SuperSonic Imagine : l’OPA simplifiée va pouvoir démarrer.

SuperSonic Imagine : l’OPA simplifiée va pouvoir démarrer. Dans sa séance du 13 avril, l’AMF a examiné le projet d’offre publique et l’a déclaré conforme (visa n° 21-103). Hologic Hub, qui détient 80,05% du capital de cette société spécialisée dans l’imagerie médicale par ultrasons, s’engage à acquérir les actions non détenues au prix unitaire de 1,50 €. Ce prix fait ressortir une prime de 19% sur le dernier cours coté avant l’annonce de l’opération et une prime de 13,6% sur la moyenne des 3 derniers mois avant cette date. Cette offre sera suivie le cas échéant d’un retrait obligatoire, et ce afin de proposer aux actionnaires une fenêtre de sortie en amont de la mise en œuvre des opérations de recapitalisation. À la suite des pertes réalisées en 2020, SuperSonic Imagine réalisera en effet un « coup d’accordéon », à savoir une réduction de capital à zéro immédiatement suivie d’une augmentation de capital d’un montant de 59 millions d’euros.

EOS Imaging : l’OPA d’Alphatec va pouvoir démarrer

EOS Imaging : l’OPA d’Alphatec va pouvoir démarrer. L’AMF a examiné en effet le projet d’offre publique visant les actions et les obligations convertibles de ce pionnier de l’imagerie médicale orthopédique 2D/3D et l’a déclaré conforme (visa n° 21-082). Alphatec Holdings (ATEC), qui détient 9,99% du capital à la suite d’acquisitions en Bourse, s’engage à acquérir chaque action EOS Imaging au prix unitaire de 2,45 €. Ce prix reflète une prime de 40,8% sur le cours de l’action, le 16 décembre 2020, et de 55,1% sur la moyenne des cours des deux derniers mois avant cette date. L’OPA vise également les Oceanes en circulation pour un prix unitaire de 7,01 € (coupon attaché dû le 31 mai 2021) ou 6,81 € (coupon détaché). Si les conditions requises sont remplies, ATEC a l’intention de mettre en œuvre un retrait obligatoire.

Bruxelles autorise l’acquisition de GrandVision par EssilorLuxottica sous conditions

Bruxelles autorise l’acquisition de GrandVision par EssilorLuxottica sous conditions. Cette décision fait suite à une enquête approfondie sur ce projet d’acquisition. EssilorLuxottica est le premier fournisseur européen et mondial de verres ophtalmiques et d’articles de lunetterie. Il détient de très nombreuses marques célèbres comme Ray-Ban et Oakley. En outre, EssilorLuxottica est actif dans la vente au détail de produits optiques, notamment en Italie et au Royaume-Uni. GrandVision est une entreprise de vente au détail d’articles de lunetterie présente à l’échelle mondiale. Elle exploite quelques-unes des plus grandes chaînes d’optique en Europe, parmi lesquelles GrandOptical et Pearle. EssilorLuxottica vend ses produits à des détaillants d’articles optiques, dont GrandVision, qui les revendent ensuite aux consommateurs finals.

L’enquête approfondie menée par la Commission européenne s’est concentrée sur les problèmes potentiels de concurrence qui pourraient résulter la combinaison de la position solide qu’EssilorLuxottica détient sur le marché de la fourniture en gros d’articles optiques, notamment de verres et d’articles de lunetterie, et de la présence de premier plan de GrandVision sur le marché de la distribution au détail de ces mêmes produits. Pour résoudre les problèmes de concurrence relevés par la Commission, EssilorLuxottica a proposé de céder une partie de ses activités de vente au détail dans chacun des pays pour lesquels la Commission avait exprimé des préoccupations (Belgique, Italie, Pays-Bas). La Commission a conclu que l’opération envisagée, telle que modifiée par les engagements, ne pose plus de problèmes de concurrence.

Sofibus Patrimoine : l’OPA simplifiée va pouvoir démarrer

Sofibus Patrimoine : l’OPA simplifiée va pouvoir démarrer. L’AMF a examiné le projet d’offre publique et l’a déclaré conforme (visa n° 21-068). Segro France, qui détient désormais 95,40% du capital de cette foncière spécialisée dans l’immobilier d’entreprise, s’engage à acquérir la totalité des actions non détenues au prix unitaire de 313,71 €. Ce prix représente une prime de 46,6% par rapport au cours de clôture de l’action Sofibus Patrimoine le 11 décembre 2020 et une prime de 67,5% sur la base du cours moyen des 3 derniers mois. La mise en œuvre d’un retrait obligatoire sera demandée dans la mesure où les conditions de détention sont d’ores et déjà remplies.

Explosifs et produits Chimiques : l’OPA simplifiée dans les starting-blocks

Explosifs et produits Chimiques : l’OPA simplifiée dans les starting-blocks. L’AMF a examiné le projet d’offre publique et l’a déclaré conforme (visa n° 21-035). E.J. Barbier (détenue à 100% par 4 Décembre, laquelle est contrôlée par Argos Wityu SAS), qui détient 69,57% du capital de cet expert de la démolition urbaine ou industrielle (79,1% avec les actions auto-détenues), s’engage à acquérir le solde des actions au prix unitaire de 400 €, contre 363 € initialement. Comme il est précisé dans la note d’information, « le cours de bourse ne constitue pas une référence pertinente pour apprécier la valeur de l’action, compte tenu de la très faible liquidité sur le marché et du poids significatif des transactions réalisées par le principal actionnaire minoritaire ». L’initiateur n’envisage pas de demander la mise en œuvre d’un retrait obligatoire.

Dalet : l’OPA simplifiée est imminente

Dalet : l’OPA simplifiée est imminente. L’AMF a examiné en effet le projet d’offre publique et l’a déclaré conforme (visa n° 21-037). Dalet Holding (contrôlée par Long Path Private Investment Partners I), qui détient désormais 84,36% du capital de ce spécialiste des solutions logicielles et de services pour les diffuseurs et les producteurs de contenu, s’engage à acquérir les actions non détenues au prix unitaire de 13,52 €. Ce prix extériorise une prime de 36,6% par rapport au cours de clôture du 21 octobre 2020 et une prime de 37,2% par rapport aux cours moyens pondérés par les volumes des 60 dernières séances avant cette date. Si les conditions requises sont remplies, l’initiateur a l’intention de demander la mise en œuvre d’un retrait obligatoire.

La Foncière Verte : l’OPR va pouvoir démarrer

La Foncière Verte : l’OPR va pouvoir démarrer. L’AMF a examiné en effet le projet d’offre publique de retrait et l’a déclaré conforme (visa n° 21-039). PH Finance (contrôlée par M. Jean-Luc Petithuguenin), qui détient de concert avec Foncière PH Green 99,98% du capital de cette société immobilière, s’engage à acquérir les 76 actions non détenues au prix unitaire de 420 €. Ce prix fait ressortir une prime de 278% sur le dernier cours coté avant le dépôt du projet d’offre (111 €) et une prime de 225% sur l’actif net de liquidation IFRS (129,30 €). La mise en œuvre d’un retrait obligatoire sera demandée dans la mesure où les conditions de détention sont d’ores et déjà remplies.

Bouygues Construction : l’OPR est imminente

Bouygues Construction : l’OPR est imminente. L’AMF a examiné le projet d’offre publique de retrait visant les actions et l’a déclaré conforme (visa n° 21-023). Le groupe Bouygues, qui détient 99,97% du capital de sa filiale de construction, s’engage à acquérir les 430 actions non détenues, représentant 0,03% du capital, au prix unitaire de 3 950 €. Bouygues, qui remplit déjà les conditions de détention, a demandé à l’AMF de procéder au retrait obligatoire dès la clôture de l’offre publique.

Selectirente : l’OPR va pouvoir débuter

Selectirente : l’OPR va pouvoir débuter. L’AMF a examiné le projet d’offre publique de retrait visant les actions et l’a déclaré conforme (visa n° 21-025). Sofidy (contrôlée par Tikehau Capital Advisors), qui détient de concert avec d’autres actionnaires 52,05% du capital de cette foncière spécialisée dans les commerces de proximité en centre-ville, s’engage à acquérir les actions non détenues au prix unitaire de 87,30 € (dividende attaché). Ce prix fait ressortir une prime de 9,8% par rapport au cours du 8 décembre 2020 et de 9,9% par rapport à la moyenne pondérée des 3 derniers mois précédant cette date. L’initiateur n’a pas l’intention de mettre en œuvre de retrait obligatoire.


Bruxelles autorise, sous certaines conditions, l’acquisition de Refinitiv par London Stock Exchange Group

Bruxelles autorise, sous certaines conditions, l’acquisition de Refinitiv par London Stock Exchange Group. La décision adoptée fait suite à une enquête approfondie sur l’opération envisagée, qui combine les activités de LSEG et Refinitiv. LSEG est une société mondiale spécialisée dans l’infrastructure des marchés financiers. Elle propose également des produits liés aux données financières. Refinitiv est un fournisseur de produits liés aux données financières. Elle contrôle également Tradeweb, qui exploite des plateformes de négociation. Cette autorisation est subordonnée au respect intégral d’une série d’engagements proposés par LSEG.

« La garantie d’une concurrence entre les infrastructures dans le domaine des services de négociation et d’un accès aux produits liés aux données financières dans des conditions loyales et équitables est essentielle pour l’économie européenne, et notamment pour les consommateurs et les entreprises, a déclaré Margrethe Vestager, vice-présidente exécutive chargée de la politique de concurrence. Aujourd’hui, nous sommes en mesure d’autoriser l’acquisition de Refinitiv par LSEG car les engagements proposés par cette dernière garantiront que les marchés resteront ouverts et concurrentiels et que l’acquisition n’entraînera pas de hausse des prix ni de réduction du choix et de l’innovation en ce qui concerne ces produits. »

Spir Communication : l’OPA simplifiée dans les starting-blocks

Spir Communication : l’OPA simplifiée dans les starting-blocks. L’AMF a examiné le projet d’offre publique et l’a déclaré conforme (visa n° 21-004). Sofiouest s’engage désormais à acquérir les actions non détenues au prix de 5 € par action (au lieu de 4,16 € initialement), en intégrant le 1er complément de prix de 0,84 € par action (lié au séquestre de 5 millions d’euros constitué en cas d’éventuels appels en garantie). Ce prix est identique au dernier cours précédant l’annonce de l’opération, le 9 novembre 2020, et fait ressortir une prime de 1,5% sur la moyenne des 60 séances avant cette date.

1000Mercis : l’OPRA est désormais imminente

1000Mercis : l’OPRA est désormais imminente. L’AMF a examiné le projet d’offre publique de rachat de ce pionnier de la publicité et du marketing digital et l’a déclaré conforme (visa n° 21-001). 1000Mercis envisage donc d’acquérir un maximum de 450.000 de ses propres actions (au lieu de 500 000 initialement), soit 17,05% de son capital, au prix unitaire de 20 € (au lieu de 18 €). Ce prix représente une prime de 25% par rapport au cours du 27 novembre 2020, dernier cours coté avant l’annonce, et une prime de 24,9% sur la moyenne des cours sur les 3 derniers mois avant cette date.

Amplitude Surgical : l’OPA simplifiée va pouvoir démarrer

Amplitude Surgical : l’OPA simplifiée va pouvoir démarrer. L’Autorité des marchés financiers a examiné le projet d’offre publique et l’a déclaré conforme (visa n°21-002). Auroralux (PAI Partners), qui détient désormais 60,16% du capital de cette société spécialisée dans les technologies chirurgicales destinées à l’orthopédie, s’engage à acquérir la totalité des actions non détenues au prix unitaire de 2,15 €. Ce prix fait ressortir une prime de 32,7% sur le dernier cours coté, le 30 juillet 2020, avant l’annonce de l’opération et une prime de 53,5% sur la moyenne pondérée des 60 dernières séances avant cette date. Si les conditions requises sont remplies, Auroralux a l’intention de demander la mise en œuvre d’un retrait obligatoire.

Les actionnaires approuvent le projet de la fusion entre FCA et Groupe PSA

Les actionnaires approuvent le projet de la fusion entre FCA et Groupe PSA. Les assemblées des actionnaires de Fiat Chrysler Automobiles et Peugeot S.A., réunies ce jour, ont approuvé le projet de fusion permettant la création de Stellantis N.V. et ce par une très large majorité (plus de 99% des votes exprimés en faveur de la transaction). Les actionnaires de FCA ont également approuvé des résolutions complémentaires liées à la fusion, en particulier l’adoption des futurs statuts de Stellantis et la nomination des membres du conseil d’administration de Stellantis, décisions qui prendront effet le lendemain de la réalisation de la fusion.

À la suite de l’approbation des actionnaires ce jour et l’obtention des dernières autorisations réglementaires au cours du mois dernier, notamment de la part de la Commission européenne et de la Banque Centrale Européenne, FCA et Groupe PSA prévoient de finaliser leur rapprochement le samedi 16 janvier 2021. Les actions ordinaires de Stellantis commenceront à être négociées sur le marché Euronext à Paris et sur le Mercato Telematico Azionario à Milan le lundi 18 janvier 2021, et sur le New York Stock Exchange le mardi 19 janvier 2021.

Tiffany : les actionnaires approuvent l’accord modifié de fusion conclu avec LVMH

Tiffany : les actionnaires approuvent l’accord modifié de fusion conclu avec LVMH. Le leader mondial du luxe annonce que les actionnaires de Tiffany & Co. ont voté à une très large majorité en faveur de l’accord modifié de fusion annoncé le 29 octobre 2020, lors d’une assemblée extraordinaire de Tiffany qui s’est tenue hier (avec un prix d’offre fixé à 131,50 $ par action). La finalisation de l’opération est prévue jeudi 7 janvier 2021.

Bruxelles autorise la fusion entre Fiat Chrysler Automobiles et Peugeot S.A.

Bruxelles autorise la fusion entre Fiat Chrysler Automobiles et Peugeot S.A., sous réserve du respect de certaines conditions. À l’issue de son enquête, la Commission européenne craignait que l’opération, telle qu’initialement notifiée, ne porte atteinte à la concurrence sur le marché des petits véhicules utilitaires légers dans neuf États membres de l’EEE (Belgique, Tchéquie, France, Grèce, Italie, Lituanie, Pologne, Portugal et Slovaquie), où les entreprises détiennent des parts de marché cumulées élevées ou très élevées et sont des concurrents particulièrement proches. L’acquisition aurait donc probablement entraîné une hausse des prix pour les clients.

Pour dissiper les craintes, FCA et PSA ont offert plusieurs engagements visant à favoriser l’entrée et l’expansion sur le marché : extension de l’accord de coopération actuellement en vigueur entre PSA et Toyota Motor Europe pour les petits véhicules utilitaires légers, modification des accords de réparation et d’entretien des voitures particulières et des véhicules utilitaires légers en vigueur entre PSA, FCA et leurs réseaux de réparateurs. La Commission est donc parvenue à la conclusion que l’opération, telle que modifiée par les engagements, ne poserait plus de problème de concurrence. Cette décision est subordonnée au respect intégral des engagements souscrits.

EasyVista : l’OPA simplifiée va pouvoir démarrer

EasyVista : l’OPA simplifiée va pouvoir démarrer. Dans sa séance du 18 décembre 2020, l’AMF a examiné le projet d’offre publique et l’a déclaré conforme (visa sous le n° 20-607). EasyVista Holding (contrôlée par des fonds gérés par Eurazeo PME), qui détient 72,86% du capital, s’engage à acquérir chaque action et chaque obligation convertible au prix unitaire de 70 € et chaque bon de souscription d’action au prix de 45,88 €. Le prix par action fait ressortir une prime de 3,2% sur le dernier cours coté, le 22 juillet 2020, dernière séance avant l’annonce de l’opération, et une prime de 24,3% sur la moyenne pondérée des 3 derniers mois avant cette date. Si les conditions requises sont remplies, la mise en œuvre d’un retrait obligatoire sera demandée.

Anevia : l’offre alternative dans les starting-blocks

Anevia : l’offre alternative dans les starting-blocks. L’AMF a examiné le projet d’offre publique et l’a déclaré conforme (visa n° 20-589). Ateme, qui détient désormais 87,08% du capital de cette société spécialisée dans la diffusion vidéo, s’engage à acquérir chaque action Anevia au prix unitaire de 3,50 € (OPAS) ou offrir une action Ateme pour 10 Anevia et 20 € (OPM). Le prix offert de 3,50 € par action fait ressortir une prime de 32% sur le cours au 30 juillet 2020, veille de l’annonce de l’opération, et une prime de 51% sur la moyenne des 3 derniers mois avant cette date. Les ordres d’apport à la branche mixte ne pourront porter que sur des quotités de 10 actions Anevia ou sur tout multiple de cette quotité. Les BSA non exercés ne sont pas oubliés, Ateme offrant 1,06 € par BSA 2017C, 1,64 € par BSA 2019A, 0,24 € par BSA A et 1,54 € par BSA B. Si les conditions requises sont remplies, Ateme demandera la mise en œuvre d’un retrait obligatoire.

Mint : l’OPA va pouvoir démarrer

Mint : l’OPA va pouvoir démarrer. L’AMF a examiné le projet d’offre publique et l’a déclaré conforme (visa n° 20-591). Mercure Energie (Eoden), qui détient 16,65% du capital de l’ex-Budget Telecom, s’engage à acquérir les actions non détenues au prix unitaire de 10 € et les bons de souscription d’actions (BSA) non détenus au prix unitaire de 0,54 €. Le prix de 10 € représente une prime de 24,2% par rapport au dernier cours avant l’annonce (8,05 €) et une prime de 31,3% sur la moyenne pondérée par les volumes des 60 dernières séances (7,61€). Il valorise 100% des titres Mint à hauteur de 64 millions d’euros. Si les conditions sont réunies, Mercure Energie envisage de demander la mise en œuvre d’une procédure de retrait obligatoire.

Genkyotex : l’OPA simplifiée sur le point de commencer

Genkyotex : l’OPA simplifiée sur le point de commencer. L’AMF a examiné le projet d’offre et l’a déclaré conforme (visa n° 20-570). Le groupe suédois Calliditas Therapeutics, qui détient désormais 62,66% du capital de cette société spécialisée dans le développement de thérapies NOX, s’engage à acquérir les actions non détenues au prix unitaire de 2,80 €. Ce prix représente une prime de 27,8% sur le dernier cours coté avant l’annonce et une prime de 21,7% par rapport à la moyenne des cours des 60 dernières séances. A ce prix s’ajoutent des droits à complément de prix liés à l’obtention d’approbations réglementaires ou d’autorisations de mise sur le marché du setanaxib (valorisés 0,62 € par action dans la note d’information). Seuls les actionnaires apportant leurs actions Genkyotex à l’offre selon la procédure semi-centralisée seront éligibles au paiement éventuel de ces compléments de prix, lesquels ne font pas l’objet d’une garantie bancaire. A l’issue de l’OPA, si les conditions requises sont remplies, l’initiateur a l’intention de demander la mise en œuvre d’un retrait obligatoire.

Advenis : l’OPA simplifiée au prix rehaussé dans les starting-blocks

Advenis : l’OPA simplifiée au prix rehaussé dans les starting-blocks. L’AMF a examiné le projet d’offre et l’a déclaré conforme (visa n° 20-574). Inovalis, qui détient désormais 73% du capital de cette société spécialisée dans la conception, la distribution et la gestion d’actifs immobiliers et financiers, s’engage désormais à acquérir chaque action Advenis au prix de 2,07 € (contre 1,80 € initialement) et chaque obligation convertible au prix de 3.017,42 €. Le prix par action fait ressortir une prime de 108,04% sur le dernier cours coté, le 23 septembre, et une prime de 76,7% sur la moyenne des 3 derniers mois avant cette date. Le prix par obligation convertible extériorise, de son côté, une prime de 3,7% par rapport au plancher obligataire calculé à 2.911,01 €, après perception du premier paiement semestriel. Si les conditions requises sont remplies, l’initiateur demandera la mise en œuvre d’un retrait obligatoire.

Envea : l’OPA simplifiée va pouvoir démarrer

Envea : l’OPA simplifiée va pouvoir démarrer. L’AMF a examiné le projet d’offre et l’a déclaré conforme (visa n° 20-568). Envea Global (société contrôlée par The Carlyle Group), qui détient désormais 61,93% du capital de l’ex-Environnement SA, spécialisée en instrumentation de contrôle de l’environnement, s’engage à acquérir les actions non détenues au prix unitaire de 110 €. Ce prix extériorise des primes de 8,9% par rapport au cours de clôture du 26 juin 2020, dernier jour de Bourse avant l’annonce, et de 9,3% par rapport au cours moyen des 60 dernières séances avant cette date. L’initiateur n’a pas l’intention de mettre en œuvre de retrait obligatoire.

Peugeot : les porteurs obligataires approuvent l’accord de fusion avec FCA

Peugeot : les porteurs obligataires approuvent l’accord de fusion avec FCALe constructeur automobile a lancé le 28 octobre une consultation afin de recueillir le consentement des porteurs d’obligations émises sous le Programme EMTN du groupe. L’objectif de cette consultation était d’obtenir l’accord des obligataires portant sur le projet de fusion entre Peugeot S.A et FCA, pour former Stellantis à l’issue de l’opération. Peugeot S.A annonce aujourd’hui le succès de cette consultation après avoir recueilli une très large majorité des voix à l’issue de chaque assemblée générale des porteurs. Peugeot S.A a également obtenu les autorisations requises de la part de ses banques partenaires pour ses deux lignes de crédit renouvelable de 3 milliards d’Euros chacune.

La réalisation de la fusion devrait avoir lieu d’ici la fin du premier trimestre de 2021, sous réserve des conditions de clôture habituelles, comprenant l’approbation de l’opération par les actionnaires des deux sociétés lors de leurs assemblées générales extraordinaires respectives et la satisfaction des exigences antitrust et autres exigences réglementaires.

Lafuma : l’OPR est désormais imminente

Lafuma : l’OPR est désormais imminente. L’AMF a examiné le projet d’offre publique et l’a déclaré conforme (visa n° 20550). Calida Holding AG, qui détient 93,50% du capital de ce fabricant de vêtements et d’équipements dédiés au sport, à la randonnée et à l’outdoor, s’engage à acquérir les actions non détenues au prix unitaire de 17,99 €. Ce prix fait ressortir une prime de 0,5% sur le dernier cours, le 25 septembre, avant l’annonce de l’opération et une prime de 5,8% sur la moyenne des 3 derniers mois avant cette date. A l’issue de l’OPR, l’initiateur demandera la mise en œuvre d’un retrait obligatoire, les conditions étant d’ores et déjà remplies.

Horizontal Software : l’OPA simplifiée va pouvoir démarrer

Horizontal Software : l’OPA simplifiée va pouvoir démarrer. L’AMF a examiné le projet d’offre et l’a déclaré conforme (visa n° 20548). HSW Développement, filiale à 100% d’Extens E-Health Fund II, qui détient de concert avec d’autres actionnaires 93,94% du capital de cette société spécialisée dans l’édition de logiciels en ressources humaines, s’engage à acquérir les actions non détenues au prix unitaire de 1,04 €. Ce prix fait ressortir une prime de 28,4% sur le dernier cours coté avant la suspension de cotation, le 4 septembre 2020, et une prime de 25,3% sur la moyenne des 3 derniers mois avant cette date. A l’issue de l’offre, l’initiateur demandera la mise en œuvre d’un retrait obligatoire, dans la mesure où les conditions sont d’ores et déjà remplies.

SFC : le ministère de l’Intérieur a agréé le projet d’acquisition de Casigrangi

SFC : le ministère de l’Intérieur a agréé le projet d’acquisition de Casigrangi. Société Française de Casinos avait informé ses actionnaires que le projet d’acquisition de Casigrangi était conditionné à la réalisation de plusieurs conditions suspensives dont l’acquisition d’au moins 50,1% du capital social et des droits de vote de SFC et l’agrément du projet d’acquisition par le ministère de l’Intérieur. SFC et Casigrangi informent que le ministère de l’Intérieur a agréé le 4 novembre 2020 le projet de Casigrangi d’acquérir au minimum 79,37% du capital social et des droits de vote de SFC et que cette condition suspensive est levée.

Par communiqué en date du 4 septembre 2020, la SFC a informé ses actionnaires que Groupe Circus avait été intégralement débouté de ses demandes par le Tribunal de commerce de Paris visant à : i) forcer Frameliris à conclure un acte de cession aux termes duquel le Groupe Circus acquerrait l’intégralité des titres détenus par Frameliris à un prix de 1,50 €, et ii) interdire la cession des titres détenus par Frameliris à toute autre personne qu’au Groupe Circus (et donc, de fait, d’interdire la cession desdits titres à Casigrangi).

Dans le prolongement de ce communiqué, SFC informe ses actionnaires que le Groupe Circus a interjeté appel et a également assigné au fond Frameliris et Casigrangi afin respectivement de faire constater que la vente des actions SFC détenues par Frameliris serait parfaite au profit de Groupe Circus et de rendre opposable cette décision à Casigrangi.

Dans la mesure où Frameliris a confirmé à Casigrangi la libre cessibilité des actions qu’elle détient dans SFC, SFC et Casigrangi considèrent que ces procédures en cours ne font pas obstacle à la poursuite du projet d’acquisition. Quelques conditions suspensives usuelles, d’ordre technique, restent à lever afin de finaliser l’opération d’acquisition.

Le Bélier : l’OPA simplifiée dans les starting-blocks

Le Bélier : l’OPA simplifiée dans les starting-blocks. L’AMF a examiné le projet d’offre publique et l’a déclaré conforme (visa n° 20-528). Wencan Holding France (contrôlée par la famille Tang), qui détient 61,96% du capital de cet équipementier automobile, s’engage à acquérir la totalité des titres non détenus au prix de 38,18 € par action. Ce prix fait ressortir une prime de 29% sur le dernier cours coté avant l’annonce des négociations et une prime de 40,4% sur la moyenne des trois derniers mois avant le 6 décembre 2019. Si les conditions requises sont remplies, l’initiateur a l’intention de demander la mise en œuvre d’un retrait obligatoire.

Sodifrance : l’OPA simplifiée va pouvoir démarrer

Sodifrance : l’OPA simplifiée va pouvoir démarrer. L’AMF a examiné le projet d’offre publique et l’a déclaré conforme (visa n° 20-530). Sopra Steria Group, qui détient désormais 94,03% du capital de cette entreprise française de services du numérique (ESN), s’engage à acquérir les actions non détenues au prix de 18 € par action. Ce prix fait ressortir une décote de 3,2% sur le cours du 20 février 2020, dernière séance avant l’annonce de l’opération, et une prime de 6,7% sur la moyenne des 60 séances avant cette date. L’initiateur a demandé de procéder au retrait obligatoire à l’issue de la clôture de l’OPA simplifiée.

Bruxelles autorise l’acquisition de Play Communications par Iliad

Bruxelles autorise l’acquisition de Play Communications par Iliad. La Commission européenne a approuvé l’acquisition de Play Communications basée au Luxembourg par Iliad basée en France. Play Communications est un opérateur de télécommunications qui fournit principalement des services de détail de téléphonie mobile, de téléphonie fixe et d’accès fixe à internet en Pologne. Iliad est contrôlée par M. Xavier Niel, et est active en tant que fournisseur de services de télécommunications fixes et mobiles, d’internet fixe et de télévision en France et de services de télécommunications mobiles en Italie.

La Commission a conclu que l’opération envisagée ne soulèverait pas de problème de concurrence, étant donné l’absence de chevauchements horizontaux entre les activités des entreprises, car celles-ci sont actives dans des pays différents. La Commission a également constaté que la relation verticale entre les marchés en amont de la fourniture en gros de services de terminaison d’appel sur les réseaux mobiles et fixes, et de services d’itinérance internationale, et les marchés en aval des services de télécommunications mobiles et fixes au détail, résultant de l’opération, ne poserait pas de problème, car les marchés en amont sont soumis à une réglementation ex ante.

Bruxelles autorise l’acquisition de Tiffany par LVMH

Bruxelles autorise l’acquisition de Tiffany par LVMH. La Commission européenne a approuvé l’acquisition du contrôle exclusif de Tiffany basée aux États-Unis par LVMH basée en France. Tiffany et LVMH produisent et vendent des articles de luxe à l’échelle mondiale, mais leurs activités se chevauchent principalement dans le secteur de la joaillerie. La Commission a conclu que la concentration envisagée ne soulèverait pas de problème de concurrence au regard des parts de marché modérées de l’entité combinée, de la présence d’un nombre important de fournisseurs tiers, et de l’entrée récente de plusieurs nouveaux concurrents.

La Commission a également considéré que les liens verticaux entre les activités de LVMH et Tiffany ne seraient pas susceptibles de restreindre la concurrence compte tenu d’une capacité et d’incitations limitées à détériorer les conditions commerciales octroyées aux détaillants concurrents sur les produits Tiffany et les autres produits LVMH. En outre, l’entité combinée n’apparait pas susceptible de s’engager dans des négociations croisées et autre stratégies conglomérales à grande échelle au détriment des consommateurs.

Antalis : l’OPA simplifiée au prix rehaussé est désormais imminente

Antalis : l’OPA simplifiée au prix rehaussé est désormais imminente. L’AMF a examiné le projet d’offre publique et l’a déclaré conforme (visa n° 20510). Kokusai Pulp & Paper (KPP), qui détient désormais 83,75% du capital d’Antalis, s’engage à acquérir les actions non détenues du groupe de distribution de papiers au prix unitaire de 0,90 € au lieu de 0,73 € initialement. Ce prix fait ressortir une prime de 132% sur le dernier cours coté au 30 mars 2020 avant l’annonce de l’opération et une prime de 69,1% sur la moyenne des 2 derniers mois avant cette date.

Devoteam : l’OPA va pouvoir être lancée

Devoteam : l’OPA va pouvoir être lancée. L’AMF a examiné le projet d’offre publique et l’a déclaré conforme (visa n° 20504). La société Castillon, contrôlée par MM. Godefroy et Stanislas de Bentzmann, qui détient de concert 21,03% du capital du groupe de conseil en technologies, s’engage à acquérir les actions non détenues au prix unitaire de 98 €. Ce prix fait ressortir une prime de 24,8% par rapport au dernier cours coté avant l’annonce de l’offre, le 9 juillet 2020, et une prime de 34,8% sur la moyenne des cours des 60 séances avant cette date. L’ouverture de l’offre est toutefois conditionnée à l’obtention de l’autorisation du ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, étant précisé que l’initiateur l’a saisi le 24 juillet 2020.

ECA : l’OPA simplifiée va pouvoir démarrer

ECA : l’OPA simplifiée va pouvoir démarrer. L’AMF a examiné le projet d’offre publique et l’a déclaré conforme (visa n° 20506). ECA s’engage à acquérir un maximum de 875.000 de ses propres actions, soit 9,96% de son capital, au prix unitaire de 28 €. Ce prix fait ressortir une prime de 25% sur le dernier cours coté avant l’annonce et une prime de 18,1% sur la moyenne des cours des 3 derniers mois. Les actions ainsi acquises ont vocation à être annulées. Groupe Gorgé, qui détient 65,21% du capital de cette société spécialisée dans la robotique, a indiqué son intention de ne pas apporter ses titres à l’offre. En revanche, Groupe Gorgé a l’intention de procéder à une fusion absorption de sa filiale ECA sur la base d’une parité indicative de 9 actions Groupe Gorgé pour 5 actions ECA. Ce projet de fusion devrait être soumis, postérieurement à la présente offre, aux assemblées générales des actionnaires des deux sociétés.

Bruxelles autorise sous conditions l’acquisition d’Ingenico par Worldline

Bruxelles autorise sous conditions l’acquisition d’Ingenico par Worldline. L’enquête de la Commission européenne s’est concentrée sur les activités de Wordline et d’Ingenico dans le secteur des services de paiement, dans lequel elles présentent des chevauchements horizontaux et créent des liens verticaux dans un certain nombre de pays de l’Espace économique européen (EEE). L’enquête a révélé des problèmes de concurrence sur les marchés de la prestation de services d’acquisition de paiements en point de vente et de services de fourniture et de gestion de terminaux de point de vente dans trois pays.

Afin d’apaiser les craintes en matière de concurrence soulevées par la Commission, les entreprises ont proposé de céder certaines activités d’acquisition de paiements en point de vente et de fourniture et de gestion de terminaux de point de vente. La Commission a conclu que l’opération envisagée, telle que modifiée par les engagements, ne pose plus de problème de concurrence. La décision est subordonnée au respect intégral des engagements.

Medicrea International : l’OPA va pouvoir démarrer

Medicrea International : l’OPA va pouvoir démarrer. L’AMF a examiné le projet d’offre publique et l’a déclaré conforme (visa n° 20-483). Covidien Group (Medtronic), qui ne détient aucune action Medicrea, s’engage à acquérir tous les titres au prix de 7 € par action. Ce prix représente une prime de 21,5% par rapport au cours de clôture, le 13 juillet 2020, et une prime de 55,9% par rapport à la moyenne pondérée des cours lors des trois mois précédant cette date. A noter que des engagements d’apport ont été conclus portant au total sur 47,34% du capital. La réalisation de l’offre sera soumise, outre le seuil de caducité, à un seuil de renonciation fixé à 66,67% du capital.

IntegraGen : l’OPA va pouvoir démarrer

IntegraGen : l’OPA va pouvoir démarrer. L’AMF a examiné le projet d’offre publique visant les actions de la société IntegraGen et l’a déclaré conforme (visa n°20-455). OncoDNA, qui détient 29,99% du capital, s’engage à acquérir la totalité des titres non détenus au prix de 2,20 € par action. Ce prix fait ressortir une prime de 36,2% sur le dernier cours coté avant l’annonce, le 8 juillet 2020, et de 7,4% par rapport à la moyenne pondérée des 60 dernières séances avant cette date.

Cette opération de rapprochement « associerait l’expertise d’OncoDNA en termes de médecine de précision en oncologie au savoir-faire d’IntegraGen dans les services de séquençage ADN et analyses bio-informatiques, explique OncoDNA. La combinaison des deux sociétés permettra d’offrir une solution complète alliant des tests de laboratoire avancés et des solutions logiciels dans le domaine de l’oncologie, qui bénéficieront aux traitements des patients atteints d’un cancer avancé ».

Alliance scellée entre les holdings des familles Arnault et Lagardère

Alliance scellée entre les holdings des familles Arnault et Lagardère. « Le conseil d’administration de Financière Agache (filiale de Groupe Arnault) s’est réuni pour approuver l’investissement au sein de Lagardère Capital & Management annoncé le 25 mai 2020 », est-il précisé dans un communiqué. A l’issue de cette opération, qui doit être réalisée « début septembre » après la levée des dernières conditions suspensives, Financière Agache détiendra une participation représentant environ 27% du capital de Lagardère Capital & Management (LCM).

Bruxelles autorise la cession d’Agta Record à Assa Abloy

Bruxelles autorise la cession d’Agta Record à Assa Abloy. Les actionnaires majoritaires d’Agta Record et Assa Abloy, actionnaire à hauteur de 39% d’Agta Record AG, ont été autorisés par la Commission européenne à finaliser la transaction annoncée le 6 mars 2019. Le prix d’acquisition pour le bloc de 54% détenu par Agta Finance s’élève à environ 506 millions d’euros, soit un prix ajusté par transparence de 70,54 € par action Agta Record. La transaction devrait être réalisée en août 2020.

Comme précédemment annoncé, les deux sociétés ont conclu avec le groupe italien FAAC des accords de cession de certaines activités d’Agta Record et d’Assa Abloy, conformément aux engagements pris afin de répondre aux exigences de la Commission européenne en matière de concurrence dans le cadre de cette transaction.

A la suite de cette acquisition, Assa Abloy détiendra environ 93% du capital et des droits de vote de cet acteur du marché des portes automatiques. Immédiatement après la réalisation de l’acquisition, Assa Abloy déposera un projet d’OPA simplifiée visant les actions cotées sur Euronext Paris non encore détenues à un prix ajusté de 70,54 €, sous réserve de la décision de conformité préalable de l’AMF.

Immédiatement après la finalisation de la cession, Agta Record déposera une demande de radiation de ses actions d’Euronext Paris. Sous réserve de l’acceptation de sa demande par Euronext Paris, la radiation interviendra rapidement à l’issue de la clôture de l’offre.

Bruxelles autorise, sous conditions, l’acquisition de Bombardier Transportation par Alstom

Bruxelles autorise, sous conditions, l’acquisition de Bombardier Transportation par Alstom. Il est ressorti de l’enquête de la Commission européenne que l’opération, telle qu’initialement notifiée, aurait posé de graves problèmes de concurrence dans les secteurs suivants : le matériel roulant à très grande vitesse, le matériel roulant pour grandes lignes et la signalisation grandes lignes. L’enquête a confirmé que l’opération envisagée ne posait pas de problème de concurrence sur les autres marchés, en particulier ceux de la signalisation urbaine et grande ligne, sur lesquels Bombardier occupe une position très limitée dans l’EEE.

Alstom a proposé une série d’engagements pour répondre aux préoccupations de Bruxelles, notamment la cession des actifs de Bombardier affectés au « Zefiro », plateforme de trains à très grande vitesse développée avec Hitachi, la cession de la plateforme de trains grandes lignes Coradia Polyvalent d’Alstom, la cession de l’usine d’Alstom à Reichshoffen, en France, etc. Alstom s’engage également à fournir, au profit des concurrents du secteur de la signalisation, de dispositifs embarqués hérités, ainsi que des informations et du soutien nécessaires pour garantir la compatibilité.

Les engagements définitifs répondent ainsi aux problèmes de concurrence concernant l’acquisition de Bombardier par Alstom et ont été sensiblement améliorés grâce aux contributions des acteurs du marché.  La Commission a donc conclu que l’opération, telle que modifiée par les engagements, ne poserait aucun problème de concurrence. La décision de Bruxelles est subordonnée au respect intégral des engagements contractés.

Mediawan : l’OPA est désormais imminente

Mediawan : l’OPA est désormais imminente. Dans sa séance du 28 juillet 2020, l’AMF a examiné le projet d’offre publique déposé par BidCo Breteuil, contrôlée in fine par M. Pierre-Antoine Capton, et l’a déclaré conforme (visa n° 20-372). BidCo Breteuil, qui détient de concert avec un groupe d’actionnaires 27,31% du capital, notamment MM. Niel et Pigasse, s’engage à acquérir les actions et les bons de souscriptions d’actions rachetables au prix de 12 € par action et de 0,65 € par BSAR. Le prix d’offre pour l’action Mediawan fait ressortir une prime de 42,3% sur le dernier cours avant l’annonce et une prime de 58,1% sur la moyenne des 3 derniers mois. Le prix d’offre pour le BSAR fait ressortir des primes respectives de 180,2% et de 311,9%. Si les conditions requises sont remplies, la mise en œuvre d’un retrait obligatoire sera demandée.

Ingenico : l’offre publique va pouvoir démarrer

Ingenico : l’offre publique va pouvoir démarrer. Dans sa séance du 28 juillet 2020, l’Autorité des marchés financiers (AMF) a examiné le projet d’offre déposé par Worldline et l’a déclaré conforme (visa n° 20-370).

Le projet d’offre publique visant les actions Ingenico se décompose en une offre mixte à titre principal, assortie, à titre subsidiaire, d’une offre publique d’échange et d’une offre publique d’achat, dont les termes sont les suivants :

–  offre mixte principale : remise pour 7 actions Ingenico présentées de 11 actions Worldline à émettre et 160,50 € en numéraire ;

–  offre publique d’échange à titre subsidiaire : remise pour 29 actions Ingenico présentées de 56 actions Worldline à émettre ;

–  offre publique d’achat à titre subsidiaire : 123,10 € par action Ingenico.

Les offres subsidiaires sont plafonnées de sorte à respecter la proportion globale de 81% en actions Worldline et 19% en numéraire. Les actionnaires pourront apporter leurs actions Ingenico soit à l’offre principale, soit à l’une et/ou à l’autre des offres subsidiaires, soit à l’offre principale et à l’une et/ou à l’autre des offres subsidiaires. Dans l’hypothèse où le nombre d’actions apportées à l’OPA subsidiaire rapporté au nombre d’actions apportées à l’OPE subsidiaire ne serait pas égal à 0,229 (soit 19% divisé par 81%), un mécanisme de réduction sera mis en place.

Le projet d’offre publique visant les Océanes Ingenico se décompose en une offre alternative, dont les termes sont les suivants :

–  offre mixte : remise pour 7 Océanes Ingenico présentées de 4 actions Worldline à émettre et 998 € en numéraire ;

–  offre publique d’achat : 179 € par Océane Ingenico.

Les actions Worldline qui seront remises en échange des titres Ingenico apportés à l’offre seront des actions ordinaires émises par décision du conseil d’administration de Worldline. Elles feront l’objet d’une demande d’admission sur Euronext Paris.

Si les conditions requises sont remplies, Worldline a l’intention de demander la mise en œuvre d’un retrait obligatoire visant les titres Ingenico non présentés à l’offre moyennant une indemnisation de 123,10 € par action et 179 € par Océane.

Evergreen (ex-Digigram) : l’OPA simplifiée va pouvoir démarrer

Evergreen (ex-Digigram) : l’OPA simplifiée va pouvoir démarrer. Dans sa séance du 21 juillet 2020, l’AMF a examiné le projet d’offre publique et l’a déclaré conforme (visa n° 20-367). Evergreen SAS, qui détient désormais 54,43% du capital d’Evergreen, s’engage à acquérir les actions non détenues au prix de 1,03 € par action. Ce prix fait ressortir une prime de 68,9% sur le cours du 13 décembre 2019, dernière séance avant la suspension de cotation, et une prime de 54,5% sur la moyenne pondérée des 60 séances avant cette date. Evergreen n’a pas l’intention de demander la mise en œuvre d’un retrait obligatoire. Elle a l’intention de procéder à un rapprochement par voie de fusion-absorption d’Evergreen par Digigram, avec pour objectif la cotation de l’entité ainsi fusionnée afin d’accélérer le plan de développement d’Evergreen. Cette opération sera soumise à l’approbation des actionnaires de Digigram et à l’examen de l’AMF.

Technicolor : l’assemblée générale approuve le plan de restructuration financière

Technicolor : l’assemblée générale approuve le plan de restructuration financière. Le spécialiste des technologies de l’image annonce, sur la base des informations reçues, que la totalité des résolutions nécessaires à la mise en œuvre du plan de restructuration financière a été approuvée, à une très large majorité, dans le cadre de l’assemblée générale des actionnaires. Par ailleurs, comme prévu, les accords relatifs à la première tranche du nouveau financement ont été conclus le 17 juillet, et cette première tranche sera mise à disposition ce jour, pour un montant d’environ 240 millions d’euros (nets de frais et commissions). La prochaine étape de la restructuration financière du Groupe est l’arrêté du projet de plan de sauvegarde financière accélérée par le Tribunal de commerce de Paris. A cet effet, une audience se tiendra le 21 juillet afin d’examiner le projet de plan, en vue d’un arrêté le 28 juillet 2020.

Bruxelles autorise l’acquisition d’Osram par AMS

Bruxelles autorise l’acquisition d’Osram par AMS. La Commission européenne a approuvé sans condition le projet d’acquisition d’Osram par AMS. Les deux sociétés sont des fournisseurs mondiaux de capteurs optiques, y compris certains capteurs de lumière et diodes laser pour les marchés de l’électronique grand public, automobile, industrielle, médicale et autres. La transaction combinerait les solutions et technologies optiques des semi-conducteurs des sociétés. Sur la base de son enquête préliminaire, la Commission a constaté que l’opération, telle que notifiée, ne réduirait pas de manière significative la concurrence directe entre les sociétés sur les marchés des semi-conducteurs optiques.

La Commission a également constaté que les relations verticales entre les activités d’AMS et d’Osram n’avaient pas nui à la concurrence, principalement parce que l’entité issue de la concentration n’aurait pas eu un pouvoir de marché suffisant pour restreindre l’accès des concurrents aux intrants essentiels ou à un client suffisant. La Commission a également examiné si l’entité issue de la concentration pouvait exclure des concurrents, par des pratiques telles que le regroupement de certains produits. La Commission a conclu que l’entité issue de la concentration ne disposerait pas d’un pouvoir de marché suffisant pour s’engager dans de telles stratégies et nuire à la concurrence. La Commission a donc conclu que l’opération ne poserait aucun problème de concurrence dans l’EEE et a réglé l’affaire sans condition.

Peugeot SA : le projet de rapprochement avec FCA a été approuvé

Peugeot SA : le projet de rapprochement avec FCA a été approuvé. Lors de l’assemblée générale mixte, qui s’est réunie jeudi 25 juin 2020, les actionnaires ont adopté l’ensemble des résolutions proposées, notamment celles liées au projet de rapprochement avec Fiat Chrysler Automobiles. L’assemblée générale a aussi ratifié la cooptation de Zhang Zutong en qualité de membre du conseil de surveillance du constructeur automobile et le renouvellement du mandat de Catherine Bradley.

Bruxelles autorise l’acquisition d’une partie de Thyssenkrupp Elevato

Bruxelles autorise l’acquisition d’une partie de Thyssenkrupp Elevator. La Commission européenne a approuvé, en vertu du règlement de l’UE sur les concentrations, l’acquisition de Thyssenkrupp Elevator AG par Advent aux États-Unis et Cinven au Royaume-Uni. La Commission a conclu que l’acquisition envisagée ne poserait aucun problème de concurrence étant donné qu’Advent n’aurait pas la capacité ni l’incitation à restreindre l’accès des concurrents aux intrants essentiels et/ou à une clientèle suffisante sur le marché pour les services de réparation et d’entretien d’escaliers mécaniques.

Explosifs et Produits Chimiques (EPC) : nouvelle étape dans le projet de changement de contrôle

Explosifs et Produits Chimiques (EPC) : nouvelle étape dans le projet de changement de contrôle. Cet expert de la démolition urbaine ou industrielle annonce qu’elle a obtenu du Commissariat aux Assurances du Luxembourg la décision de non-objection attendue. Cette décision marque la levée d’une autre condition suspensive à l’acquisition de la totalité du capital d’EJ Barbier (holding de contrôle détenant 67,46% du capital d’EPC) par 4 Décembre SAS (société de reprise contrôlée par quatre fonds gérés par Argos).

Business & Decision : l’OPR est imminente

Business & Decision : l’OPR est imminente. Dans sa séance du 26 mai 2020, l’AMF a examiné le projet d’offre publique et l’a déclaré conforme (visa n° 20-211). Orange Business Services (ex-Network Related Services, contrôlée par Orange), qui détient 93,62% du capital de cet expert de la data, s’engage à acquérir les actions non détenues au prix unitaire de 7,93 €. Ce prix fait ressortir une prime de 3,7% sur le cours au 11 février 2020, dernière séance avant l’annonce de l’opération, et une prime de 30% sur la moyenne des 60 séances avant cette date. Orange a d’ores et déjà indiqué qu’il sollicitera, à l’issue de l’OPR, la mise en œuvre d’un retrait obligatoire.

April : l’OPR dans les starting-block

April : l’OPR dans les starting-blocks. Dans sa séance du 26 mai 2020, l’AMF a examiné le projet d’offre publique et l’a déclaré conforme (visa n° 20-215). Andromeda Investissements (CVC Capital Partners), qui détient désormais 99,02% du capital de ce courtier en assurances, s’engage à acquérir les actions non détenues au prix unitaire de 22 €. Ce prix fait ressortir une prime de 28,2% par rapport au cours du 28 décembre 2018, dernière séance avant l’annonce de l’entrée en négociations exclusives, et une prime de 38,7% sur la moyenne des 3 derniers mois avant cette date. Andromeda Investissements a demandé à l’AMF de procéder au retrait obligatoire dès la clôture de l’OPR.

Blue Solutions : l’OPA simplifiée va pouvoir démarrer

Blue Solutions : l’OPA simplifiée va pouvoir démarrer. Dans sa séance du 26 mai 2020, l’AMF a examiné le projet d’offre publique et l’a déclaré conforme (visa n° 20-213). Le groupe Bolloré, qui détient 95,53% du capital de ce spécialiste des batteries au lithium, s’engage à acquérir les actions non détenues au prix unitaire de 17 €. Ce prix fait ressortir une prime de 0,9% sur le dernier cours avant l’annonce de l’offre, le 12 mars 2020, et une prime de 0,8% sur la moyenne des 3 derniers mois avant cette date. A l’issue de l’OPA, la mise en œuvre d’un retrait obligatoire sera demandée.

EuropaCorp annonce l’approbation unanime du projet de plan de sauvegarde

EuropaCorp annonce l’approbation unanime du projet de plan de sauvegarde par les comités de créanciers, ainsi que le soutien de Front Line et de Luc Besson au projet de restructuration. Les résolutions nécessaires à la mise en œuvre du plan de sauvegarde seront soumises au vote des actionnaires réunis en assemblée générale, laquelle sera convoquée dans les prochaines semaines.

Le projet de plan de sauvegarde prévoit notamment la conversion en capital de l’intégralité des créances de fonds gérés ou conseillés au plus haut niveau par Vine et Falcon sur EuropaCorp. Ils détiendraient en conséquence respectivement 60,15% et 6,29% du capital d’EuropaCorp, les actionnaires actuels conservant 33,56% du capital. Vine et M. Luc Besson (incluant sa holding Font Line) concluraient également un pacte d’actionnaires constitutif d’une action de concert prenant effet à compter de la réalisation de la capitalisation des créances.

A cet égard, à la suite des votes positifs des comités de créanciers sur le projet de plan de sauvegarde, Front Line et M. Luc Besson voteront en faveur de l’ensemble des résolutions soumises au vote de l’assemblée générale des actionnaires, nécessaires à la mise en œuvre du plan. Front Line et M. Luc Besson, détiennent à ce jour environ 31,58% du capital et 31,63% des droits de vote.

La mise en œuvre du projet de plan de sauvegarde reste également soumise à la réalisation de certaines conditions suspensives, à savoir notamment l’obtention d’une décision de l’AMF, purgée de tout recours, confirmant l’absence d’obligation de déposer une offre publique du fait des opérations envisagées (notamment les opérations de capitalisation des créances et la déclaration de concert). La société a obtenu, dans le cadre de la procédure de sauvegarde auprès du Tribunal de commerce de Bobigny, l’extension de sa période d’observation jusqu’au 13 mai 2020.

Assa Abloy peut acquérir Agta Record sous conditions

Assa Abloy peut acquérir Agta Record sous conditions. Assa Abloy a reçu, en phase 1, un accord sous conditions de la Commission Européenne pour acquérir indirectement la participation de 54% dans Agta Record, détenue par les actionnaires de la société Agta Finance. Le closing est attendu au deuxième semestre 2020 si les exigences et conditions fixées par Bruxelles sont remplies.

Pendant la procédure d’approbation, Assa Abloy a pris un certain nombre d’engagements en vue de solutionner les problèmes de concurrence soulevés par la Commission Européenne, y compris de vendre certaines activités d’Agta Record et d’Assa Abloy à des tiers. Il s’agit des opérations d’Agta Record aux Pays-Bas, en Autriche, en Hongrie et en Slovénie et des activités portes automatiques d’Assa Abloy en France et au Royaume-Uni. Parallèlement, l’activité de portes souples rapides d’Agta Record, en France, sera cédée.

Il est important que toutes ces activités soient reprises par un acquéreur expérimenté et motivé qui les accueillera dans un nouveau cadre et leur donnera les moyens de se développer. La totalité des désinvestissements concernés représente plus de 20% du chiffre d’affaires d’Agta Record. Malgré tout, l’essentiel des synergies entre Assa Abloy et Agta Record sera réalisé, est-il précisé.

Après l’acquisition, Assa Abloy détiendra approximativement 93% des actions et des droits de vote d’Agta Record et lancera rapidement une OPA pour le reste du capital au prix de 70 € par action, sous réserve de l’opinion de l’expert indépendant qui sera nommé par Agta Record dans le cadre de ladite offre et de l’approbation de l’AMF.

Bruxelles autorise l’acquisition du contrôle conjoint d’un portefeuille d’hôtels

Bruxelles autorise l’acquisition du contrôle conjoint d’un portefeuille d’hôtels par AccorInvest et Accor. La Commission européenne a approuvé, en vertu du règlement européen sur les concentrations, l’acquisition du contrôle conjoint d’un portefeuille de 73 hôtels situés en Hongrie, Lituanie, Pologne, Roumanie, Slovaquie et République Tchèque par AccorInvest, société basée au Luxembourg, et le groupe Accor, basé en France. Le portefeuille de 73 hôtels appartient actuellement à la société d’investissement polonaise Orbis, une filiale d’Accor et comprend des hôtels de luxe, haut de gamme ainsi que de classe économique.

AccorInvest est une société d’investissement qui détient et gère des hôtels et des entreprises hôtelières en Europe et dans le monde entier. Accor intervient dans le secteur de l’hôtellerie en Europe, Asie, Afrique, au Moyen-Orient et en Amérique. La Commission a conclu que l’acquisition envisagée ne soulèverait pas de problème de concurrence compte tenu de son impact très limité sur la structure du marché.

Brasseries du Cameroun : l’OPA simplifiée va pouvoir démarrer.

Brasseries du Cameroun : l’OPA simplifiée va pouvoir démarrer. L’AMF a examiné le projet d’offre publique et l’a déclaré conforme (visa n° 20-045). La Société des Brasseries & Glacières Internationales (Groupe Castel), qui détient de concert avec la SNI 83,67% du capital, s’engage à acquérir les actions non détenues au prix unitaire de 128,50 €. Ce prix fait ressortir une prime de 42,8% sur le dernier cours avant l’annonce (90 €), le 15 janvier 2020, et une prime de 49% sur la moyenne des 60 séances avant cette date (86,20 €). Ce prix valorise cette société fondée en 1948, leader au Cameroun sur les marchés de la bière et des boissons gazeuses non alcoolisées, 737 millions d’euros. A noter que la société Heineken s’est engagée à apporter à l’offre la totalité de sa participation, représentant 8,75% du capital de la SABC. A l’issue de cette OPA, les actions seront radiées d’Euronext Paris.

Oeneo : l’OPA simplifiée va pouvoir être lancée

Oeneo : l’OPA simplifiée va pouvoir être lancée. L’AMF a examiné le projet d’offre publique et l’a déclaré conforme (visa n° 20-027). Caspar (holding de la famille Hériard Dubreuil, laquelle contrôle Rémy Cointreau), qui détient 63,15% du capital de cette société spécialisée dans la fabrication de tonneaux et de bouchons, s’engage à acquérir la totalité des actions non détenues au prix unitaire de 13,50 €. Ce prix fait ressortir une prime de 11,6% sur le dernier cours coté sur le compartiment B d’Euronext Paris avant l’annonce et une prime de 26,2% sur la moyenne pondérée des 3 derniers mois précédents. Si les conditions requises sont remplies, l’initiateur a l’intention de demander la mise en œuvre d’un retrait obligatoire.

Weborama : l’OPA simplifiée au prix rehaussé va pouvoir démarrer

Weborama : l’OPA simplifiée au prix rehaussé va pouvoir démarrer. L’AMF a examiné le projet d’offre publique et l’a déclaré conforme (visa n° 20-029). Startup Avenue, qui détient désormais 80,66% du capital de cette société spécialisée dans la collecte de données marketing et la diffusion de campagnes publicitaires en ligne, s’engage à acquérir la totalité des actions non détenues au prix unitaire de 5,60 €, contre 5,40 € initialement, soit une majoration de 3,7%. Ce prix fait ressortir une prime de 101,4% sur le dernier cours échangé sur Euronext Growth avant l’annonce de l’opération et une prime de 65,7% sur la moyenne des 60 séances avant le 15 novembre 2019. Si les conditions sont remplies, Startup Avenue a l’intention de mettre en œuvre un retrait obligatoire.

Les actionnaires de Tiffany & Co. approuvent l’acquisition par LVMH

Les actionnaires de Tiffany & Co. approuvent l’acquisition par LVMH. Lors d’une assemblée extraordinaire, qui s’est tenue ce 4 février 2020, les actionnaires de Tiffany ont voté à une très large majorité en faveur de l’accord précédemment annoncé, le 25 novembre 2019, relatif au projet d’acquisition de Tiffany par LVMH. L’accord porte sur l’acquisition des actions Tiffany à un prix unitaire de 135 $ payable en numéraire. L’opération valorise la maison internationale de haute joaillerie Tiffany à environ 14,7 milliards d’euros, soit 16,2 milliards de dollars. La finalisation de l’opération est toujours prévue pour le milieu de l’année 2020, sous réserve de l’obtention des autorisations réglementaires et des autres conditions usuelles.

Akka Technologies : feu vert pour l’OPA sur Data Respons

Akka Technologies : feu vert pour l’OPA sur Data Respons. Suite à l’annonce du projet d’acquisition de Data Respons du 19 décembre 2019 au prix de 48 couronnes norvégiennes par action, Akka Technologies, spécialisée dans le conseil en ingénierie digitale et les services R&D, a reçu l’autorisation par l’Autorité de la concurrence allemande, le 30 janvier 2020. Désormais, la seule condition à la réalisation de l’offre est l’obtention de 90% du capital social de Data Respons. Sous réserve que ce niveau soit atteint ou non et sous réserve d’aucune autre condition suspensive, l’offre devrait donc être finalisée d’ici la fin de la période d’offre, prévue le 10 février 2020, sous réserve d’une prolongation à la discrétion de l’acquéreur, qui ne pourra pas aller au-delà du 23 mars 2020.

Continental Building Products : Saint-Gobain a obtenu l’accord des actionnaires

Continental Building Products : Saint-Gobain a obtenu l’accord des actionnaires en vue de son acquisition et l’autorisation des autorités de la concurrence américaines. La clôture de la transaction est prévue le 3 février 2020. Au terme de cette opération, Saint-Gobain procèdera à l’acquisition de l’intégralité des actions de Continental Building Products pour un montant de 37 $ par action, dans le cadre d’une opération en numéraire représentant une valeur d’entreprise totale d’environ 1,4 milliard de dollars (1,3 milliard d’euros). Soit une prime de 34,4% par rapport au cours moyen pondéré sur le NYSE des 60 derniers jours au 11 novembre 2019.

Continental Building Products, acteur de référence du secteur de la plaque de plâtre en Amérique du Nord, emploie 645 collaborateurs et devrait réaliser en 2019 un chiffre d’affaires estimé à 510 millions de dollars et un Ebitda ajusté estimé à 130 millions de dollars selon le consensus des analystes financiers.

Feu vert au rachat du Groupe Nice Matin par la société NJJ, contrôlée par Xavier Niel

Feu vert au rachat du Groupe Nice Matin par la société NJJ, contrôlée par Xavier Niel. L’Autorité de la concurrence a procédé à l’examen de la prise de contrôle exclusif du groupe Nice-Matin (GNM), qui édite les titres Nice-Matin, Var-Matin et Monaco-Matin, par la société holding NJJ (Le Monde, L’Obs), contrôlée par Xavier Niel.

NJJ est active notamment dans le secteur de la presse. À ce titre, elle détient, par le biais de ses filiales, des participations contrôlantes au sein des sociétés qui éditent les titres de presse Le Monde et L’Obs ainsi que les sites internet qui y sont rattachés. GNM, de son côté, édite quant à elle les titres de presse quotidienne régionale Nice-Matin, Var-Matin et Monaco-Matin, ainsi que leurs sites internet. NJJ qui ne détenait, depuis 2019, qu’une participation non-contrôlante, détiendra à l’issue de l’opération le contrôle exclusif de GNM.

Compte tenu des différences de nature qui existent entre les différents titres édités par GNM (titres de presse quotidienne régionale) et NJJ (titres de presse quotidienne nationale et magazines), l’opération ne donne lieu à aucun chevauchement d’activité dans le secteur de la presse écrite, estime l’Autorité. En revanche, l’opération donne lieu à des chevauchements d’activités très limités sur les marchés de l’exploitation de sites éditoriaux en ligne et de la vente d’espaces publicitaires en ligne.

L’analyse concurrentielle de l’opération a conduit à s’intéresser au risque de « vente liée » entre les différents titres de presse quotidienne nationale, de presse magazine et de presse quotidienne régionale édités par les parties, ainsi qu’entre les espaces publicitaires et les petites annonces présentes dans ces titres.

Constatant l’existence de différences très marquées entre les lectorats de ces différents journaux et la faible diffusion payante des titres édités par NJJ dans les départements du Var et des Alpes-Maritimes, l’Autorité a écarté tout risque de couplage au détriment des lecteurs entre ces différentes activités de NJJ,  à l’issue de l’opération. Pour les mêmes raisons, l’Autorité a écarté un tel risque s’agissant des petites annonces.

Après avoir relevé les différences existants entre les annonceurs des titres de presse régionaux édités par GNM et des titres nationaux édités par NJJ, l’Autorité a également écarté le risque de vente liée des espaces publicitaires présents sur les différents titres édités par la nouvelle entité. L’Autorité de la concurrence a donc autorisé l’opération sans engagements.

Bruxelles autorise sous conditions l’acquisition d’Allergan par AbbVie

Bruxelles autorise sous conditions l’acquisition d’Allergan par AbbVie. L’autorisation de la Commission européenne est subordonnée à la cession d’un produit en cours de développement par Allergan – un inhibiteur de l’IL-23, baptisé brazikumab –, pour le traitement des maladies inflammatoires de l’intestin. Ces maladies « sont des affections chroniques qui ont des effets dévastateurs sur la vie de millions de personnes, a déclaré Mme Margrethe Vestager, vice-présidente exécutive de la Commission. Notre décision fait en sorte que l’opération de concentration entre AbbVie et Allergan ne perturbe pas le développement d’un traitement innovant prometteur contre les maladies de ce type. Cela permettra d’élargir le choix de traitements et d’offrir de meilleurs prix aux patients ».

Pour rappel, AbbVie, groupe pharmaceutique américain, spécialisé dans la recherche et le développement de médicaments thérapeutiques, a annoncé fin juin 2019 l’acquisition du laboratoire californien Allergan, dont le produit phare est le Botox. Selon les termes de cette transaction amicale, les actionnaires d’Allergan recevront 0,866 action AbbVie et 120,30 $ en espèces pour chaque action Allergan apportée, soit une contrepartie totale de 188,24 $ par action, ce qui fait ressortir une prime de 45% par rapport au cours du 24 juin 2019. Selon AbbVie, l’acquisition générera des synergies annuelles avant impôts et d’autres réductions de coûts d’au moins 2 milliards de dollars la troisième année. A l’issue de la transaction, les actionnaires d’AbbVie détiendront 83% du nouvel ensemble et ceux d’Allergan 17%.

Traqueur : l’OPA simplifiée va pouvoir démarrer

Traqueur : l’OPA simplifiée va pouvoir démarrer. L’AMF a examiné le projet d’offre publique et l’a déclaré conforme (visa n° 20-002). Coyote System, qui détient désormais 90,51% du capital de cette société spécialisée dans les produits de localisation de véhicules volés, s’engage à acquérir les actions non détenues au prix unitaire de 1,70 €. Ce prix fait ressortir une prime de 38,2% sur le dernier cours coté avant l’annonce de l’augmentation de capital suivie du projet d’offre (soit 1,23 €, le 2 octobre 2019) et une prime de 33,9% sur la moyenne des cours sur les 60 dernières séances avant cette date. Les conditions de détention étant d’ores et déjà réunies, la mise en œuvre d’un retrait obligatoire sera demandée.

Afone Participations : l’OPR est imminente

Afone Participations : l’OPR est imminente. Dans sa séance du 17 décembre 2019, l’AMF a examiné le projet d’offre publique et l’a déclaré conforme (visa n°19-572). Le concert d’actionnaires, formé par FL Finance et Awys, qui détient 85,85% du capital (hors actions autodétenues) et 92,29% des droits de vote de cet opérateur de télécommunications et de paiements électroniques, s’engage à acquérir les actions non détenues au prix unitaire de 13 €. Ce prix fait ressortir une décote de 3,7% sur le cours de clôture du 27 septembre 2019, dernière séance avant l’annonce de l’OPR, et une prime de 1,3% sur la moyenne des 3 mois précédant cette date. Il fait néanmoins ressortir une prime de 41,3% sur le prix de l’offre publique de rachat d’actions (9,20 €), qui s’est déroulée du 12 juillet au 3 août 2018 et avait porté sur 15,6% du capital. A l’issue de l’OPR, les co-initiateurs solliciteront la mise en œuvre d’un retrait obligatoire.

ITS Group : l’OPA simplifiée va pouvoir démarrer

ITS Group : l’OPA simplifiée va pouvoir démarrer. Dans sa séance du 17 décembre 2019, l’AMF a examiné le projet d’offre publique et l’a déclaré conforme (visa n°19-573). ITS Participations, holding de reprise contrôlée majoritairement par M. Jean-Michel Bénard (PDG d’ITS Group), qui détient désormais 51,56% du capital de cette entreprise de services du numérique (ESN), s’engage à acquérir les actions non détenues au prix unitaire de 6,62 €. Ce prix représente une prime de 50,8% sur le cours de clôture au 16 octobre 2019 et une prime de 48,4% sur la moyenne pondérée des cours sur les 3 mois précédents. Si les conditions requises sont remplies, l’initiateur a l’intention de mettre en œuvre un retrait obligatoire.

Futuren : l’OPR d’EDF Energies Renouvelables est imminente

Futuren : l’OPR d’EDF Energies Renouvelables est imminente. Dans sa séance du 3 décembre 2019, l’AMF a examiné le projet d’offre publique de retrait visant les actions de ce producteur d’électricité d’origine éolienne et l’a déclaré conforme (visa n° 19-558). EDF Renouvelables et EDF Energies Nouvelles Belgium, qui détiennent de concert 90,50% du capital, s’engagent à acquérir les actions non détenues au prix unitaire de 1,15 €. Ce prix, identique à celui de l’OPA simplifiée du 6 au 19 juillet 2017, fait ressortir une prime de 2,7% sur le cours du 30 septembre 2019, dernière séance avant l’annonce de l’offre, et une prime de 1,8% sur la moyenne des 3 derniers mois avant cette date. A l’issue de l’offre, la mise en œuvre d’un retrait obligatoire sera demandée.

Iliad : l’OPRA va pouvoir démarrer

Iliad : l’OPRA va pouvoir démarrer. Dans sa séance du 3 décembre 2019, l’AMF a examiné le projet d’offre publique de rachat de ses propres actions de la maison mère de Free et l’a déclaré conforme (visa n° 19-557). Iliad s’engage à acquérir en vue de les annuler un maximum de 11.666.666 actions, soit 19,73% du capital, au prix unitaire de 120 €. Ce prix fait ressortir une prime de 26,2% par rapport au cours du 11 novembre 2019 et une prime de 37,7% par rapport au cours moyen des 3 mois précédant cette date. Xavier Niel, qui détient 52,07% du capital d’Iliad, n’apportera pas ses actions à l’OPRA. Dans l’hypothèse où le nombre d’actions apportées serait supérieur à l’offre, il sera procédé à une réduction des demandes proportionnelle. L’OPRA est toutefois soumise à la condition de l’approbation par l’assemblée générale extraordinaire des actionnaires d’Iliad, prévue le 20 décembre 2019.

EssilorLuxottica : approbation du transfert des obligations de Luxottica

EssilorLuxottica : approbation du transfert des obligations de Luxottica. L’assemblée générale des porteurs d’obligations a approuvé, aujourd’hui, le transfert des obligations émises par Luxottica en 2014, à échéance du 10 février 2024, au taux de 2,625%, pour un montant total de 500 millions d’euros, à EssilorLuxottica, la mainlevée des obligations des garants au titre des obligations et certaines autres modifications des termes et conditions des obligations, telles qu’intégralement présentées au sein d’un « Consent Solicitation Memorandum », en date du 24 octobre 2019. Luxottica et EssilorLuxottica attirent l’attention des porteurs d’obligations sur le fait que, comme indiqué au sein du Consent Solicitation Memorandum, le transfert sera effectif à compter de l’Implementation Date.

Les Nouveaux Constructeurs : l’assemblée approuve l’apport partiel d’actifs

Les Nouveaux Constructeurs : l’assemblée approuve l’apport partiel d’actifs. L’assemblée générale extraordinaire des actionnaires réunie le 21 novembre 2019 a adopté l’ensemble des résolutions proposées. L’assemblée générale a ainsi approuvé le traité d’apport partiel d’actifs à la société Les Nouveaux Constructeurs Investissement de son activité de prestation de services de promotion immobilière et de son activité accessoire de services support aux filiales du groupe. L’apport et les modifications statutaires en résultant prendront effet au 1er janvier 2020.

Oceasoft : l’OPA simplifiée va pouvoir démarrer

Oceasoft : l’OPA simplifiée va pouvoir démarrer. Dans sa séance du 19 novembre 2019, l’Autorité des marchés financiers a examiné le projet d’offre publique et l’a déclaré conforme (visa n° 19-529). Dickson Acquisition France (contrôlée par la société d’investissement américaine May River Capital), qui détient désormais 62,08% du capital de ce concepteur de capteurs pour l’industrie, s’engage à acquérir les actions non détenues au prix de 2,85 € par action. Ce prix fait ressortir une prime de 100,7% sur le cours du 23 septembre 2019, dernière séance avant l’annonce de l’offre, et une prime de 144% sur la moyenne des cours des 3 derniers mois précédant cette date. Si les conditions sont réunies, Dickson Acquisition France a l’intention de demander la mise en œuvre d’un retrait obligatoire.

SIPH : l’OPR dans les starting blocks

SIPH : l’OPR dans les starting blocks. Dans sa séance du 19 novembre 2019, l’Autorité des marchés financiers a examiné le projet d’offre publique et l’a déclaré conforme (visa n° 19-535). La Compagnie Financière Michelin (CFM), qui détient désormais de concert avec la SIFCA 93,32% du capital de ce leader de la production de caoutchouc naturel en Afrique, s’engage à acquérir la totalité des actions non détenues au prix unitaire de 85 €. Ce prix fait apparaître une prime de 4,9% sur le cours du 14 octobre 2019 et une prime de 6,1% sur la moyenne pondérée des 60 séances précédant cette date. En application de l’article 237-1 du règlement général, l’initiateur sollicitera à l’issue de l’offre, la mise en œuvre d’un retrait obligatoire.

Groupe Flo : l’OPA simplifiée est imminente

Groupe Flo : l’OPA simplifiée est imminente. Dans sa séance du 19 novembre 2019, l’Autorité des marchés financiers a examiné le projet d’offre publique et l’a déclaré conforme (visa n° 19-531). Groupe Bertrand, qui détient désormais 78,05% du capital de ce groupe de restauration, s’engage à acquérir la totalité des actions non détenues au prix de 0,21 €. Ce prix est égal au cours du 5 août 2019, dernière séance avant l’annonce de l’opération, et fait apparaître une prime de 0,9% sur la moyenne des 3 derniers mois avant cette date. Si les conditions requises sont remplies, l’initiateur a l’intention de demander la mise en œuvre d’un retrait obligatoire.

Financière Marjos : l’OPA simplifiée va pouvoir être lancée

Financière Marjos : l’OPA simplifiée va pouvoir être lancée. Dans sa séance du 19 novembre 2019, l’Autorité des marchés financiers a examiné le projet d’offre publique et l’a déclaré conforme (visa n° 19-533). Krief Group (contrôlé par M. Louis Petiet), qui détient de concert avec Park Madison Equities 65,12% du capital de l’ex-Clayeux sans activité opérationnelle désormais, s’engage à acquérir la totalité des actions non détenues au prix de 0,10 € par action. Ce prix fait ressortir une décote de 44,4% sur le dernier cours coté avant l’annonce de l’opération (le 12 juillet 2017) et une décote identique sur la moyenne pondérée des cours sur les 3 mois précédents. A l’issue de l’offre, l’initiateur n’a pas l’intention de mettre en œuvre de retrait obligatoire, ni de demander la radiation des actions.

Capgemini a obtenu l’autorisation de la Commission européenne

Capgemini a obtenu l’autorisation de la Commission européenne au titre du contrôle des concentrations pour son projet d’acquisition d’Altran. Capgemini a dorénavant obtenu l’ensemble des autorisations réglementaires requises, notamment auprès du CFIUS (Committee on Foreign Investment in the United States) aux Etats-Unis, et des autorités de la concurrence en Inde, aux Etats-Unis, au Maroc et désormais de la Commission européenne. Son offre publique d’achat amicale sur Altran est ouverte depuis le 16 octobre dernier. La date de clôture de l’offre sera désormais fixée par l’Autorité des marchés financiers (AMF).

NR21 : l’OPA simplifiée va pouvoir démarrer

NR21 : l’OPA simplifiée va pouvoir démarrer. Dans sa séance du 22 octobre 2019, l’AMF a examiné le projet d’offre publique déposé par Invest Securities, agissant pour le compte de la société en commandite par actions Altarea, et l’a déclaré conforme (visa n° 19-499). Altarea, contrôlée par MM. Alain Taravella, Jacques Nicolet et Jacques Ehrmann, qui détient 63,63% du capital de NR21, s’engage à acquérir les actions détenues au prix unitaire de 1,13 €. L’initiateur n’envisage pas de demander la mise en œuvre d’un retrait obligatoire, ni de demander la radiation des actions d’Euronext Paris. Sous réserve du feu vert de l’AMF, l’offre devrait se dérouler du 25 octobre au 12 novembre 2019.

La Française des Jeux (FDJ) annonce l’approbation de son document d’enregistrement

La Française des Jeux (FDJ) annonce l’approbation de son document d’enregistrement par l’Autorité des marchés financiers en date du 17 octobre 2019, sous le numéro I.19-035. L’approbation du document d’enregistrement de FDJ constitue la première étape du projet de privatisation par voie d’introduction en Bourse sur le marché réglementé d’Euronext, à Paris. La réalisation définitive de cette opération est soumise à l’approbation par l’AMF du prospectus relatif à l’opération et à des conditions de marchés favorables.