Inside

OPA, OPE, fusions, rumeurs… La synthèse de la semaine. Même si la semaine du 15 août n’est pas la plus active de l’année, tant s’en faut, on note une proposition d’achat (esure Group), des autorisations réglementaires (Gemalto, Goldbach) et un dénouement de participations croisées (Rothschild & Co), sans oublier le dossier Tesla.

La nouveauté

Bain Capital souhaite acquérir esure Group. La société d’investissement a soumis une proposition en vue d’acquérir la compagnie d’assurances britannique pour un montant de 1,2 milliard de livres. Pour chaque action esure Group, Bain Capital propose d’offrir 280 pence, ce qui fait ressortir une prime de 37,2% sur le cours de clôture du vendredi 10 août (204 pence) et une prime de 40,7% sur la moyenne pondérée observée sur le mois précédent cette date (199 pence). Le conseil d’administration d’esure a indiqué qu’il serait disposé à recommander une offre ferme sur la compagnie si Bain Capital la lançait au prix indiqué dans sa proposition.

Les opérations en cours

Thales et Gemalto ont le feu vert du Canada. Avec les autorisations des autorités de concurrence compétentes en Chine et en Israël, et la décision d’autorisation relative aux investissements étrangers en Australie, Thales et Gemalto ont obtenu 4 des 14 autorisations règlementaires requises. L’opération devrait être réalisée peu de temps après l’obtention de toutes les autorisations règlementaires, ce qui est envisagé avant la fin 2018. Pour rappel, Thales s’engage à acquérir chaque action au prix unitaire de 51 € (dividende attaché) et chaque ADS (deux ADSs représentant une action ordinaire) au prix unitaire de 25,50 €. Ce prix intègre une prime de 57% sur le cours du 8 décembre 2017, valorisant Gemalto 4,6 milliards d’euros.

La Comco autorise la reprise de Goldbach par le groupe de médias suisse Tamedia. Après un examen approfondi, la Commission fédérale de la concurrence a donné son feu vert sans charges ni conditions. A l’issue du processus d’appel d’offres réussi, où 96,90% du nombre maximal d’actions Goldbach, auquel se réfère l’offre, ont été proposés à Tamedia, une nouvelle condition de l’offre prévue au prospectus est désormais satisfaite, et la reprise va pouvoir être effectuée. La transaction sera réalisée dans les dix prochaines séances. Après réalisation, Tamedia indemnisera les actionnaires minoritaires restants et décotera le groupe Goldbach.

Par ailleurs, cinq sociétés sont encore en période de pré-offre. Ce sont des sociétés ayant fait l’objet d’une annonce d’offre publique, mais dont le projet n’a pas encore été officiellement déposé auprès de l’AMF. Les voici, par ordre d’apparition :

  • Le 2 juin 2017, Fortune Fountain Capital (FFC) a annoncé les caractéristiques d’un projet d’OPA qu’elle envisage de déposer sur les actions Baccarat au prix unitaire de 222,70 €. Pour en savoir plus
  • Le 12 juillet 2017, Krief Group a annoncé les caractéristiques d’un projet d’OPA simplifiée qu’elle envisage de déposer sur les actions Financière Marjos au prix unitaire de 0,10 €. Pour en savoir plus
  • Le 20 juin 2018, Krief Group a annoncé les caractéristiques d’un projet d’OPA simplifiée qu’elle envisage de déposer sur les actions Fauvet-Girel au prix unitaire de 33,27 €. Pour en savoir plus
  • Le 27 juin 2018, le Crédit Foncier de France a annoncé les caractéristiques d’un projet d’OPR qu’il envisage de déposer visant les actions Locindus au prix unitaire de 25 €. Pour en savoir plus
  • Le 23 juillet 2018, Sangamo Therapeutics a annoncé les caractéristiques d’un projet d’OPA simplifiée visant les actions TxCell au prix unitaire de 2,58 €.Pour en savoir plus

Tours de table

Casino : Goldman Sachs a réduit fortement ses positions. Par suite d’une cession hors marché, la banque d’investissement a franchi en baisse le seuil de 5% et ne détient plus désormais que 0,99% du capital du groupe de distribution.

Rothschild & Co : Edmond de Rothschild a vendu tous ses titres. Cette société, contrôlée par M. Benjamin de Rothschild et sa famille, a franchi en baisse les seuils de 5% du capital et des droits de vote de Rothschild & Co et ne détient plus aucune action. Ce franchissement de seuils résulte d’une cession d’actions hors marché dans le cadre du dénouement des participations croisées des deux sociétés. Pour en savoir plus : Journal des OPA.

Paroles de Pros

Les choix de portefeuille de Tocqueville Odyssée. En juillet, ce fonds spécialisé dans les valeurs susceptibles de faire l’objet d’une opération financière, géré par Didier Roman et Alexandre Voisin, a cédé 0,81%. « Tocqueville Odyssée a connu un lot de déceptions inhabituel, parmi lesquelles un impondérable avec Altran (découverte de malversations dans sa filiale américaine fraîchement acquise) et des publications durement sanctionnées par le marché avec Coface et Sopra Steria notamment », expliquent les gérants. Parmi les principales opérations, on note des prises de profits sur Gemalto, Puma et Alstom. Au 31 juillet 2018, les principales positions du fonds étaient les suivantes : Renault (3,84%), Thales (3,79%), Peugeot (3,69%), Natixis (3,69%), Imerys (3,65%), Arkema (3,64%) et Vallourec (3,45%).

Les arbitrages d’Edmond de Rothschild Fund Europe Synergy A. Ce fonds, géré par Philippe Lecoq et Olivier Huet, vise à générer une surperformance régulière sur un cycle économique complet par une sélection de valeurs potentiellement cibles d’OPA/OPE et de valeurs en restructuration. « Covestro a été entré en portefeuille. En effet, depuis la sortie quasi totale de Bayer de son actionnariat, le groupe constitue une cible dans un secteur de la chimie en consolidation. La faiblesse de la valorisation liée aux inquiétudes sur les prix des polyuréthanes et des polycarbonates, ainsi que la solidité du bilan, constituent une opportunité pour un éventuel acquéreur notent les gérants dans leur rapport. Nous avons par ailleurs vendu Croda International, prenant des bénéfices suite à la performance récente du titre ». Au 31 juillet 2018, ses principales lignes étaient les suivantes : Bouygues (4,7%), Meggitt (4,4%), Aéroports de Paris (3,9%), ThyssenKrupp (3,9%) et Philips Elect. (3,6%).

Bruits de marché

Tesla : le marché est de moins en moins convaincu. Après son tweet controversé annonçant un retrait de la cote du constructeur de voitures électriques à 420 $, l’entrepreneur a de nouveau communiqué. « Je suis ravi de travailler avec Silver Lake et Goldman Sachs comme conseillers financiers, avec en plus Wachtell, Lipton, Rosen & Katz and Munger, Tolles & Olson comme conseillers juridiques sur la proposition de retirer Tesla de la cote », a-t-il précisé. Mais les investisseurs ne le suivent pas dans cette voie, comme en témoigne l’évolution du cours de Tesla. En fin de semaine, le titre touchait un plus bas à 305,705 $ sur le Nasdaq, soit à 27% en dessous du prix supposé de sortie. Dans un grand entretien au New York Times, Elon Musk évoque une année « atroce » et revient sur ce qu’on peut appeler l’affaire Tesla. Pour le consulter : NYTimes.

L’équipe du Journal des OPA vous souhaite un superbe week-end et vous remercie de votre fidélité.

© Médiange. Tous droits réservés