ne reflétait « pas la valeur réelle de Parmalat ».

 

Telegraaf Media Group (TMG) : Talpa Holding surenchérit

Telegraaf Media Group (TMG) : Talpa Holding surenchérit. La société d’investissement contrôlée par l’homme d’affaires néerlandais John de Mol, qui détient déjà 20,59% du capital de TMG, a décidé de lancer une contre-offre. Talpa Holding offrira 5,90 euros pour chaque action du groupe propriétaire du premier quotidien néerlandais De Telegraaf, valorisant TMG 273 millions d’euros. Ce prix est supérieur de 12,4% à celui offert en décembre 2016 (5,25 euros) par un consortium emmené par le groupe d’édition belge Mediahuis.

Lavendon : Loxam surenchérit. Le loueur européen de matériel industriel a relevé le prix de son offre sur le groupe britannique, spécialisé dans la location de plates-formes élévatrices, en proposant désormais 260 pence par action, valorisant Lavendon 443 millions de livres. Soit 9 pence de mieux que l’offre de l’équipementier industriel belge TVH Group, qui avait lui-même relevé son prix à 251 pence.

PostNL : Bpost améliore son offre

PostNL : Bpost améliore son offre. Après avoir été éconduit à plusieurs reprises, l’opérateur postal belge propose désormais 3,201 euros en espèces et 0,1202 action Bpost par action PostNL, soit une contrepartie de 5,75 euros contre 5,65 euros précédemment (2,825 euros en cash augmentés de 0,1202 action nouvelle Bpost). A ce niveau, l’entreprise néerlandaise est valorisée 2,5 milliards d’euros. Bpost se dit « convaincue que le conseil de surveillance et le conseil d’administration de PostNL évalueront avec soin sur ses mérites la proposition » et attend « avec intérêt de recevoir de PostNL une invitation à entamer les négociations à très brève échéance ».

Heurtey Petrochem : Axens (IFP) relève son prix !

Heurtey Petrochem : Axens (IFP) relève son prix ! Crédit Agricole Corporate and Investment Bank, agissant pour le compte d’Axens, a saisi l’AMF d’une modification du projet d’OPA visant les actions de cette société d’ingénierie pétrolière et gazière, négociée sur Alternext. Le prix proposé s’élève désormais à 25 € par action contre 23 € initialement, soit une majoration de 8,7%, sans complément de prix en cas de mise en œuvre d’un retrait obligatoire. Ce prix fait ressortir une prime de 37,1% sur le dernier cours avant l’annonce de l’offre et de 44,1% sur la moyenne des cours des 3 derniers mois avant cette date, et valorise Heurtey Petrochem 115 millions d’euros.

Néanmoins, l’offre sera caduque si Axens ne détient pas, seul ou de concert, plus de 50% du capital ou des droits de vote, sachant que le concert composé d’Axens et IFP Investissements, toutes deux contrôlées par IFP Energies Nouvelles, détient d’ores et déjà 36,01% du capital et 35,57% des droits de vote. Sous réserve du feu vert de l’AMF, l’offre devrait se dérouler du 1er décembre 2016 au 5 janvier 2017.

Pour rappel, Axens est un fournisseur international de technologies, de catalyseurs, d’adsorbants et de services pour les industries du raffinage, de la pétrochimie, du gaz et des carburants alternatifs. Son offre a pour objectif de créer un groupe industriel technologique de référence ayant la taille critique et positionné au cœur de la transition énergétique et de la protection de l’environnement, en étant présent sur les segments du raffinage, de la pétrochimie, du traitement du gaz naturel, des bio-carburants et des intermédiaires chimiques renouvelables.

Ivalis : relèvement de prix et feu vert de l’AMF

Ivalis : relèvement de prix et feu vert de l’AMF. Dans sa séance du 15 novembre 2016, l’Autorité des marchés financiers a examiné le projet d’OPR déposé par Hawky (contrôlée indirectement par M. Frédéric Marchal), laquelle agit de concert avec les sociétés Barberine et Kamino II, et l’a déclaré conforme. L’initiateur s’engage désormais à acquérir la totalité des actions Ivalis non détenues par les membres du concert, représentant 4,87% du capital, au prix unitaire de 17,50 euros (contre 15,93 euros initialement, soit une amélioration de 9,9%).

Malgré ce relèvement, le prix fait toujours ressortir une décote importante : -47,45% sur la base du dernier cours du 19 juillet 2016 (33,30 euros) et -47,14% sur la moyenne des 3 mois précédant cette date (32,95 euros). L’offre ne vise ni les BSA 1, ni les BSA 3 dans la mesure où ces bons de souscription ne sont pas exerçables avant la clôture de l’offre, sont incessibles et non cotés. A noter que les membres du concert n’ont pas l’intention de demander la mise en œuvre d’un retrait obligatoire.

Pour mémoire, l’AMF a été saisie par la société de gestion Alto Invest, actionnaire à hauteur de 4,8% d’Ivalis, d’une demande d’OPR. Alto Invest n’était pas en mesure de céder ses actions sur le marché dans des conditions normales, compte tenu de la très faible liquidité du titre. Sur cette base, l’AMF a jugé la demande recevable et a décidé de requérir du concert majoritaire qu’il procède au dépôt d’un projet d’OPR dans les meilleurs délais, afin d’offrir une solution de liquidité aux actionnaires minoritaires de ce spécialiste de l’externalisation de l’inventaire négocié sur Alternext.

BPI : CaixaBank relève le prix de son offre

BPI : CaixaBank relève le prix de son offre. Le troisième groupe bancaire espagnol, qui détient déjà 45,5% du capital, va proposer d’acquérir chaque action BPI au prix de 1,134 euro contre un prix initial de 1,113 euro, ce qui valorise la quatrième banque portugaise 1,63 milliard d’euros. Cette nouvelle offre était rendue obligatoire après le changement des statuts voté par l’assemblée générale des actionnaires de BPI.

SABMiller : AB InBev relève son offre

SABMiller : AB InBev relève son offre. Suite à la chute de la livre sterling intervenue après le référendum sur le Brexit, le brasseur a décidé de relever son offre sur son concurrent qui passe de 44 à 45 livres par action, valorisant SABMiller à 79 milliards. Ce prix fait ressortir une prime de 53% sur le cours de SABMiller (29,34 livres), le 14 septembre 2015, correspondant à la dernière séance précédant les mouvements spéculatifs, et de 39% sur la moyenne des 3 mois précédents (32,31 livres). L’offre alternative partiellement en titres, qui porte sur 40,38% du capital, est également révisée. Pour chaque action SABMiller, il est offert 4,6588 livres en cash et 0,483969 action (contre 3,778 livres et 0,483969 action initialement)

InterOil : ExxonMobil

InterOil : ExxonMobil fait une « proposition supérieure ». C’est l’opinion du conseil d’administration de cette compagnie indépendante pétrolière et gazière par rapport à l’offre du groupe australien Oil Search associé à Total. Selon les termes de l’offre, il est proposé l’équivalent de 45 dollars en actions nouvelles ExxonMobil pour chaque action InterOil apportée avec, en sus, une partie en numéraire (autour de 7,07 dollars) liée à la production d’Elk-Antelope en Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Monsanto : Bayer relève son offre

Monsanto : Bayer relève son offre. Le géant allemand de la chimie et de la pharmacie propose désormais 125 dollars par action (contre 122 dollars auparavant) pour acquérir le groupe américain spécialisé dans les semences. Ce qui valorise Monsanto 64 milliards de dollars. Pour marquer sa confiance, Bayer  propose également une indemnité de rupture antitrust de 1,5 milliard de dollars. Monsanto s’est contenté de déclarer que son conseil d’administration allait étudier la nouvelle proposition avec ses conseils financiers et juridiques.

 

RCS Mediagroup : les deux prétendants relèvent leurs offres

RCS Mediagroup : les deux prétendants relèvent leurs offres. Cairo Communication offre désormais 0,18 action nouvelle Cairo et 0,25 euro pour acquérir l’éditeur du Corriere della Sera. De l’autre côté, un consortium formé par Investindustrial, la société d’investissement d’Andrea Bonomi, et quatre actionnaires du groupe de presse et d’édition (Diego Della Valle, Mediobanca, UnipolSai et Pirelli) offrent 1 euro par action RCS.

Foncière de Paris : Gecina dépose officiellement son offre améliorée

Foncière de Paris : Gecina dépose officiellement son offre améliorée. Goldman Sachs International, agissant pour le compte de Gecina, a saisi l’AMF d’une modification du projet d’offre publique alternative concurrente visant les titres de la société Foncière de Paris consistant en l’ajoutant de deux branches, non plafonnées :

– une branche échange visant les actions Foncière de Paris aux termes de laquelle les actionnaires pourront échanger 20 actions Foncière de Paris (coupon 2015 détaché) contre 23 obligations subordonnées remboursables en actions (OSRA) à émettre par Gecina ;

– une branche échange visant les OSRA Foncière de Paris aux termes de laquelle les détenteurs pourront échanger 140 OSRA Foncière de Paris (coupon 2015 attaché) contre 207 OSRA Gecina et une somme en numéraire de 1 954,60 euros.

Les autres termes du projet d’offre publique demeurent inchangés.

Gameloft : Vivendi relève son offre à 8 euros

Gameloft : Vivendi relève son offre à 8 euros. Le groupe de médias et de contenus annonce le relèvement automatique du prix de son OPA sur Gameloft de 7,20 à 8 euros par action (+11,11%). Ce relèvement automatique intervient en application de la réglementation boursière, à la suite de l’achat d’un bloc d’actions Gameloft réalisé ce jour par Vivendi au prix de 8 euros par action. Les actions achetées par Vivendi représentent 148 743 titres, soit 0,171 % du capital de l’éditeur de jeux vidéo.

Vivendi détient désormais 29,37 % du capital et 26,47 % des droits de vote de la société. Le prix de 8 euros par action est supérieur de : 45,99 % au dernier cours de Gameloft précédant l’annonce du projet d’OPA, soit le 18 février 2016 ; 100,50 % au cours précédant l’annonce de l’entrée au capital de Gameloft par Vivendi, soit le 14 octobre 2015 ; 5,68 % au plus haut cours historique des 24 derniers mois.

Aucune autre modification n’est apportée aux conditions de l’offre de Vivendi, qui restent identiques à celles figurant dans la note d’information sur laquelle l’AMF a apposé le visa n°16-077 en date du 15 mars 2016. Vivendi rappelle aux actionnaires de Gameloft que, sauf éventuelle modification du calendrier décidée par l’Autorité des marchés financiers, son offre est ouverte jusqu’au vendredi 27 mai 2016.

Foncière de Paris : Gecina surenchérit

Foncière de Paris : Gecina surenchérit sur l’offre d’Eurosic. Gecina, société d’investissement immobilier cotée (SIIC), annonce, après approbation de son conseil d’administration, avoir déposé auprès de l’AMF un projet d’offre publique visant l’ensemble des titres de Foncière de Paris, qui détient un patrimoine majoritairement composé de bureaux situés à Paris et en première couronne.

Dans le cadre de ce projet d’offre publique, l’ensemble des actionnaires de Foncière de Paris se verront proposer :

  • s’agissant des actions Foncière de Paris :

– soit d’apporter leurs actions à une offre publique d’achat au prix de 150 euros par action (coupon 2015 détaché) ;

– soit d’apporter leurs actions à une offre publique d’échange contre des actions Gecina, sur la base de 6 actions Gecina (coupon 2015 détaché) pour 5 actions Foncière de Paris (coupon 2015 détaché) ;

  • s’agissant des obligations subordonnées remboursables en actions Foncière de Paris :

– soit d’apporter leurs OSRA à une offre publique d’achat au prix de 206,82 euros par OSRA Foncière de Paris (coupon 2015 attaché) ;

– soit d’apporter leurs OSRA à une offre publique mixte sur la base de 54 actions Gecina (coupon 2015 détaché) et une somme en numéraire de 488,65 euros pour 35 OSRA Foncière de Paris (coupon 2015 attaché).

« Cette offre simple, lisible et très attractive, propose aux actionnaires de Foncière de Paris soit de monétiser la pleine valeur de leur participation dans Foncière de Paris, soit de recevoir des actions Gecina », explique la société. « En choisissant cette dernière option, ils pourront devenir actionnaires d’un groupe leader de l’immobilier de bureaux en Europe, qui présente un fort potentiel de création de valeur, et dont le titre dispose d’une grande liquidité et visibilité sur les marchés de capitaux ».

L’OPA externalise une prime de 37% sur la base du cours de clôture de l’action Foncière de Paris au 4 mars 2016, dernier jour de négociation précédant l’annonce du projet d’offre d’Eurosic, et une prime de 19% par rapport à l’ANR triple net EPRA au 31 décembre 2015, dans les deux cas après ajustement du dividende au titre de l’exercice 2015. L’OPA représente également une prime de 10% sur l’offre publique d’achat présentée par Eurosic.

Sur la base du cours de Gecina au 17 mai 2016, l’OPE valorise l’action Foncière de Paris à 152,5 euros, représentant une prime de 40% sur le cours de Foncière de Paris au 4 mars 2016 (coupon 2015 détaché). Sur la base des ANR triple net EPRA respectifs au 31 décembre 2015 (coupon 2015 détaché), l’OPE présente une prime de 12% sur l’offre publique d’échange présentée par Eurosic.

L’offre représente également une prime d’environ 9% sur les valeurs d’expertise du portefeuille immobilier au 31 décembre 2015.

Le succès de l’offre est conditionné à l’obtention de plus de 50% du capital social et des droits de vote de Foncière de Paris à la clôture. L’opération est également soumise à l’approbation de l’assemblée générale des actionnaires de Gecina et à l’accord de l’Autorité de la concurrence. Dans cette opération, Gecina est conseillée par Goldman Sachs en tant que conseil financier et par le cabinet d’avocats Herbert Smith Freehills en tant que conseil juridique.

RCS Mediagroup : des actionnaires lancent une contre-offre

RCS Mediagroup : des actionnaires lancent une contre-offre. Avec le concours d’Investindustrial, la société d’investissement d’Andrea Bonomi, quatre actionnaires du groupe de presse et d’édition (Diego Della Valle, Mediobanca, UnipolSai et Pirelli), qui édite notamment le Corriere della Sera, ont annoncé qu’ils allaient transférer leur parts, représentant au total 22,6% du capital, à une nouvelle structure qui proposera d’acquérir tous les titres en circulation. L’offre sera libellée à 0,70 euro par action, soit une prime de 17,6% sur le dernier cours de clôture et de 31,6% sur l’offre d’échange de Cairo Communication (0,12 action Cairo par titre RCS), jugé insuffisante par le conseil d’administration de RCS Mediagroup. Le succès de l’offre est conditionné à l’apport d’au moins les deux tiers du capital, en incluant la participation de 22,6%.

Darty : Fnac annonce une troisième offre

Darty : Fnac annonce une troisième offre. Selon les termes de cette offre améliorée, les actionnaires de Darty auront le droit de recevoir 170 pence en numéraire (soit 10 pence de mieux que l’offre de Conforama) pour chaque action apportée, valorisant Darty à 914 M£ (1,175 milliard d’euros). Ce prix représente une prime de 48% sur la valeur de l’offre initiale d’environ 115 pence par action Darty et de 4% sur le cours de clôture de Darty au 22 avril 2016 (163 pence). Cette offre comprendra également une alternative partielle en titres, à raison de 1 action nouvelle Fnac pour 25 actions Darty apportées. Fnac rappelle qu’elle détient ou a reçu des engagements irrévocables portant sur environ 40,38 % du capital de Darty.

Darty : la bataille fait rage entre Conforama et la Fnac

Darty : la bataille fait rage entre Conforama et la Fnac. L’enseigne d’électroménager sous pavillon britannique excite les convoitises. En moins de 24 heures, Conforama, filiale du groupe sud-africain Steinhoff, a révisé à trois reprises son offre pour contrer les deux surenchères de la Fnac. Résumé des derniers actes.

Mercredi 20 avril au soir, Conforama communique aux autorités boursières britanniques qu’il détient 19,5% des actions de Darty (sécurisés auprès de Majedie Asset Management, Schroder Investment Management, Standard Life Investments et UBS Asset Management) et qu’il améliore son offre en cash de 125 à 138 pence.

Jeudi 21 avril au matin, la Fnac propose 145 pence en numéraire pour chaque action Darty, valorisant la totalité du capital émis ou à émettre à 779 millions de livres. Ce prix représente une prime d’environ 18% sur la valeur de l’offre initiale de 123 pence par action Darty, de 5% sur la valeur de l’offre révisée de Conforama et de 10% sur le cours de clôture de 132 pence de Darty au 20 avril 2016. L’offre améliorée de Fnac comprend également une alternative partielle en titres, à raison de 125 actions Darty pour 4 actions nouvelles Fnac,  valorisant chaque action Darty à 145 pence.

Par ailleurs, Fnac annonce avoir reçu de la part d’actionnaires de référence de Darty, Knight Vinke Asset Management et DNCA Finance, des engagements irrévocables à hauteur de 22% du capital de recevoir 100 % de la rémunération selon les termes de l’alternative partielle en titres. Fnac se dit « convaincue que l’acquisition envisagée se traduira par des bénéfices financiers significatifs pour l’entité combinée, notamment par des synergies brutes (avant impôts) d’au moins 130 millions d’euros par an ».

Jeudi 21 avril, en milieu de journée, Conforama surenchérit sur l’offre de la Fnac. La filiale du groupe sud-africain Steinhoff révise le prix de son offre pour acquérir le contrôle de l’enseigne d’électroménager. Après avoir porté la veille au soir son prix à 138 pence, il décide de surenchérir à 150 pence, soit 5 pence de mieux que l’offre de la Fnac (+3,5%), dévoilée ce matin. A ce niveau, Darty est valorisée 806 millions de livres, soit 1,024 milliard d’euros.

Jeudi 21 avril, en début d’après-midi, Fnac riposte de nouveau, en annonçant qu’il relèvera les termes de son offre à 153 pence par action, prix le plus haut payé pour acquérir 29,58 millions d’actions, représentant environ 5,59 % du capital de Darty, avec toujours une alternative partielle en titres. Rothschild, en tant que conseiller financier de Fnac, considère que les ressources financières disponibles de Fnac sont suffisantes pour satisfaire l’intégralité de l’offre. En comptant les titres détenus et les engagements irrévocables, Fnac déclare avoir la main sur environ 27,70 % du capital.

Jeudi 21 avril, dans l’après-midi, Conforama relève – pour la troisième fois en moins de 24 heures – son offre en proposant 160 pence par action Darty, représentant un montant total de 860 millions de livres, soit 1,09 milliard d’euros.

Darty : Conforama surenchérit sur l’offre de la Fnac !

Darty : Conforama surenchérit sur l’offre de la Fnac ! La riposte n’aura pas tardé. Quelques heures après l’annonce de la surenchère de la Fnac, Conforama, filiale du groupe sud-africain Steinhoff, révise – pour la deuxième fois en moins de 24 heures – le prix de son offre pour acquérir le contrôle de l’enseigne d’électroménager. Après avoir porté hier soir son prix de 125 à 138 pence, il a décidé de surenchérir à 150 pence, soit 5 pence de mieux que l’offre de la Fnac (+3,5%), dévoilée ce matin. A ce niveau, Darty est valorisée 806 millions de livres, soit 1,024 milliard d’euros.

Darty : Fnac surenchérit sur l’offre révisée de Conforama

Darty : Fnac surenchérit sur l’offre révisée de Conforama. La bataille boursière pour le contrôle de l’enseigne d’électroménager fait rage. Mercredi 20 avril au soir, Conforama, filiale du groupe sud-africain Steinhoff, communiquait aux autorités boursières britanniques qu’il détenait 19,5% des actions de Darty et qu’il améliorait son offre en cash de 125 à 138 pence. La réplique de Fnac ne s’est pas fait attendre. Jeudi 21 avril au matin, le distributeur de produits culturels et électroniques propose désormais 145 pence en numéraire pour chaque action Darty, valorisant la totalité du capital émis ou à émettre à 779 millions de livres (soit 988 millions d’euros).

Ce prix représente une prime d’environ 18% sur la valeur de l’offre initiale de 123 pence par action Darty (sur la base du cours de clôture de Fnac de 57,8 €, le 20 avril 2016), de 5% sur la valeur de l’offre révisée de Conforama Investissement 2 et de 10% sur le cours de clôture de 132 pence de Darty au 20 avril 2016. L’offre améliorée de Fnac comprendra également une alternative partielle en titres en vertu de laquelle les actionnaires de Darty auront la possibilité de recevoir de nouvelles actions Fnac en lieu et place de tout ou partie du numéraire auquel ils auraient eu droit à raison de 125 actions Darty pour 4 actions nouvelles Fnac,  valorisant chaque action Darty à 145 pence à la date du 21 avril 2016.

Par ailleurs, Fnac a reçu de la part d’actionnaires de référence de Darty, Knight Vinke Asset Management et DNCA Finance, des engagements irrévocables à hauteur de 22% du capital de Darty de recevoir 100 % de la rémunération qui leur est due selon les termes de l’alternative partielle en titres (sujette à une réduction au prorata en fonction de la demande des actionnaires). Fnac se dit « convaincue que l’acquisition envisagée se traduira par des bénéfices financiers significatifs pour l’entité combinée, notamment par des synergies brutes (avant impôts) d’au moins 130 millions d’euros par an ». Le marché attend maintenant la réponse de Conforama.

Starwood Hotels & Resorts Worldwide

Starwood Hotels & Resorts Worldwide : la bataille se poursuit. Le consortium emmené par le groupe chinois Anbang Insurance fait une nouvelle proposition pour contrer l’offre de Marriott International. Selon les termes de cette offre révisée, les actionnaires du groupe hôtelier américain recevraient 82,75 dollars par action en cash (contre 79,53 dollars pour l’offre de Marriott), valorisant Starwood Hotels près de 14 milliards de dollars. En outre, les actionnaires recevraient des actions d’Interval Leisure Group (ILG), complément évalué à 5,91 dollars par action Starwood, sur la base du dernier cours en date du 24 mars. Au total, la proposition du consortium et la transaction ILG offriraient une valeur combinée de 88,66 dollars par action.

 

Starwood Hotels & Resorts Worldwide accepte

Starwood Hotels & Resorts Worldwide accepte l’offre améliorée de Marriott. Selon les termes de l’accord, les actionnaires du groupe hôtelier américain recevront pour chaque action 21 dollars en cash et 0,8 action Marriott International (contre 2 dollars et 0,92 action initialement), soit un total de 79,53 dollars, ce qui valorise Starwood Hotels à 13,6 milliards de dollars. L’offre est considérée comme mieux disante que celle du consortium emmené par le groupe chinois Anbang Insurance qui valorisait la chaîne 13,16 milliards de dollars, soit 78 dollars par action. En outre, les actionnaires de Starwood recevraient des actions d’Interval Leisure Group (ILG), complément évalué à 5,83 dollars par action Starwood. Après l’achèvement de la fusion, les actionnaires de Starwood détiendraient environ 34% du nouvel ensemble.

Starwood Hotels & Resorts Worldwide accepte

Starwood Hotels & Resorts Worldwide accepte la surenchère d’Anbang. En consultation avec ses conseillers juridiques et financiers, le groupe hôtelier américain a estimé que l’offre réévaluée du consortium emmené par le groupe chinois Anbang Insurance constitue une « proposition supérieure » à celle prévue dans le cadre de la fusion avec Marriott international. L’offre d’Anbang au prix de 78 dollars par action (contre 76 dollars initialement) valorise Starwood à 13,16 milliards de dollars, alors que celle de Marriott s’établissait à 12,2 milliards. Les actionnaires de Starwood recevraient en outre des actions d’Interval Leisure Group. Ce complément est évalué à 5,67 dollars par action Starwood, sur la base du cours moyen des 20 dernières séances, portant la proposition du consortium à un total de 83,67 dollars par action.

Darty confirme avoir reçu une contre-offre de Conforama

Darty confirme avoir reçu une contre-offre de Conforama. La messe n’est peut-être pas encore dite entre Groupe Fnac, distributeur de produits culturels et d’équipement de la maison, et le distributeur d’électroménager et d’électronique grand public français coté à Londres. Mercredi matin, Darty a ainsi confirmé avoir reçu une « offre conditionnelle » de la part de Conforama, et dit l’ « étudier », confirmant ainsi l’information du Financial Times donnée la veille.

« Darty plc prend acte des récentes rumeurs parues dans les médias et confirme avoir reçu une offre conditionnelle de Conforama, membre du groupe Steinhoff International Holdings NV, pour acquérir Darty à 125 pence par action en numéraire », indique le groupe dans un communiqué. Ajoutant : « Une prochaine annonce sera faite en temps voulu sur le délai dans lequel Steinhoff devra, selon l’appendix 7, section 4 du Code, soit annoncer une intention ferme de faire une offre sur Darty conformément à la Règle 2.7 du Code ou soit annoncer qu’elle n’a pas l’intention de faire d’offre, dans ce cas le présent communiqué relèvera de la règle 2.8 du Code ».

Cette offre de Conforama pourrait bien changer la donne, car elle est tout en cash, à la différence de celle de la Fnac. Selon les termes de sa pré-offre conditionnelle, les actionnaires de Darty auraient le droit de recevoir 1 nouvelle action Fnac pour 37 actions Darty détenues, avec une alternative partielle en numéraire. « Le projet avance selon le calendrier que nous avons annoncé en novembre dernier », expliquait récemment Alexandre Bompard, PDG de Groupe Fnac, dans une interview donnée au Echos. « L’opération a été notifiée à l’Autorité de la concurrence […] Si son avis est favorable, l’opération sera ensuite soumise au vote de l’assemblée générale de chacun des deux groupes. Nous espérons une finalisation de l’opération autour de l’été prochain ». Aujourd’hui, rien n’est moins sûr.

Gameloft : Vivendi surenchérit de 20 % sur son offre

Gameloft : Vivendi surenchérit de 20 % sur son offre. Le groupe qui réunit plusieurs entreprises leaders dans les contenus et les médias a décidé de relever le prix de son projet d’offre publique d’achat sur Gameloft à 7,20 euros par action contre un prix initial de 6 euros, le 18 février dernier. Ce prix fait ressortir une prime de 31,4% sur le dernier cours coté avant la première offre (5,48 euros) et de 80,4 % sur le cours du 14 octobre 2015 (3,99 euros), avant l’annonce de l’entrée de Vivendi au capital. Il reste néanmoins en retrait de 12,2% sur son plus haut atteint fin décembre 2013 (8,20 euros). Il valorise désormais Gameloft 615 millions d’euros.

Ce relèvement du prix n’emporte aucun changement quant aux autres données de l’offre publique, telles que figurant dans le projet de note d’information déposé auprès de l’Autorité des marchés financiers, le 18 février 2016. Vivendi répond ainsi à l’une des critiques formulées par le conseil d’administration : « L’insuffisance des termes financiers de l’offre, au regard de la valeur intrinsèque et des perspectives de Gameloft, déjà partiellement reflétées par le cours de l’action Gameloft ». Par ailleurs, Vivendi, déjà premier actionnaire en capital d’Ubisoft, déclare avoir franchi le 23 février le seuil légal des 15 % et détenir 15,66 % du capital de la société de jeux vidéo.